Dernière mise à jour 25/05/2017

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Geneviève Confort-Sabathé


Geneviève Confort-Sabathé
Docteure en Sciences de l'éducation

BOYCOTT AUX EUROPÉENNES

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi 27 avril 2012

Lettre à mon frère qui vote FN

Le Gard, notre beau département entre mer et montagne, a offert la première place à Marine Le Pen, lors du premier tour de l’élection présidentielle.

J’ai décidé de t’écrire mon petit frère, toi qui vote Sarkozy ou FN selon les saisons, toi dont la femme vote FN à temps plein, toi dont le fils a perdu la boussole et vote FN ou rien, j’ai décidé de t’écrire pour te rappeler le temps où nous allions cueillir des narcisses sur les bords du Gardon.

Lire la suite...

vendredi 23 mars 2012

Dis papa, d’où vient la haine ?

1330423_childrens_hands_1.jpg

genevievecs.jpgIl y a plus de dix ans, l’humoriste Michel Boujenah ridiculisait, dans un sketch, l’incapacité d’un père à faire face à l’interrogation de son fils : Dis papa, d’où vient le vent ?

Ce n’était pas la première fois qu’un artiste se moquait de la figure paternelle, Fernand Raynaud, en son temps, dans un sketch resté célèbre, singeait un père complètement dépassé par les inquiétudes existentielles de son rejeton. Pour masquer son ignorance, le père utilisait une formule qui a fait florès: C’est étudié pour !

Lire la suite...

vendredi 5 juin 2009

Europe écologie : voyage au bout du spectacle

Geneviève Confort-Sabathé

« Toute la vie des socié­tés dans les­quel­les règnent les con­di­tions moder­nes de pro­duc­tion s’annonce comme une immense accu­mu­la­tion de spec­ta­cles. » (Pre­mière phrase de La Société du Spec­ta­cle de Guy Debord-1967).

Et dire que pen­dant des années, la grande Domi­ni­que a passé son temps à faire de l’idéo­lo­gie com­plexe, en répé­tant à l’envi, « je suis trop rouge pour les Verts, trop verte pour les Rou­ges ». La for­mule pour que l’élec­teur n’y voit que du bleu était pour­tant sim­ple, il suf­fi­sait d’équi­per la gaule à gogos, de leur­res fluo­res­cents.

Lire la suite...

mardi 2 juin 2009

« Bayrou, le plouc de l’arène ? »

Geneviève Confort-Sabathé

« L’époux de la reine, poux de la reine ! » Dans son opéra bouffe, la « Belle Hélène », Offen­bach s’était délecté en paro­diant le Second Empire. Napo­léon III y était campé sous les traits du vieux roi Méné­las, cocu et un peu plouc. Le monar­que insuf­fi­sant y avait gagné la sym­pa­thie des rieurs.

Je me pro­pose de mon­trer que les mêmes cau­ses pro­dui­sant les mêmes effets, notre très sures­timé troi­sième homme, le roi du pon­cif et de la pate­nô­tre, l’ultra-euro­péiste de droite, Fran­çois Bay­rou, est devenu, par la magie des médias, le gen­til plouc du Béarn.

Lire la suite...

mardi 26 mai 2009

L’« agionamenteur » des accrédités !

Geneviève Confort-Sabathé

Para­doxa­le­ment, c’est pour avoir vécu à cré­dit que les riches de la pla­nète et leurs thu­ri­fé­rai­res (ban­quiers, assu­reurs, tra­ders) ont perdu tout cré­dit auprès des peu­ples.

Et c’est bien dans les deux accep­tions du mot « cré­dit » qu’il faut cher­cher la cause de l’enfu­mage effi­cace qui per­mit de dis­si­mu­ler si long­temps la faillite de la finance mon­diale. Cer­tes, on ne prête qu’aux riches, tant en terme de cré­di­bi­lité qu’en terme de créance.

Lire la suite...

lundi 25 mai 2009

Sarkozy, tu ne nous vois pas !

Geneviève Confort-Sabathé

Le G8 syn­di­cal (soit tou­tes les orga­ni­sa­tions syn­di­ca­les fran­çai­ses) vient encore de se sin­gu­la­ri­ser en orga­ni­sant une jour­née d’action sans mani­fes­ta­tions ni grè­ves. 

Un tru­blion de mes amis, outré par le sort réservé à un pro­fes­seur de Mar­seille, inter­pellé par la police zélée de Sar­ko­land, pro­pose, à tout un cha­cun, de mani­fes­ter son mécon­ten­te­ment dans sa pro­pre cave en bran­dis­sant un panon­ceau éclai­rant : « Sar­kozy, tu ne nous vois pas ! » 

L’idée me paraît excel­lente, elle ren­for­cera le sen­ti­ment de notre pré­si­dent qu’une grève, pour­vue qu’elle soit orga­ni­sée par la CGT et ses com­pli­ces, ne se voit effec­ti­ve­ment pas.

Lire la suite...

samedi 11 avril 2009

Européennes : de la meilleure façon de boycotter

Geneviève Confort-SabathéLa meilleure façon de boy­cot­ter, qu’on se le dise, c’est celle que l’on choi­sit avec sa rai­son et sa pas­sion, ses neu­ro­nes et ses sens. Que la méthode soit mul­ti­ple ne des­sert, en rien, le mes­sage, au con­traire. L’acte, en soi, est com­bat­tif !

On peut choi­sir de ne pas se ren­dre dans les bureaux de vote, choi­sir de jeter, dans l’urne, un bul­le­tin arc-en-ciel ou gris foncé agré­menté d’un « Boy­cott ! » sur­li­gné en orange (voir notre site), choi­sir de glis­ser, dans l’enve­loppe, un rêve fou à déplier, une uto­pie à déployer. Choi­sir c’est gran­dir. L’acte en soi est libé­ra­teur !

Lire la suite...

mardi 7 avril 2009

Les services publics, une "erreur manifeste" !

Geneviève Confort-SabathéPour para­phra­ser André Bre­ton,  je dirai : « Il ne faut pas chan­ger la règle du jeu, il faut chan­ger de jeu ». Les règles de l’Union euro­péenne sont aujourd’hui sem­bla­bles à cel­les d’une dic­ta­ture molle dont les con­tours flous enser­rent sans ser­rer, pro­vo­quant l’asphyxie per­pé­tuelle sans sus­ci­ter de pani­que géné­rale.

Pour­tant, le dépé­ris­se­ment de la démo­cra­tie com­mence à lais­ser des mar­ques. Au par­le­ment de Stras­bourg, les euro­dé­pu­tés les plus éner­gi­ques se des­sè­chent et se fanent, en quel­ques mois, sans par­ve­nir à se décro­cher de la plante-mère, la grosse Com­mis­sion. Cette entité tech­no­cra­ti­que dotée d’ins­tru­ments de com­bat juri­di­que de tout cali­bre offre, à vrai dire, de réel­les pers­pec­ti­ves de car­rière.

Lire la suite...

lundi 6 avril 2009

Le capitalisme en robe de bure

Geneviève Confort-Sabathé

La con­ver­sion poli­ti­que par­ti­cipe du même fonc­tion­ne­ment men­tal que la con­ver­sion reli­gieuse. Rien d’intel­lec­tuel, seu­le­ment des méca­nis­mes affec­tifs, de pri­va­tion, de peur, de cul­pa­bi­lité, de ras­su­rance et d’abso­lu­tion.

Grâce au G20, Lon­dres fut la capi­tale de la Révé­la­tion. Cette fois, c’est sûr, le capi­ta­lisme est solu­ble dans l’eau béni-oui-ouite. Le lavage de cer­veau pla­né­taire peut com­men­cer.

Lire la suite...

lundi 23 mars 2009

Les peuples essaient, les théoriciens transforment

Geneviève Confort-SabathéCon­trai­re­ment à l’idée com­mu­né­ment admise, ce sont rare­ment les théo­ri­ciens, même bour­rés de talent et bour­re­lés de remords d’appar­te­nir à la classe diri­geante, qui pro­vo­quent, par la brillance de leurs intui­tions, les révo­lu­tions à venir.

Si l’on s’en tient aux exem­ples fameux des bou­le­ver­se­ments du passé, on se rend compte que leurs pré­mi­ces avaient pris corps dans les com­por­te­ments popu­lai­res. La plu­part du temps, les théo­ri­ciens sont à la ramasse, ils cou­rent der­rière l’évo­lu­tion anar­chi­que des hom­mes en ten­tant de cacher leur retard par un lan­gage abs­cons et des phi­lo­so­phies ember­li­fi­co­tées.

Lire la suite...

- page 1 de 2