Dernière mise à jour 24/09/2017

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

On fait quoi ??

Line NO NUKESFukushima : une situation plombée par la force d’inertie des egos

“Encore deux citernes-tank (de 1000 tonnes) qui fuient on été découvertes… cela fait déjà 5 citernes (sur des centaines). Mais cette fois-ci, les radiations autour des citernes défectueuses ( 1800 mSv/h) sont telles qu’un liquidateur ne peut s’en approcher qu’une minute…

On fait QUOI ??

On attend que toutes les citernes se dégradent avec le temps, se vident totalement afin de bien sacrifier le Pacifique et toute l’eau potable de l’est du Japon ??”

Ainsi s’insurge Laurent Mabesoone, commentant une brève en japonais, de l’impéritie persistante de l’opérateur Tepco et des autorités.

Interpelé sur la complexité de la situation (proximité des citernes hautement radioactive, nécessité de continuer à refroidir par arrosage permanent les réacteurs endommagés), il poursuit :

“On cesse d’utiliser des citernes a moindre prix (dont le constructeur ne garantissait déjà la sécurité que pour 5 ans, et qui commencent a fuir après 2 ans et demi déjà…). Et pour les 940 citernes déjà installées, on fait comme a Tchernobyl. On lève un fonds international pour régler la situation en dehors des egos de la Tepco et du gouvernement. La consolidation/reconstruction de toutes les citernes existantes + la construction d’un sarcophage EN DUR hermétique partout autour des réacteurs (estime a 1 cho yens[1] par Koide).

Voilà la seule façon d’éviter que nos enfants, dans l’est du Japon, n’absorbent du plutonium en buvant de l’eau du robinet d’ici quelques années. A mon sens, (c’est l’avis de Koide Hiroaki aussi, par ex), la solution est donc plus simple (sauf en termes de main d’oeuvre… mais, là, le village nucléaire va peut-être enfin cesser de sous-traiter et va commencer à “mouiller la chemise” ?).

La résolution des ego, elle, n’est pas simple… surtout au Japon. (Les Ukrainiens, eux, au moins, ont accepte Bouygues & co…)”

C’est malheureusement un obstacle énorme, ces ego marqués par le désir de toute puissance et d’infaillibilité, auquel s’ajoute la croyance en des indicateurs économiques (croissance du P.I.B. (produit intérieur brut) et de la balance commerciale) comme principaux sinon seuls instruments de mesure de la richesse (donc, du bonheur…).

Quand on veut encore et toujours pouvoir vendre ses cocottes minutes nucléaires à l’étranger ou sur son territoire, il ne peut être que très difficile, sinon impossible, de trouver l’humilité pour penser et agir juste ! Au Japon, comme en France, en Grande-Bretagne, aux Etats Unis ou ailleurs.

Nos promoteurs du nucléaire sauront-ils répondre à l’appel à l’aide lancé par Pierre Fétet sur le blogue Fukushima 福島第一à Luc Oursel (AREVA), Henri Proglio (EDF), Pierre-Franck Chevet (ASN), Yves Bréchet (CEA) et Jacques REPUSSARD (IRSN) ? …

Messieurs les promoteurs de l’énergie nucléaire,

Avez-vous entendu l’appel au secours international lancé par l’électricien Tepco et par le gouvernement japonais il y a quelques jours ? Cet appel s’adresse à vous, experts nucléaires, pour trouver une solution rapide à l’urgence actuelle.

Quelle est cette urgence, alors que l’arrêt à froid a été déclaré en décembre 2011 ?

Depuis deux ans et demi, nous sommes témoins impuissants de ce qui se passe à Fukushima. 3 cœurs fondus, 3 coriums perdus, 3 enceintes de confinement percées, 3 explosions atmosphériques, 3 piscines de combustible en position instable. A la limite, on aurait encore pu espérer qu’une fois le nuage passé, les coriums refroidis et les piscines vidées de tout combustible, tout était maîtrisé. Mais on est loin d’une stabilisation de la situation. On se retrouve plutôt proche d’un clash.

Peut-être étiez-vous en vacances et n’êtes vous pas au courant des évènements de cet été car je n’ai pas encore vu – excepté sur le site de l’IRSN qui affirme que la situation ne s’aggrave pas – la moindre réaction de votre part après la reconnaissance officielle d’un flux continu de plusieurs centaines de m3 d’eau hautement radioactive se déversant directement dans l’océan Pacifique ! (…)

Lire la suite

SOS nucléaire - sable

Notes :

[1] 1兆 / 1cho yens =1000 milliard de yens, soit 9 milliards d’euros ou 10 milliards (billions) de dollars environ


Document(s) attaché(s) :

  1. no attachment



Évaluer ce billet

3.75/5

  • Note : 3.75
  • Votes : 4
  • Plus haute : 5
  • Plus basse : 1

Véronique Gallais

Auteur: Véronique Gallais

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (3)

Le dindon de la farce Le dindon de la farce ·  01 septembre 2013, 17h09

Le monde d’après Fukushima, le film et l’interview de réalisateur Kenichi Watanabe.

Le dindon de la farce Le dindon de la farce ·  04 septembre 2013, 01h01

Un gigantesque sarcophage est nécessaire

Reporterre - mardi 3 septembre 2013

Depuis le début, de l’eau de refroidissement est injectée dans les réacteurs. Cette injection reste nécessaire et le circuit n’est pas fermé. Une installation retraite l’eau récupérée, mais sans diminuer suffisamment sa radioactivité pour qu’on puisse la déverser dans la mer ; il faut donc la stocker. 300 000 m3 d’eau radioactive se trouvent ainsi contenus dans près d’un millier de cuves, qui commencent à fuir. Cependant, toute l’eau injectée dans les réacteurs n’est pas récupérée. Une partie de cette eau contaminée a envahi les sous-sols et des tranchées.

La suite : http://www.reporterre.net/spip.php?article4606

ET UN PETIT RAPPEL… EN PASSANT !

Fukushima : le système AREVA/Veolia contribue avec succès au traitement des eaux contaminées

Communiqué de presse - 11 juillet 2011 - Areva.com

Le système de décontamination co-développé par AREVA et Veolia Eau* pour la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi vient de franchir le cap des 18 000 tonnes d’eaux hautement radioactives traitées à ce jour, soit 15 % du volume accumulé…

http://www.areva.com/FR/actualites-8959/fukushima-le-systeme-arevaveolia-contribue-avec-succes-au-traitement-des-eaux-contaminees.html


Fukushima : l’insoluble équation de l’eau contaminée

jeudi 27 décembre 2012 

L’unité ALPS, fruit de la coopération entre les Américains de Energy Solutions (brevets), des Suédois de Fortum (filtres) et du Japonais Toshiba (assemblage), était prévue pour traiter environ 500 tonnes d’eau contaminée par jour et filtrer à l’aide de charbon actif et de résine une soixantaine de contaminants différents. Son démarrage devait également signer la fin de l’utilisation de l’unité AREVA/VEOLIA dont la fiabilité laissait déjà fortement à désirer à l’époque où il n’y avait que 60.000 tonnes d’eau  à décontaminer.

La source : http://gen4.fr/post/2012/12/fukushima-insoluble-eau-contaminee.html

Le dindon de la farce Le dindon de la farce ·  29 septembre 2013, 21h54

Fukushima : le système de décontamination de l’eau à nouveau stoppé

Le Monde.fr avec AFP | 28.09.2013 à 08h54 • Mis à jour le 28.09.2013 à 11h39

La compagnie gérante de la centrale accidentée de Fukushima a fait part, samedi 28 septembre, de l’arrêt du système avancé de traitement de liquide (advanced liquid processing system, ALPS) qui venait tout juste d’être remis en service, à cause d’un problème technique.

Tokyo Electric Power (Tepco) s’est rendu compte dans la nuit de vendredi à samedi de l’existence d’un problème dans le débit d’une pompe de ce système de décontamination de l’eau censé filtrer 62 éléments radioactifs (à l’exception du césium 134 et du césium 137 retirés en amont et du tritium qui reste).

Tepco avait relancé une unité ALPS en test à chaud vendredi à 0 h 4, mais a dû la stopper à 22 h 37 le même jour, sans pour le moment connaître la cause exacte de cette avarie. Entre-temps, 100 tonnes de liquide radioactif ont été traitées, ce qui est une goutte d’eau comparée à l’énorme quantité de plus de 400 000 tonnes stockées dans des réservoirs ou accumulées dans les sous-sols du complexe atomique saccagé par le tsunami du 11 mars 2011… La suite

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet


À voir également

el_sistema_esta_obsoleto.png

Des chiffres

L’Empire des chiffres ayant définitivement supplanté la République des lettres les « décideurs » politiques sont passés maîtres dans l’art de choisir les opportunes données leur permettant d’appuyer leurs desseins le plus souvent dictés par « les forces du marché ».

Lire la suite

el_sistema_esta_obsoleto.png

Avis de régression générale

À chaque année qui passe les espoirs d’une « mondialisation heureuse » s’éloignent. Certes, seuls les hommes les plus naïfs et ceux qui avaient intérêt à leur faire croire à cette fable grossière usaient ces dernières années de cet adjectif collé à un processus mortifère puisque orchestré par « les nouveaux maîtres du monde » contre les « multitudes ». Partout, les possesseurs du capital exploitent de manière éhontée puis jettent sans vergogne des « flux » de main-d’œuvre qui viennent alors grossir les rangs des outsiders. Partout, une économie de dévoration ravage les écosystèmes pour nourrir en « ressources » épuisables la méga-machine dont les rejets nocifs sont, de plus, impossibles à contenir désormais. Partout, les fractures sociales et écologiques poussent des pans entiers des sociétés humaines vers le désespoir. Sur ce terreau fertile des hommes et des femmes se prétendant de bonne volonté se font élire pour diriger à leur tour le système qui les a si bien servi jusqu’alors. Ils ne feront ensuite qu’aggraver le sort des plus humbles et renforcer celui des nantis car telle est la loi du capitalisme débridé dont ils ne songeront surtout pas à inverser le sens profond.

Lire la suite