Dernière mise à jour 28/07/2017

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Lettre ouverte à Shuichi ABE, Gouverneur de la Préfecture de Nagano

À Monsieur Shuichi ABE, Gouverneur de la Préfecture de Nagano[1] ,

Par ce présent message, Nous, le collectif des auteurs de Netoyens.info, venons vers vous depuis la Francophonie afin de vous remercier pour l’attitude courageuse dont vous venez de faire preuve et dont notre ami Laurent Mabesoone vient de nous relater les faits

À Monsieur Shuichi ABE, Gouverneur de la Préfecture de Nagano[1] ,

Par ce présent message, Nous, le collectif des auteurs de Netoyens.info, venons vers vous depuis la Francophonie afin de vous remercier pour l’attitude courageuse dont vous venez de faire preuve et dont notre ami Laurent Mabesoone vient de nous relater les faits.

Nous voulons manifester auprès de vous et à l’attention de vos administrés, notre immense compassion ressentie depuis le 11 mars 2011, date du grand séisme et surtout, du début de la grande catastrophe atomique de la centrale de Fukushima-Daiichi.

Mais nous voulons aussi vous faire part du grand honneur que nous avons à nous joindre au grand mouvement citoyen composé du « mouvement des parents » mais aussi de nombreux et illustres artistes et intellectuels japonais.

C’est notamment depuis la France, cet autre pays livré à l’industrie du nucléaire, que nous saluons une décision qui sera l’exemple à suivre partout au Japon.

Nous ne doutons pas, en outre, que l’action déterminée que vous ne manquerez pas de conduire à la suite de cette décision d’une portée politique de grande ampleur sera aussi pour nous, ici et partout dans le monde où le nucléaire fait encore peser sa menace, un grand encouragement dans le travail patient que nous poursuivons pour obtenir très vite, l’abolition de la peine nucléaire.

Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Gouverneur, l’expression de notre très haute considération.

Le collectif des netoyens


Document(s) attaché(s) :

  1. no attachment



Évaluer ce billet

5/5

  • Note : 5
  • Votes : 2
  • Plus haute : 5
  • Plus basse : 5

Netoyens.info

Auteur: Netoyens.info

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (0)

Soyez le premier à réagir sur cet article

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet


À voir également

lettre_ouverte.gif

Lettre ouverte à Yannick Rousselet

Ci-joint vous trouverez une lettre ouverte adressée à Yannick Rousselet, responsable des campagnes nucléaires à Greenpeace France. Cette lettre ouverte a été écrite dans le cadre d’une revue à paraître autour de la mort de Rémi Fraisse - manifestant tué par le souffle d’une grenade offensive cet automne lors d’un rassemblement contre le barrage du Testet -. Il était pour nous important d’évoquer dans ce cadre comment l’État trouve souvent au cœur des luttes des militants ou des militantes à même de relayer son discours. C’est ce rôle que notre salarié de la multinationale écologiste a accepté d’endosser en direct sur i-Télé, condamnant les “méchants casseurs” qui “sévissaient” en réaction à cet assassinat dans les rues de Nantes et Toulouse. 216

Lire la suite

amis-de-la-terre-france.jpg

Lettre ouverte aux Amis de la Terre-France

En octobre 2014, trente-trois réacteurs électronucléaires en France sur cinquante-huit auront 30 ans ou plus. Il y en avait vingt et un au début du mandat du président Hollande, et seulement deux au début du Grenelle de l’Environnement. Sans sursaut des écologistes antinucléaires, il risque d’y en avoir quarante-six dès novembre 2017. Pour tâcher de s’extraire de l’impasse atomique et cesser de banaliser le désastre en cours au Japon, il faut un coup d’arrêt à la production anthropique massive de radioactivité. Pour cela, il faut exiger enfin en France, de toute urgence et en attendant mieux, le remplacement transitoire des réacteurs nucléaires par des centrales thermiques à flamme. A gaz et même, si nécessaire, en partie au fioul et au charbon. Ce n’est pas antagonique, bien au contraire, avec l’adaptation au changement climatique et la lutte contre son aggravation. Et c’est essentiel pour la préservation de la vie sur terre, ainsi que pour celle d’une démocratie en France. Plus vite ça se fera, mieux ce sera. Y compris pour le climat. Il est de la responsabilité historique des Amis de la Terre de le dire, et de le faire comprendre autour d’eux.

Lire la suite