Last site update 26/06/2019

To content | To menu | To search

edito.gif

Blasphémons mes frères, blasphémons sans retenue

Proclamons-le sans ambages : les fondamentalistes de tous poils nous incommodent. Voilà que dans leur escalade moralisatrice ils réclament désormais le retour du délit - et pourquoi pas du crime ? - de blasphème dans des sociétés où la sécularisation pour douloureuse qu’elle ait été n’en fut pas moins menée à son comble. Et dire que ces sinistres pourfendeurs de la liberté d’expression trouvent dans de tristes et imprudentes déclarations d’hommes politiques laïcs de quoi conforter leur exorbitante demande. Certes, le blasphème ne redeviendra pas un délit chez nous. Pourtant, la dignité universelle de l’homme ne saurait se contenter de ce maigre avantage territorial : encore faudra-t-il qu’il devienne un droit partout protégé. Pour cela, il faut que vivent la dérision et l’humour.

Continue reading


edito.gif

Béatitude mortifère

L’Histoire saura un jour rendre un hommage mérité aux hommes de bonne volonté de notre époque indécise. On citera alors pêle-mêle MM. Jean-Marie Colombani, Alain Minc, Eric Le Boucher ou Elie Cohen. Le point commun de ces personnages dont la dimension grandissime n’est pas encore pleinement reconnue ? Ils sont tous des bienheureux ! Bienheureux de découvrir chaque jour qui nous est donné - et de bien vouloir nous en persuader - à quel point notre avenir sera radieux.

Continue reading


edito.gif

Lamy des pauvres et de la démocratie

Pascal Lamy est impayable. Nous avons beau le savoir depuis longtemps maintenant, être édifiés sur l’ampleur de son registre, chaque sortie médiatique du personnage nous laisse pantois. Désormais directeur de l’Organisation mondiale du commerce, la hauteur de la fonction aurait pu l’assagir. Il n’en est rien. Bien au contraire. Son récent passage à France-Culture le 23 décembre fut un modèle du genre. Nous devons remercier cette station ambitieuse de nous donner à entendre de telles choses, à ouïr de tels hommes.

Continue reading


edito.gif

Ascenseur pour les fachos

Nouvelle de Noël tissée de fragments véridiques Kamel Oujdi se leva tôt ce jeudi-là. L’appartement glacial n’incitait pourtant guère à ce courage matinal. Il tempêta un peu, au-dessus de son bol de café fumant, contre le bailleur Icade et son endémique défaut d’entretien du ¬´parc locatif¬ª, comme ils disent pudiquement. Il quitta silencieusement ce nid frileux où le reste de la famille sommeillait encore. Il râla de nouveau intérieurement, la panne de l’ascenseur l’obligeant à dévaler pedibus jambus les quinze étages. Il se surprit à ironiser sur l’ascenseur social, probablement en panne lui aussi. Parvenu sur la dalle Allende, il fila à grands pas vers la station du RER pour y attendre le train de Paris.

Continue reading



edito.gif

La face cachée du blairisme

L’honnête citoyen est maintes fois confronté à l’incongru. Récemment encore, il n’en crut pas ses oreilles en entendant des hommes de gauche louanger les bienfaits de la politique de M. Anthony Blair. Ici, par surcroît, l’incongruité est double puisqu’il s’agit aussi de se demander pourquoi le Premier ministre du Royaume-Uni n’incite pas l’Union européenne à mener la même bonne politique. Le blairisme est-il réductible à ce produit de marketing, habilement peaufiné et médiatisé, que son principal artisan donne à voir au monde déboussolé ?

Continue reading


edito.gif

Quand la gauche n'essaie même plus

Il y a un an jour pour jour, le Conseil municipal de la ville de Gonesse, majoritairement PS, votait comme un seul homme l’autorisation d’ouverture du magasin CELIO le dimanche : une grande avancée pour le commerce et la droite locale à n’en pas douter. Un recul social supplémentaire accordé par une gauche locale désenchantée ? Depuis, le dernier Conseil municipal a autorisé tous les magasins de Paris Nord 2 à ouvrir le dimanche. Comment est ce possible ? C’est une zone touristique soit-disant ! Yann Fiévet, Président du comité Val d’Oise Sud-Est était présent au cours de ce Conseil municipal. Il nous livrait son analyse quelques jours plus tard. (texte daté du lundi 18 octobre 2004)

Continue reading


edito.gif

Leçons américaines

C’est fou comme l’Amérique de ce début de vingt-et-unième siècle est riche d’enseignement pour le monde en général et l’Europe en particulier. Du reste, il ne manque pas de bons apôtres, chez nous comme ailleurs, pour nous vanter doctement les bienfaits innombrables d’une société si flexible qu’elle réalise les plus grands prodiges. Dépêchons-nous donc de la copier pour ne pas succomber au péril chinois. L’ogre, cependant, n’aurait-il pas quelque faiblesse ? Quelle est, dans cette société tellement idéalisée - pour ne pas dire idéologisée -, la place réservée vraiment à la dignité de l’homme ? Deux évènements, en apparence totalement étrangers l’un à l’autre, devraient nous inciter à la prudence en un temps de duplication facile des recettes frelatées d’autrui. Il y a leçon et leçon.

Continue reading


edito.gif

Ecole, c'est pas la classe !

Les lieux communs méritent d’être rappelés à l’occasion. Surtout lorsque le risque, habilement exploité par de fins dissimulateurs, de les voir confondus avec de simples idées reçues empêche la claire perception des faits. Il en est ainsi de l’Ecole qui, quarante ans après les analyses de Pierre Bourdieu et Jean-Claude Passeron, sert avant tout ¬´ les héritiers ¬ª. En France, la démocratisation de l’Ecole comme institution investie potentiellement de la mission d’ascenseur social est un échec. Feindre de l’ignorer ou ne rien y changer quand on en a la conviction est une faute politique des plus graves. Combien de temps va-t-on entretenir le poids écrasant de cette faute ?

Continue reading


edito.gif

VIL PAIN

Allez, tout ne va pas mal dans nos sociétés libérales surmédiatisées. La pauvreté, elle, se porte bien. Elle prospère doucement, bien à l’abri de l’écran de fumée des statistiques officielles édulcorantes. Les élites qui nous gouvernent ont des préoccupations plus nobles que de mesurer l’ignoble. Elles ont cassé le thermomètre pour mieux ignorer la maladie. Pire, elles ont l’≈ìil rivé sur un autre instrument, le CAC 40, dont les pauvres ont l’audace de se moquer comme d’une guigne. Ces pauvres auxquels on reproche désormais de mal mériter leur pain. Au travail ! Le pain, ça se paie. De nouvelles libéralités faites à la loi économique dominante vont embellir encore la pauvreté.

Continue reading