Dernière mise à jour 19/08/2017

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Sissi de Grandvaux

Fil des billets - Fil des commentaires

mardi 14 juillet 2015

Grèce : le catalogue des horreurs

EUROZONE-GREECE/Surprise dans les pages de Netoyens (sauf quelques liens sur un site externe) de ne rien voir sur LE sujet du moment : la mise à mort de l’un des berceaux de notre civilisation, la patrie d’Aristote, Socrate, Platon, la patrie de la démocratie. Le génocide de tout un peuple pourtant si généreux - je ne parle pas des armateurs et politicards clientélistes bien-sûr mais de Maria, Nicki, Costas, Helena, Germana, Zacharias, Stavros, Yannis, et d’autres encore. De ces personnes comme vous et moi, rencontrées au cours d’un voyage que j’aurais voulu plus long, plus intense, plus proche encore de chacun d’eux.

[Crédit photo spiegle.de]

Lire la suite...

mardi 13 mars 2012

Une bonne occasion de se taire - manquée par J.-L. Mélenchon

Monsieur Jean-Luc Mélenchon,

En «plaignant» le pauvre citoyen helvète après les votations fédérales de ce week-end sur son refus de six semaines de vacances, vous avez ce lundi manqué une excellente occasion de vous taire. Et ce pour plusieurs raisons.


Lire la suite...

lundi 9 novembre 2009

Il y a vingt ans, j’y étais…

… comme des dizaines de milliers d’autres anonymes et moins anonymes… Comme le « pas encore omniprésident » qui y a cassé son bout de mur à coup de marteau et burin, un ou deux jours plus tard.

J’étais partie là-bas pour rencontrer un ami qui, avec sa femme et ses deux enfants  habitait à Karl Marx Stadt, aujourd’hui rebaptisée Chemnitz. Nous avions fixé ce rendez-vous bien avant, dans le courant du mois d’octobre 1989 lors d’une conversation téléphonique, planifiée, elle, bien avant encore puisque nous nous savions sur écoute.
Notre lieu de rendez-vous était Alexanderplatz, de l’autre côté du mur, à Berlin-Est.  J’y étais, lui n’est jamais venu et pour cause… Cette nuit là, le mur s’est fissuré, et la déferlante de l’est s’est abattue dans une euphorie, une ivresse joyeuse sur la partie ouest de cette ville enclavée durant presque 30 ans. Ce furent des moments joyeux, sans arrière-pensée, empreints de générosité, de partage, de solidarité et oui, aussi, j’ose le dire, d’amour.

Lire la suite...