Dernière mise à jour 22/01/2019

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Sous-catégories:

Antimanuel d'écologie - extraits

Crise éner­gé­ti­que, chan­ge­ment cli­ma­ti­que, pol­lu­tions chi­mi­ques, OGM : est-il rai­son­na­ble d’être alar­miste ? On peut choi­sir de s’enfouir la tête dans le sable du déni col­lec­tif. On peut choi­sir de s’enfouir la tête dans le sable du déni col­lec­tif. On peut aussi se poser les ques­tions qui font mal pour mieux com­pren­dre et réa­gir. Le dérè­gle­ment cli­ma­ti­que est-il iné­luc­ta­ble ? Quelle est la res­pon­sa­bi­lité de l’être humain dans la dis­pa­ri­tion des espè­ces ? Devons-nous crain­dre la raré­fac­tion du pétrole et des matiè­res pre­miè­res ? Quel­les con­sé­quen­ces aurait la relance du nucléaire dans le monde ? Bref, que va-t-il nous arri­ver ?Pour répon­dre à ces ques­tions, Yves Cochet n’y va pas par qua­tre che­mins. Avec le cou­rage poli­ti­que et le franc par­ler qui le carac­té­ri­sent, il dresse un por­trait inquiet de notre pla­nète. Pré­cur­seur dans la pen­sée éco­lo­giste, il est pour l’ins­tant le seul homme poli­ti­que fran­çais à défen­dre la notion de “décrois­sance”. Si l’heure est grave, la catas­tro­phe en mar­che n’est pas une fata­lité. Ce n’est pas la fin du monde, c’est un chan­ge­ment de civi­li­sa­tion.Avec cet Anti­ma­nuel, il s’agit de pren­dre cons­cience des grands enjeux pla­né­tai­res pour réin­ven­ter le monde. Le XXe siè­cle sera éco­lo­gi­que ou ne sera pas. Anti­ma­nuel d’éco­lo­gie d’Yves Cochet (Bréal, 2009) - Pré­sen­ta­tion par l’édi­teur

Lire la suite


L'anarchie, ce n'est pas le bordel !

Normand Baillargeon (né en 1958) est professeur en sciences de l’éducation à l’Université du Québec à Montréal (UQAM), essayiste, militant libertaire, collaborateur de revues alternatives et auteur notamment du Petit cours d’auto-défense intellectuelle (En livre chez Lux - 2007 | En ligne ). Il a pu être remarqué en France lors de son passage dans l’émission La bas si j’y suis produite et présentée par Daniel Mermet diffusée sur France Inter le jeudi 31 janvier 2008 qui peut être (ré)écoutée intégralement. Dans la même veine, il vient de signer dans le premier numéro de Siné hebdo un article clair, accessible, fidèle à son projet d’enseignement de la pensée critique. L’anarchie, ce n’est pas le bordel !… ou le refus des structures hiérarchiques n’est pas pour autant le refus de s’organiser. 668

Lire la suite


Quand le blé vaut de l'or, par Geneviève Azam

¬´ Et je n’écoute pas les journaux financiers, quoique les bulletins de la Bourse soient notre prière quotidienne ¬ª (Blaise Cendrars, Le Panama, 1913-1914). Rien n’échappe à la litanie de la finance, ni les matières premières industrielles, ni les produits de ¬´ première nécessité ¬ª : à côté du pétrole, du zinc et autres métaux, le soja, le colza, le maïs, le riz, le blé, et même les carcasses de porc sont de nouveaux supports pour des produits financiers.

Lire la suite


De la responsabilité et de la culpabilité

“Responsable mais pas coupable” avait déclaré Georgina Dufoix, ancienne ministre des Affaires sociales en 1999. Elle comparaissait devant la Cours de justice de la République pour homicide involontaire dans le procès du sang contaminé et elle a provoqué à tort l’indignation.

Lire la suite


Vers une pensée désenchaînée

Au sommaire : "Pourquoi les pauvres votent à droite" : la rébellion conservatrice Le "populisme autoritaire" selon Stuart Hall La LCR se divise : le sarkozysme, "contre-révolution" ou "continuité" ? La pensée enchaînée : Comment les droites laïque et religieuse se sont emparées de l’Amérique

Lire la suite


La politique comme prolongement de la guerre par d'autres moyens - par Susan George

Extrait du chapître II (p101-107) du dernier livre en date de Susan George - ¬´ La pensée enchaînée : Comment les droites laïque et religieuse se sont emparées de l’Amérique ¬ª publié le 10 octobre 2007 par les éditions Fayard (traduction de l’anglais américain d’André Cabannes), La politique comme prolongement de la guerre par d’autres moyens : le Project for a New American Century est une partie de ce livre qui permet de rencontrer des personnages désormais connus et d’autres encore méconnus mais qui ne sont pas moins acteurs dans l’élaboration, le soutien et la mise en oeuvre des politiques trop souvent attribuées au seul George W. Bush. On verra ici, par un exemple pris parmi d’autres que l’on pourra découvrir tout au long d’un ouvrage richement documenté, les tenants et les aboutissants d’un événement majeur pour le XXIème siècle qu’est le 11 septembre 2001.

Lire la suite


Déclaration de candidature de José Bové

La France n’a jamais été aussi inégalitaire.Un grand patron gagne 300 fois ou plus qu’un smicard. Les plus riches désertent leur devoir fiscal quand 100.000 personnes dorment dans la rue. Les stocks-options récompensent les licenciements boursiers.Il est temps de mettre fin à un système qui entraîne la grande majorité des salariés vers la précarité et l’insécurité sociale. Il est temps de décréter l’insurrection électorale contre le libéralisme économique .Plusieurs dizaines de milliers de personnes m’ont proposé d’être candidat à l’élection présidentielle. J’ai décidé d’accepter que mon nom incarne, sur le bulletin de vote, la volonté commune de battre la droite et l’extrême droite et de redonner l’espoir d’une alternative à gauche. J’ai décidé d’accepter pour que continue le combat pour le rassemblement de toutes les forces de la gauche de la transformation sociale, solidaire, écologiste, antiraciste et féministe. Nous ne nous résignons pas à la division actuelle de ces forces. Nous voulons être le trait d’union entre toutes celles et tous ceux qui veulent que la vie change vraiment.Je ne suis pas le candidat d’un parti. Je ne suis pas un professionnel de la politique. Ma candidature est celle d’un rassemblement de forces et de citoyens issus du mouvement social, du monde syndical, de courants politiques et des associations de l’immigration qui aspirent à l’unité de cette gauche-là. Cette candidature est une candidature collective portée par de nombreuses voix.J’appelle aujourd’hui les élus communistes, écologistes, alternatifs, socialistes anti-libéraux à nous permettre, grâce à leurs parrainages, de participer à la campagne officielle.

Lire la suite


Quelles alternatives au néo-libéralisme ?

Par Geneviève Azam, Conseil Scientifique d’Attac La globalisation néo-libérale a trouvé sa justification dans le principe simple : il n’y a pas d’alternative (TINA). Après des années de recherches et publications restées relativement confidentielles, des années de construction de réseaux, fondations et autres think tank, après les premières applications concrètes dans le Chili de Pinochet, c’est l’effondrement des pays du bloc dit ¬´ socialiste ¬ª qui a permis l’affirmation au grand jour de ce principe et la tentative de sa généralisation.

Lire la suite


La vie de l'eau

La récente loi sur l’eau mar­que le refus de s’atta­quer sérieu­se­ment au pro­blème de la ges­tion de cette res­source. Le prin­cipe «pol­lueur-payeur» n’y est pas ins­crit, pas plus que la volonté de faire payer l’uti­li­sa­teur à son juste pré­lè­ve­ment sur la res­source. Les par­ti­cu­liers finan­cent 85% du coût des ins­tal­la­tions néces­sai­res à l’appro­vi­sion­ne­ment en eau alors qu’ils n’uti­li­sent que 10% de la res­source. Les agri­cul­teurs ne par­ti­ci­pent à ce finan­ce­ment que pour… 1% tan­dis qu’ils «pom­pent» 70% de cette même res­source.

Lire la suite


Que fait-on de nos déchets ?

On le sait, cha­cun d’entre-nous pro­duit une grande quan­tité de déchets de tous ordres. Les com­mu­nes de l’est du Val d’Oise ont choisi, pour le trai­te­ment de l’essen­tiel de leur ton­nage annuel, la solu­tion de l’inci­né­ra­tion. L’inci­né­ra­teur de Sar­cel­les va être recons­truit (il...

Lire la suite