Dernière mise à jour 23/10/2017

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Fil des billets    Fil des commentaires

Z'indignations

el_sistema_esta_obsoleto.png

Le grand abandon

Plus personne ne regrette vraiment ce que l’on nommait autrefois « la rentrée sociale ». Plus personne ne la regrette car plus personne n’a gardé le souvenir de ce qu’elle signifiait profondément. Après l’été des « congés payés – autre vocable à l’usage aujourd’hui désuet – le temps du retour aux réalités nécessairement conflictuelles du monde du travail revenait comme un rituel Légitime. Quand les « classes laborieuses » commencèrent de baisser leur garde face au patronat revanchard un vocabulaire et une rhétorique plus conformes à l’air du temps apparurent. On ne parla plus que de « partenaires sociaux » car désormais nous devons tous admettre que « nous sommes tous dans le même bateau ». Nous avions donc tous oublié la rentrée sociale depuis longtemps lorsque les calendriers du Gouvernement et du patronat coïncidèrent brutalement à la fin du mois d’août dernier pour nous offrir une terrible rentrée.

Lire la suite


el_sistema_esta_obsoleto.png

Cinq cents jours ?

Il nous reste cinq cents jours pour « sauver le climat ». La sentence est volontairement péremptoire. Elle émane le plus souvent des organisations non gouvernementales engagées dans la dénonciation de la grave question climatique et qui s’indignent légitimement de l’immobilisme des gouvernements politiques en la matière. Quelle est donc cette « nouvelle frontière » au-delà de laquelle le monde pourrait sombrer ou renaître ? C’est la conférence de Paris-Le Bourget prévue en décembre 2015. La dernière conférence mondiale sur le climat du cycle de Kyoto, conférence de la dernière chance avant le saut dans l’inconnu de l’après-Kyoto.

Lire la suite


el_sistema_esta_obsoleto.png

Le grand commerce aux champs

L’économie est en panne, au grand dam des fanas de la Croissance providentielle qui ne cessent d’annoncer son retour prochain. En attendant le miracle l’argent manque, nous dit-on, pour financer ce qui devrait demeurer l’essentiel :la construction de logements sociaux ou le financements de projets économiques plus doux à l’environnement et moins gourmands en énergie. Il est au moins un domaine qui rompt avec ce constat de l’investissement défaillant : la Grande distrib ». Partout en France des centres commerciaux toujours plus vastes continuent de sortir de terre, d’une terre

Lire la suite


el_sistema_esta_obsoleto.png

La politique hors-sol

L’on connaissait l’agriculture hors-sol qui engraisse ses animaux enfermés loin des prairies à l’herbe grasse ou du regard doux des enfants et fait pousser des légumes en suspension dans l’air. Le productivisme mâtiné de technocratie arrogante en fut la cause voilà cinquante ans. L’on apprit à connaître, de plus fraîche date, l’industrie déterritorialisée où les lieux de la production se déplacent au gré de l’aubaine des salaires les plus bas et de l’hyper-concurrence des travailleurs du monde entier. Avec cette « internationale capitaliste » issue de la libéralisation débridée de l’économie planétaire nous pensions peut-être que la déshumanisation de nos sociétés touchait presque à son comble ?

Lire la suite


el_sistema_esta_obsoleto.png

Le troupeau aveugle

La pollution de notre air a atteint un pic record le mois dernier. Un épisode de plus dans la longue litanie des « dégâts environnementaux ». Nous savons déjà qu’il sera dépassé un jour prochain. Nous savons cela et le prenons désormais comme une fatalité. L’ampleur du désastre atmosphérique asphyxie jusqu’à notre espoir d’en sortir.

Lire la suite


el_sistema_esta_obsoleto.png

L’Histoire à la rescousse

La peur est mauvaise conseillère, dit-on. La France, celle que nous fréquentons aujourd’hui et que certains esprits paresseux croient née sous Clovis, est régulièrement la proie d’un effroi millénaire : et si elle cessait demain d’être la France. Le maintien indéfectible du centralisme politico-administratif, peu entamé par quelques faux-semblants nommés pompeusement régionalisation ou décentralisation, témoigne d’un manque de sérénité quant au devenir de la « Nation éternelle ».

Lire la suite


el_sistema_esta_obsoleto.png

Allo, surtout ne décrochez pas !

Nos enfants doivent réussir. Réussir grâce à l’École car en dehors d’elle point de salut. Mais pour cela encore faut-il qu’ils y restent assez longtemps. En ce début d’année 2014, l’Éducation nationale s’empare enfin du douloureux problème : désormais, on ne devra plus laisser sortir personne avant la fin du délai de formation jugé raisonnable pour chacun. Il faut faire grimper les statistiques, mentir les comparaisons internationales en défaveur du système éducatif français. Voilà bien un grand défi digne d’une grande nation un tantinet oublieuse de son humanisme légendaire ces temps-ci. Il était GRAND temps de lancer « la réforme de l’éducation prioritaire ».

Lire la suite


el_sistema_esta_obsoleto.png

De quoi Google est-il le nom ?

Nous devrions nous y faire : l’emprise de Google s’accroît chaque jour davantage et il serait illusoire de vouloir y résister. La firme, omniprésente dans l’univers de nos cyber-activités, recouvre nos vies d’une prétendue bienveillance. Ce serait au nom de l’émergence d’un monde plus sûr que Google, en compagnie de huit autres sociétés privées américaines, participe activement au système Prism mis en place par la NSA pour surveiller tous les recoins de « la toile ». La volonté arachnéenne veille sur nous ; allons en paix !

Lire la suite


el_sistema_esta_obsoleto.png

Les Bretons vus du large

La révolte “moderne” des bonnets rouges n’est assurément pas le début d’une Révolution. Elle fait du reste plutôt pâle figure face à sa devancière de 1675. Cependant, elle est l’occasion, en maints lieux médiatiques ou par la parole de personnalités s’autorisant à penser, de réactiver les vieux poncifs à l’endroit – à moins que ce soit à l’envers - de la Bretagne et des Bretons.

Lire la suite


DeadManWorking.jpg

Où va le travail ?

La thèse enrichissante selon laquelle le capitalisme est déjà mort impose une question tout aussi enrichissante : que devient le travail désormais orphelin de la traditionnelle exploitation capitaliste ? La résolution à venir des crises écologique et sociale monstrueuses que nous a délibérément légué le capitalisme devra impérativement s’occuper de définir ce qui remplacera le travail dans la société nouvelle. Un travail de titans !

Lire la suite