Dernière mise à jour 22/08/2017

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Geneviève Confort-Sabathé


Geneviève Confort-Sabathé
Docteure en Sciences de l'éducation

BOYCOTT AUX EUROPÉENNES

Fil des billets - Fil des commentaires

samedi 21 mars 2009

Le Pion de fer copie la Dame de fer

Geneviève Confort-SabathéJuste après la manif du 29 jan­vier, Nico­las Sar­kozy fei­gnait de s’inter­ro­ger sur son posi­tion­ne­ment face au mou­ve­ment social. Le pré­si­dent, cons­cient de son impo­pu­la­rité, hési­tait encore entre deux stra­té­gies : le rai­dis­se­ment, façon That­cher ou la retraite en rase cam­pa­gne, façon Chi­rac-Juppé.

Cette fois, il a choisi. Avant de con­naî­tre l’ampleur exacte de la mani­fes­ta­tion du 19 mars (trois mil­lions quand même !), il a annoncé qu’il ne céde­rait sur rien, ni sur le bou­clier fis­cal, ni sur les heu­res sup­plé­men­tai­res, ni sur le coup de pouce au SMIC, ni sur les lois Pécresse (mort de l’uni­ver­sité), Bache­lot (mort de l’hôpi­tal), Dati (mort de la jus­tice des mineurs), Dar­cos (mort de l’école publi­que).

Lire la suite...

mardi 17 mars 2009

Européennes : le casse-tête de la « case de tête »

Geneviève Confort-Sabathé Les élec­tions euro­péen­nes, pré­vues le 7 juin pro­chain, à moins que la révo­lu­tion inter­na­tio­na­liste ne vienne inter­rom­pre le pro­ces­sus, devraient faire la preuve par huit (gran­des régions), que la démo­cra­tie ne sort guère for­ti­fiée du scru­tin pro­por­tion­nel sur­tout quand les lis­tes sont blo­quées. 
Nous aurons l’occa­sion de reve­nir, ulté­rieu­re­ment, sur la néces­sité du boy­cott des élec­tions euro­péen­nes. Nous nous réfé­re­rons aux pro­pos tenus par cer­tains can­di­dats « case de tête », ou si vous pré­fé­rez « tête de liste » qui ont vili­pendé, avec force argu­ments, et pen­dant des années, le rôle fan­to­ma­ti­que du Par­le­ment euro­péen et le sys­tème opa­que et tota­li­taire orga­nisé autour de la réga­lienne Com­mis­sion euro­péenne.
Ces can­di­dats, ardents défen­seurs du NON au Traité cons­ti­tu­tion­nel euro­péen, sont aujourd’hui, les chan­tres durs des idéo­lo­gies les plus archaï­ques de la gau­che radi­cale. Ils cou­rent à la soupe euro­péenne aussi vite que le leur per­met la décence.

Lire la suite...

samedi 14 mars 2009

19 mars. Colère bleue !

Geneviève Confort-Sabathé

Vola­ti­li­sés, les  cols bleus ! Effa­cés, balayés, désin­té­grés, pen­dant vingt ans, par la nov­lan­gue* et les sta­tis­ti­ques des ins­ti­tuts de son­dage. Rin­gar­di­sés par des médias, eux-mêmes fas­ci­nés par les paillet­tes et le pou­voir, les  cols bleus  pas­sè­rent par la colonne « per­tes et pro­fits » de la géné­ra­tion Tapie. L’opé­ra­tion « coup de gomme sur les inu­ti­les » a bien failli réus­sir tout à fait. Il y eut bien quel­ques socio­lo­gues illu­mi­nés pour rap­pe­ler que la classe ouvrière repré­sen­tait, dans les années 90, encore cinq mil­lions de per­son­nes en France, mais per­sonne ne les écou­tait. Les  cols bleus avaient bel et bien dis­paru du pay­sage.

Lire la suite...

mercredi 11 mars 2009

Notre crise s'abat sur l'Afrique ? Protégeons-nous !

Geneviève Confort-Sabathé

Denis Sief­fert (*) s’est offert un titre assez simi­laire au mien dans la der­nière livrai­son de Poli­tis. Un édito où il feint de s’inter­ro­ger, une fois de plus, sur la « fri­lo­si­tude » du NPA, sur la « ner­vo­si­tude » du PC, sur la « diver­si­tude » de la Fédé­ra­tion tout en fai­sant preuve d’une vraie « sol­li­ci­tude » pour le PG. A la lec­ture de ce cons­tat, je me per­mets de lui sug­gé­rer un titre tel­le­ment plus évo­ca­teur : « Le Front de gau­che, com­bien de tran­chées ? ».

Lire la suite...

jeudi 5 mars 2009

Cour de justice, excès de pouvoir ! Parlement européen, excès d’impuissance !

Geneviève Confort-SabathéFaut-il s’éton­ner de voir tant de per­son­na­li­tés illus­tres exhor­ter les états-majors de la gau­che radi­cale à faire l’unité poli­ti­que en vue des élec­tions euro­péen­nes ? Faut-il s’éton­ner de voir tant de mili­tants purs et durs prêts à ren­gai­ner leurs exi­gen­ces démo­cra­ti­ques au nom de l’effi­ca­cité élec­to­rale ? Non, car les Fran­çais, fus­sent-ils  intel­lec­tuels cons­cien­ti­sés ou citoyens enga­gés, n’arri­vent pas à faire le deuil de la démo­cra­tie. Ils veu­lent oublier la for­fai­ture des dépu­tés de l’Assem­blée natio­nale (hor­mis les com­mu­nis­tes) qui ont adopté le Traité de Lis­bonne con­tre l’avis du peu­ple fran­çais.

Lire la suite...

samedi 28 février 2009

Quand la CGT poignarde le prolétariat

Geneviève Confort-Sabathé « Toute véri­ta­ble grande lutte de classe doit repo­ser sur l’appui et la col­la­bo­ra­tion des mas­ses les plus éten­dues, et une stra­té­gie de la lutte de classe qui ne comp­te­rait pas avec cette col­la­bo­ra­tion, mais qui n’envi­sa­ge­rait que les défi­lés bien ordon­nés de la petite par­tie du pro­lé­ta­riat enré­gi­men­tée dans ses rangs, serait vouée par avance à un pitoya­ble fiasco. »

Lire la suite...

mercredi 25 février 2009

L’Unité, combien de divisions ? par Geneviève Confort-Sabathé

Geneviève Confort-SabathéEx-mili­tante du PCF (un an)
Ex-co- porte-parole des CUALS de l’Hérault
Ex-mili­tante du PG (une semaine)
Mili­tante sans parti…

Il fut un temps où la gau­che intel­lec­tuelle fran­çaise fei­gnait de s’inter­ro­ger, non sans caus­ti­cité, autour d’une for­mule fameuse qui oppo­sait Sar­tre à Aron. Les exé­gè­tes du pre­mier n’y allaient pas de main morte, pré­fé­rant, à tout pren­dre, « avoir tort avec Sar­tre plu­tôt que rai­son avec Aron ». Le débat n’était guère animé car la gau­che intel­lec­tuelle fran­çaise était sar­trienne par nature. Ter­rassé par cette for­mule lapi­daire, Aron avait-il rai­son pour autant ? Voilà bien une ques­tion que nul ne se posait puis­que le ques­tion­ne­ment mani­chéen impli­quait un enga­ge­ment indé­fec­ti­ble et quasi reli­gieux pour le cha­ris­ma­ti­que bigleux.

Quel­que qua­rante ans plus tard, la gau­che intel­lec­tuelle fran­çaise, épar­pillée en mul­ti­ples cha­pel­les, reprend l’antienne, pos­tu­lant le même enga­ge­ment indé­fec­ti­ble et quasi reli­gieux pour l’U-NI-TE, évi­tant, par là même, de se poser la ques­tion de l’oppor­tu­nité de par­ti­ci­per à des élec­tions sans enjeu.

Lire la suite...

page 2 de 2 -