À ceux qui ima­gi­nent que Base-Élè­ves est devenu inof­fen­sif depuis l’arrêté du 20 octo­bre 2008, il suf­fit de répon­dre qu’avec l’INE, Iden­ti­fiant Natio­nal Élève, et avec la Base Natio­nale des Iden­ti­fiants Élè­ves, qui con­serve les don­nées pen­dant 35 ans, l’État a prévu l’outil caché par­fait, aux fina­li­tés inchan­gées : ficher la jeu­nesse pour mieux la con­trô­ler. Un exem­ple : tout nou­vel arri­vant en France sera immé­dia­te­ment repéré puisqu’il ne dis­po­sera pas d’INE. Allô la pré­fec­ture ?

Claude Didier est mem­­bre du Col­lec­­tif natio­­nal de résis­­tance à Base-Élè­­ves (CNRBE) [1].