Dernière mise à jour 30/04/2017

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

edito.gif

Nous y courons !

La tragédie se noue, inexorable. L’entêtement à poursuivre la désastreuse cure d’austérité va précipiter la France vers l’avènement d’un régime politique fort. L’issue fatale pourrait survenir dès 2017. Le peuple n’aurait pas compris où veulent le mener ses dirigeants actuels. Ils vont lui expliquer plus fermement.

Lire la suite


edito.gif

La fatale asphyxie

Record battu ! C’est Paris qui décroche la timbale. Aucune capitale européenne n’avait encore jamais atteint un tel niveau de pollution de son air. La faute à ce salopard d’anticyclone des Açores qui, avant même le début du printemps, s’est planté trop longtemps sur tout le nord de l’Europe. Face à cette détermination climatique inébranlable la toute petite volonté des hommes ne pèse rien.

Lire la suite


edito.gif

La parole, un jour…

Nous allons être de nouveau appelés à voter en ce prochain printemps. Pour les Municipales, cette fois. Et, une fois encore nous nous désolerons probablement du désintérêt d’un trop grand nombre de nos concitoyens pour la « chose publique ». Pourtant, au-delà de la mise en cause facile du citoyen négligeant le respect de sa responsabilité politique, en profitera-t-on pour questionner sérieusement l’indéniable dépérissement de la démocratie ?

Lire la suite


edito.gif

Écocide

Pendant que la gent journaleuse s’absorbe à commenter jusqu’à plus soif les pitreries pitoyables du sinistre Dieudonné ou les frasques amoureuses du Prince un drame grandiose se noue dans le dos des spectateurs captivés par le babillage minable de la clique des amuseurs. Partout, dans une inquiétante indifférence, le patrimoine naturel commun de l’Humanité se meurt.

Lire la suite


nelson_mandela-2008-w.jpg

Madiba et les deux nigauds

Comme notre époque manque de panache ! Et comme la France vit bien avec son temps ! Les obsèques de Nelson Mandela ont donné lieu à une bien honteuse mascarade. Le Président de la République française en exercice s’est cru obligé d’inviter à l’accompagner à cette digne cérémonie officielle son prédécesseur. L’on pourrait y voir une nouvelle cocasserie de la politique dépolitisée que les médias contemporains affectionnent tant. Ou y voir encore la maladresse d’un chef d’État tatillon plus souvent qu’à son tour.

Lire la suite


edito.gif

À quand les bonnets verts ?

Il paraît que le rouge est de nouveau de bon ton politique. Affrontons sans tarder cette révélation. Pour l’instant le retour en pleine lumière de la couleur révolutionnaire est circonscrit en quelques lieux et symbolisé surtout par le port de bonnets de laine à la couleur de circonstance. À l’approche de l’hiver, cette sagesse aux profondes racines ancestrales est de bon aloi. Pourtant, nous devons nous garder de l’ironie facile dont se nourrissent à l’envi les meilleurs conservatismes, à commencer par le parisianisme toujours si vigoureux. Et si l’affaire n’était pas d’abord une affaire de couleur. Et si nous osions affirmer que la nécessité d’une révolution s’accommoderait fort bien d’une autre couleur : celle de l’espérance placée en un monde vivable écologiquement et socialement tout à la fois.

Lire la suite


edito.gif

Les ascenseurs de Marine

Nous le savons depuis longtemps, la conquête du pouvoir politique est le résultat de la patiente fabrication d’images faciles que les citoyens les moins regardants aimeront sans vergogne. Dans ces conditions affligeantes du rabougrissement politique c’est peu dire que la médiacratie – et en son sein la pitoyable télécratie – a pris inexorablement le pas sur la démocratie. Le débat d’idées véritable a cédé sa place dans tous les lieux vulgaires de la médiasphère à de pseudo débats mis en scène au cordeau par des « communicants » grassement rétribués et béatement adulés pour leur art consommé du raccourci et de l’artifice. Pour faire bonne mesure, il convient de ne pas oublier – du reste comment le pourrions-nous ? – l’omniprésence étouffante des sondages d’opinion(s). Oui, nous savons ces choses. Et nous acceptons implicitement cet état de fait en faisant mine de croire que la démocratie existe encore.

Lire la suite


edito.gif

Z’avez pas vu les riches ?

Qui l’aurait cru ? Les riches ont disparu ! Subitement, en lousdé, à la rentrée. Sans que personne ne soit prévenu, pas même les heureux intéressés par cet effacement discret. Pourtant, l’affaire couvait depuis quelques temps bien à l’abri dans les communications confidentielles des « boîtes à penser » de la « gauche caviar ». Les plus proches amis des élucubrateurs patentés avaient compris que l’affaire était trop grave pour être longtemps maintenue dans l’ombre. Le populo serait bientôt mis au parfum. Au parfum de la glorification retrouvée des patrimoines florissants. Les médias entrèrent en scène, au sortir d’un été torride, en serviteurs empressés des idées neuves.

Lire la suite


valls-aurillac-2013.png

Valls sans hésitation

Le chapelet des renoncements de M. François Hollande s’égraine au fil des mois. Parmi les promesses non tenues par le candidat devenu Président de la République voilà seize mois il en est une pour laquelle l’on peut difficilement invoquer la cause budgétaire. Il s’agit du traitement réservé aux enfants de parents en instance d’expulsion du territoire français. Ils continuent d’être enfermés en centre de rétention au mépris des réprimandes européennes adressées à la France en ce domaine. M. Manuel Valls , Ministre de l’Intérieur, semble vouloir demeurer le gardien jaloux de cette honteuse pratique que les citoyens « normaux » souhaitaient ne pas voir survivre au règne calamiteux de M. Nicolas Sarkozy. M. Hollande a-t-il vraiment renoncé à être le « président normal » qu’il promettait de devenir ?

Lire la suite


PRISMlogo.png

Ma vie à la face du monde

Le programme PRISM, récemment dévoilé par Edward Snowden, témoigne d’une indéfectible continuité. Disons-le tout net : ces systèmes sont liberticides. Et nous acceptons cet état des choses puisqu’il est conçu pour notre bien à tous !

Lire la suite