Ce texte est dédié en tout premier à deux femmes : Djamila Boupacha et Fatima Elayoubi[1]
Mes pensées vont vers elles et vers toutes les femmes qui prennent soin des enfants.