Dernière mise à jour 21/11/2017

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

edito.gif

VIL PAIN

Allez, tout ne va pas mal dans nos sociétés libérales surmédiatisées. La pauvreté, elle, se porte bien. Elle prospère doucement, bien à l’abri de l’écran de fumée des statistiques officielles édulcorantes. Les élites qui nous gouvernent ont des préoccupations plus nobles que de mesurer l’ignoble. Elles ont cassé le thermomètre pour mieux ignorer la maladie. Pire, elles ont l’≈ìil rivé sur un autre instrument, le CAC 40, dont les pauvres ont l’audace de se moquer comme d’une guigne. Ces pauvres auxquels on reproche désormais de mal mériter leur pain. Au travail ! Le pain, ça se paie. De nouvelles libéralités faites à la loi économique dominante vont embellir encore la pauvreté.

Lire la suite


edito.gif

Reconstruire le débat

On va dans le mur ! C’est certain, mais on accélère encore. Et sans un regard dans le rétroviseur ou un coup d’≈ìil pour les paysages qui filent de part et d’autre de la rectiligne trajectoire. On risquerait d’y apercevoir les silhouettes des innombrables laissés-pour-compte de cette course sans fin. Sans fin et sans question : il n’est aucune autre tâche à accomplir que de marchandiser la totalité des choses de notre monde pour nourrir la Croissance cannibale. Le Capitalisme ‚Äì il faut bien le nommer ‚Äì a fini par tuer le débat sur son sens profond, par appauvrir de façon angoissante l’esprit critique, par travestir l’humanisme en le couvrant d’oripeaux calamiteux. S’il existe une chance de sauver l’humanité, c’est dans la reconstruction du débat qu’elle réside.

Lire la suite


edito.gif

Regards sur l'exclusion

S’il est une question sociale à la fois préoccupante et cruciale aujourd’hui, c’est bien celle de l’exclusion. Les universitaires ont beau se quereller sur la pertinence du vocable - certes discutable-, les hommes politiques s’efforcer de la dénoncer plus ou moins sincèrement, les associations caritatives ou de la revendication sociale s’échiner avec conviction contre ses diverses manifestations, un fait demeure patent : notre société est bel et bien incapable de porter remède à un mal frappant ¬´ un Français sur dix ¬ª si l’on reprend l’expression de René Lenoir, inventeur du mot ¬´ exclus ¬ª au milieu des années 1970. Depuis la dénonciation de ce dernier, clairement formulée pour interpeller le politique, la crise économique et sociale a déroulé inexorablement ses désastreux effets, déclassant de nouvelles ¬´ catégories ¬ª d’individus venant grossir les rangs de ¬´ laissés pour comptes ¬ª plus anciens. Le problème n’est évidemment pas un problème de chiffre. Il suffit de savoir que le chiffre est élevé et sans doute croissant.

Lire la suite