Dernière mise à jour 25/09/2017

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Chroniques anti-nucléaires... Faire une pause sur Netoyens !

Fukushima-ruban_jaune-Seegan.jpgChers lecteurs

Je ne vous cache pas que la dernière « attaque » qui m’a été adressée sur ce site me rend très mal à l’aise. Surtout lorsqu’on me reproche d’instrumentaliser ma fille.

Ce que je fais depuis le printemps 2011, mes témoignages au quotidien d’une « famille normale », c’est justement dans le but d’éviter à ma fille une seconde catastrophe. Mais la majorité de mes « actions » se fait en dehors d’internet, dans la réalité.

Ce commentaire si vil c’est, comme on dit, « la goutte d’eau qui fait déborder le vase ».

Seegan MabesooneJe remercie les gestionnaires de cette page pour tous leurs efforts de mise en page et de promotion au cours des derniers mois. Ce fut un plaisir d’envoyer mes articles chaque jour. Je vais donc faire une pause sur Netoyens !

Bien sûr, je continuerai d’écrire quotidiennement sur Facebook (en japonais), comme je le fais depuis mai 2011. Je n’ai jamais reçu le moindre reproche sur ce groupe (principalement japonais) que j’ai créé, où paraissent mes chroniques depuis presque un an (d’abord en japonais, parfois traduites en français).

Mon but a toujours été d’écrire avant tout en japonais, pour soutenir, à ma façon, ce grand mouvement citoyen des Japonais contre le nucléaire.

On m’a proposé d’écrire et de publier aussi en Français. Malheureusement, désormais, cela génère pour moi plus de stress que de satisfaction. L’essentiel, pour l’instant, c’est que le dernier réacteur s’arrête fin avril.

Nous continuons à nous battre au quotidien, n’en déplaise aux passifs, aux inactifs, aux sceptiques ou aux pro-nucléaires déclarés.

Je voudrais juste dire que l’attitude agressive de certains lecteurs francophones ne laisse pas présager de beaucoup de sang froid en cas de catastrophe nucléaire en France.


Document(s) attaché(s) :

  1. no attachment



Évaluer ce billet

4.14/5

  • Note : 4.14
  • Votes : 7
  • Plus haute : 5
  • Plus basse : -1

Laurent Mabesoone

Auteur: Laurent Mabesoone

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (21)

Etienne servant Etienne servant ·  02 février 2012, 07h45

Dommage ,les informations en Français sont rares. Bon courage pour la suite .

Augure Augure ·  02 février 2012, 09h41

Bien que je comprenne vos raisons et que je sois conscient de la pression que de tels commentaires peuvent susciter (celui que vous évoquez), je me permets néanmoins de vous transmettre ce mot, que j’ai écris pour d’autres qui comme vous font ce qu’ils doivent, mais qui vous concerne et vous appartient également.

Aucun média de masse ne dira jamais aucune des réalités concernant l’empoisonnement planétaire, qu’il soit nucléaire ou chimique. La puissance industrielle et son bras armé, la finance, sont le bâillon des consciences, et l’avidité des puissants corrompt jusqu’à l’esprit du peuple, qui, par mimétisme peut être, s’abreuve à leur source d’ivresse dans une quête effrénée du toujours plus, toujours plus loin.

Et chaque fois, nous assistons à leurs débats ignobles, qui loin d’être des pugilats ne sont plus qu’ébats dans la fange de leur perversité. La dynamique, toujours la même, est simple. A tel point que l’on pourrait croire qu’il s’agit là de recettes issues de quelques livres saints de civilisations passées, oubliées, détruites par l’orgueil narcissique, par la haute suffisance de leur puissance chimérique, par des certitudes assenées qui ne sont que mensonges et violences à l’intelligence, à la probité, à l’essentiel.

Au début, advient la catastrophe.

Là, le cénacle des laudateurs de l’ordre s’escrime à minimiser, atténuer, masquer, mais lorsque cela devient impossible alors s’impose la phase1 : la dénégation

L’homme industriel autrefois industrieux, devenu consommateur obsessionnel à la fois avide et cupide, l’homme moderne donc, la société, l’entreprise, ne sont pas responsables.

Ce sont les aléas… un séisme trop fort, un tsunami trop haut, mais en aucun cas, ni les choix, ni les personnes, ne sauraient être reconnus coupables de ce qui devient, “un caprice de la nature”, “un évènement exceptionnel” et qui ne sauraient, en conséquence, justifier l’introspection et la remise en cause de nos choix.

Puis, assez rapidement finalement, après avoir laissé couler le flot informationnel où prospère le superficiel, la savante propagande, l’abondance intarissable de faits divers tous plus monstrueux les uns que les autres, arrive la phase 2 : Le déni

La catastrophe a été évitée.

Dès lors, la vie reprend son cours et les apologistes du libéralisme débridé, de la modernité à tout prix, commencent à clouer au pilori les contempteurs de cette société de spectacle, morbide et mortifère.

Si seulement cela s’arrêtait là… à défaut d’être moindre mal, avec espoir, cela serait moins pis, mais ce n’est pas le cas… bien évidemment.

Le déni devenu vérité officielle, impose ses règles. Il n’y a pas eu de catastrophe, donc, non seulement nous allons continuer sur le chemin qui mène à la destruction, mais pire, rien ne sera fait pour s’opposer aux conséquences d’une catastrophe qui n’est pas arrivée, aggravant chaque jour une situation qui n’a jamais été et ne sera plus jamais, sous contrôle.

Alors commence la phase 3 : Le lynchage et la chape de plomb

Le peuple, rassuré, n’aspirant qu’à la jouissance, s’enhardit et montre du doigt ces fauteurs de troubles, ces “verts” dès lors qualifiés d’extrémistes, qui voudraient, selon la définition labélisée établie par les puissances industrielles, financières et politiques, que l’on s’éclairât à la bougie, que l’on vécût dans les cavernes, et que l’on renonçât à toute modernité.

Tançant ceux qui posent des questions, les taxant de catastrophistes, le peuple asservi au dogme, devenu idolâtre du consumérisme, se révèle fervent défenseur de ceux là même, qui l’amène à sa perte et qui chaque jour le vide de son sang pour mieux s’en abreuver. Méprisant ceux, qui en son sein, essaient d’allumer une bougie, face à la noirceur de ce nouvel obscurantisme, il disqualifie par avance, toute contestation de l’ordre existant et s’approprie le dogme : Le libéralisme est un état naturel, tout à la fois incontournable et incontestable.

Devant cette folie, qualifiée de vérité originelle quand elle n’est qu’un choix pervers, prétendu rationnel, celui qui refuse de céder aux sirènes, devient ostracisé. Son discours subit l’invective, et le rire s’élève rapidement à son énoncé. Bien qu’apportant chaque jour des preuves, et cela avec l’aisance déconcertante que peuvent nous apporter les nouveaux moyens de communication, il est néanmoins noyé par le flot d’indigence de la parole officielle, médiatique, politique et dès lors son cri se perd dans le silence de ceux qui savent et préfèrent se taire.

Alors… amis humains, vous tous qui prenez votre bâton de pèlerin à chaque fois, qui jamais ne renoncez, vous êtes des preux, des chevaliers du nouvel âge. Vous êtes la chandelle qui se dresse face à l’obscurité et de ceux qui subliment l’essence humaine, cette part, qui pour certains relève du divin et qui dans tous les cas, est le plus beau de ce qui nous habite.

Aussi, et si insuffisant que cela puisse paraître, il n’est finalement qu’un mot à vous dire…

Merci.

S'IL VOUS PLAÎT... S'IL VOUS PLAÎT... ·  02 février 2012, 15h17

Tout d’abord, je tenais à vous remercier pour ces chroniques que je suis depuis plusieurs mois déjà.

La seule raison de vivre des trolls analphabètes du type de “Julien” (celui qui vit à Tokyo depuis un “baye” et vous situe à “Sapporo”) est de miner l’énergie d’autrui. Si je comprends que vous en arriviez à souhaiter faire une pause (l’action de la fourmi n’est pas de tout repos), je vous conjure toutefois de revenir bientôt nous faire partager ces petits riens de votre quotidien qui nous éclairent beaucoup sur l’évolution de la situation au Japon.

Que votre fille se trouve au centre de vos préoccupations de parent et que vous cherchiez par tous les moyens à préserver son devenir est plutôt rassurant à une époque où nombre de géniteurs se défaussent de leurs responsabilités en se reposant sur les propos rassurants de politiques vendus aux plus offrants des lobbies. (Les trolls sont vraisemblablement sinon célibataires du moins égocentriques) Sans oublier que les enfants sont les principales victimes expiatoires désignées par les autorités japonaises qui envisagent qu’ils pourront être irradiés au même niveau que des travailleurs du nucléaire… Pour un pays menacé par la dénatalité, quelle preuve éblouissante de gouvernance à long terme !

La désinformation médiatique est si patente, la pression exercée sur ceux qui osent s’exprimer si forte, que vous êtes de moins en moins nombreux à apporter des informations fiables sur la situation.

En cas de catastrophe nucléaire en France, faire preuve de sang-froid servirait-il à grand chose ? l’ensemble du territoire du pays et des quelques provinces étrangères limitrophes se trouverait en zone interdite. Combien de Français savent-ils que les centrales nucléaires rejettent en continu, et en toute légalité, des gaz et effluents radioactifs ? Combien savent-ils que les sédiments du Rhône contiennent des transuraniens (personnellement, il y a belle lurette que je ne mange plus de riz produit en Camargue) ? Combien ont-ils oublié que les rejets de Tchernobyl sont toujours présents dans les sols (le césium 137 n’a pas encore atteint sa période de demi-vie, et dans l’est du pays, comme en Corse par exemple, la contamination avérée et mesurée allait de 5 000 à 30 000 Bq /m2), sans compter les dépôts dûs aux divers essais nucléaires atmosphériques des années 1940-1960. Amnésie dûe aux faibles doses d’irradiation ou déni de réalité ?

Nous n’allons pas assez loin dans notre condamnation du système, pourquoi n’exigeons-nous pas que l’ensemble des technocrates et décideurs d’organismes tels que l’AIEA, OMS, NRC, CEA, ASN, NISA, EPA, AREVA, TEPCO… soient assignés à résidence dans ces zones qu’ils estiment sans danger pour la vie des populations lambda, voire même qu’ils fassent montre de leur exceptionnelle expertise en se chargeant eux-mêmes des interventions sur les réacteurs endommagés. Et qu’ils n’hésitent surtout pas à s’entourer de leurs zélateurs les plus assidus (et autres trolls de tous les pays). Ils ont déjà opté pour Futaba, soit, qu’ils aillent y vivre (et y mourir).

S’il vous plaît, ne baissez pas les bras…
(je ne puis vous suivre sur Facedebouc, entre autres parce que je ne lis pas le japonais…)
et revenez-nous bien vite, pleinement requinqué et imperméabilisé contre la bêtise ordinaire !

Cordiales salutations,
So (résidente ardéchoise).

Marie Marie ·  02 février 2012, 21h49

Bonsoir Laurent,

Nous allons regretter votre page quotidienne pour moi le seul lien en français du Japon .
Restons vigilants mais surtout ne baissons pas les bras ……. cela serait leur faire allégeance .
Continuons notre combat pour l’arrêt immédiat du nucléaire civil et militaire !!!!!!!!
Courage et à bientôt ici ou ailleurs .

Marie,
Présidente du Réseau Zéro Nucléaire .

laure laure ·  02 février 2012, 23h10

Bonjour ,
Je n’avais pas pris connaissance de ce “torchon” éructé par Julien ( 1 faute par mot,qui dit mieux….).

Honnêtement, vous auriez dû traiter par le mépris ce genre de personnage, l’ignorer totalement .

Je comprends votre réaction ,étant donné le stress dans lequel vous vivez depuis des mois.

Mais n'y attachez pas d'importance , oubliez les , ces petits, ces mesquins, ces frustrés... Le silence du mépris , c'est bien aussi, vous savez.

Pensez plutôt à tous ceux qui comptent sur vous pour les informer de l’intérieur, dont je suis.

Allez , faites une pause, vous devez en avoir besoin, mais revenez -nous bien vite ; je ne comprends rien à Facebook et refuse de m’y inscrire et …je ne lis pas le japonais, même si j’ai une petite-fille franco- japonaise à Tokyo de l’âge de votre fille…

Courage à vous et votre famille en tout cas, et merci infiniment pour ce que vous nous avez déjà apporté d’information.
Laure

Janek Janek ·  02 février 2012, 23h36

Ne partez pas, Laurent!
A ma manière familière dont il écrit son post, je pense que la personne derrière les pseudos de “Strand” et “Julien” est la même. Et qu’elle cherche juste à détruire une excellente source de renseignements.

Je sais que je ne vous ai pas perdu définitivement parce que de temps en temps je croise vos commentaires sur FB, mais pour toutes les personnes qui ne connaissent la situation qu’à travers vos chroniques, ne restez pas en pause trop longtemps, je vous en prie. Ce que vous avez fait jusqu’à présent est admirable. Et vous allez manquer à beaucoup de personnes.

Niko Niko ·  03 février 2012, 01h39

Pitoyable réaction que celle de Julien ! Sans doute un égoïste de plus. Je l’imagine bien sans enfants, sans famille. C’est facile de se permettre ce genre de réaction et de cracher son venin.
En ce qui me concerne, je suis à Tokyo depuis dix ans, marié et avec un enfant, et je peux vous garantir que je ne m’en fiche pas, que ma femme passe de plus en plus de temps à vérifier la provenance des aliments et que, si la majorité des gens ne dit rien, il y a en a très peu qui ne se soucient pas du problème. Mais pour comprendre cela, encore faut-il être à l’écoute des gens et se soucier des autres, ce dont Julien semble bien incapable.
Voilà, je tenais simplement à vous marquer mon soutien. Je vous suis depuis des mois, sans avoir jamais laissé un commentaire. Mais là, pour moi aussi, c’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase !

D'un renard D'un renard ·  03 février 2012, 07h16

La bave d’un crapaud ne peut atteindre un homme intègre, l’homme intègre que tu es et qui se donne beaucoup de mal pour sa terre d’accueil, avec un amour sincère.

Nous comprenons aussi ta douleur, ton indignation face à ces basses délations. Personne n’a le droit de juger de tes décisions personnelles et familiales, puisque seul toi connais toutes les déterminantes de ta situation.

Nous sommes des milliers directement et indirectement à t’être reconnaissant pour l’humanité généreuse dont tu témoignes, nous relayant chaque jour les véritables détails de cette catastrophe vécus chaque jour par une page, non d’infos généraliste comme tant d’autres, mais certainement la plus humaniste ou la seule humaniste même.

Nous ouvrant ton Journal quotidien, tu nous as fait confiance, tu nous as laissé entrer dans ton intimité, pour la cause d’un peuple. Nous t’en savons gré, nous avons appris à te connaitre, à t’apprécier, à te respecter.

Et c’est tout cela qui compte, la bave d’un Julien ou celle d’un Strand anonymes ne comptent pas, nous sommes des milliers à t’estimer et nous respectons tes décisions personnelles.

Nous continuerons à te suivre ici ou sur Yellow Ribbon ou ailleurs.

Amitié Solidaire et Antinucléaire,
Hervé Courtois

Lecteur anonyme Lecteur anonyme ·  03 février 2012, 08h48

En tant que lecteur quotidien de vos articles. Je regrette de n’avoir jamais posté de message d’encouragement. Je me joins aux autres pour vous demander de continuer s’il vous plais.

strand strand ·  03 février 2012, 09h50

Bonjour “Janek”,
Je ne sais pas qui est ce Julien et ce que j’ai écrit ne concerne que moi. Je ne suis pas un troll. J’ai d’ailleurs été moi même était harcelée par un de ces sales animaux durant de longues années sur mon blog personnel.
Ce n’est pas parce que j’ai exprimé un avis personnel sur une situation qui il est vrai m’échappe dans ces grandes largeurs, car je ne vis pas au Japon que je dois être accusée d’être un Troll.
L’auteur de ce site a mal pris le fait que je dise ouvertement à quel point cette situation pourrait être dangereuse pour des enfants.
Je ne vais pas m’excuser de dire ce que je pense non plus? Je ne pratique pas la langue de bois, ni la fausse gentillesse et encore moins le mensonge poli.

En revanche, je comprends en ayant réfléchi un peu que la situation de désinformation au Japon est telle que cela nécessite que des gens se lèvent pour écrire et informer au quotidien, donc qu’ils agissent tous les jours en apportant des informations où ils le peuvent.
C’est effectivement courageux et très utile.
Je n’ai rien à dire d’autre.

Et je vous prie de retirer le mot “troll” accolé à mon pseudo.
Merci.

http://sediments.hautetfort.com/

Philou Philou ·  03 février 2012, 11h13

Bonjour Laurent,
Surtout prévoyez de nous revenir bientôt, après un repos bien mérité !!! …moi aussi, j’habite à Tokyo et votre blog est dans mes 3 meilleurs : ceux je consulte pratiquement chaque jour (les 2 autres : SKF en anglais et japonais, source précise d’infos techniques ; et Scoop.it, revue des articles, à trier bien sûr) + la météo suisse qui donne la direction des rejets de F*ckyoushima (http://www.meteocentrale.ch/fr/mete…).
Vous avez une si belle sensibilité : humaine, poétique, politique ! …et j’admire votre connaissance du japonais et votre engagement civil au Japon.
Ne vous attardez pas à des attardés comme ce Julien et ses si rares clones. Dans la forme comme dans le fond, ce type est une insulte vivante. Je suppose qu’il faut de tout pour faire un monde… mais il y en a plus que de raison, de ces egos malformés, parmi nos compatriotes (c’est une des raisons qui me font préférer, malgré tout, la vie au Japon).
Moi aussi, j’ai un enfant en bas âge et je m’inquiète terriblement de ce qu’il mange, de là où il vit ou va.. au point d’envisager une retraite précoce (et donc médiocre), pour pouvoir rentrer en France dans peu d’années.
S’IL VOUS PLAIT, continuez vos chroniques, même plus clairsemées, quand vous en aurez le temps et le courage !
Par exemple, quand vous aurez votre appareil à becquerels et que vous pourrez alors constater (ou non, espérons) le pot au rose, c’est-à-dire au césium…
Je ne vous connais pas personnellement mais, pour moi, vous êtes l’un des meilleurs éléments de la communauté française au Japon (et j’y vis depuis assez longtemps). Merci infiniment…

Le dindon de la farce Le dindon de la farce ·  03 février 2012, 11h18

Julien :


Max :


Julien <> Max ? Max <> Julien ?

Janek Janek ·  03 février 2012, 15h07

Bon, ben je me suis trompé, visiblement Strand et Julien sont deux personnes différentes. Mais je vois que je ne suis pas la seule personne à partir à la recherche de l’identité du mystérieux Julien. :D

Stéphane Lhomme Stéphane Lhomme ·  03 février 2012, 15h51

Merci INFINIMENT à LAURENT, courage à lui, à sa famille, ses amis, aux Japonais en général… Et un peu de pitié pour des malheureux comme Julien…

Sébastien Sébastien ·  03 février 2012, 17h48

Bonjour Laurent,

Je suis sincèrement désolé que vous ne poursuiviez plus vos chroniques en français.
Je vous soutiens entièrement dans votre combat contre l’énergie nucléaire et n’en déplaise à certains.
La personne qui vous a attaqué ne mérite aucune considération, surtout avec des commentaires aussi insignifiants et mal écrits …

N’en tenez pas compte et continuez votre travail d’information. La presse système étant une pravda nucléaire, ce sont les gens comme vous qui sont importants et qui permettent au monde d’avancer.
Les gens qui habitent le japon et nous qui vous lisons de partout dans le monde comptons sur votre action, il est important de résister au mépris et moqueries auxquels vous pouvez être exposé, même si cela parait psychologiquement incompréhensible et insupportable. Surtout que ces mêmes critiques viennent sans doute de personnes qui habitent très loin de tous ces problèmes et que leur petit quotidien n’est en rien affecté par les particules radioactives …

Surtout, n’abandonnez pas votre lutte ni votre journal en français car il nous permet de continuer la sensibilisation des gens à vos problèmes, et surtout il lutte contre le fléau de l’oubli !!!
Continuez s’il-vous-plait !!!

Avec mes plus sincères encouragements et au plaisir de vous rencontrer un jour
Cordialement

Véronique Véronique ·  03 février 2012, 18h06

Bravo, Laurent, pour ton courage, ton écriture, ton action (multiple) et merci de reconnaitre ta vulnérabilité; trop peu de personnes osent cela aussi mais c’est une vraie force. Prends soin de toi, de vous, et reviens-nous ici quand tu le sentiras. Tu sais que nous sommes nombreux/ses à te lire et que tes chroniques nourrissent aussi le courage et l’action de tes compagnons dans ce combat trop inégal et adémocratique. A bientot !

brigitte brigitte ·  03 février 2012, 21h22

Je comprends votre dégoût, vu la bassesse de l’attaque (c’est si facile de critiquer ceux qui font quelque chose quand soi-même on n’a rien à proposer !). Que peut faire un poète contre le nucléaire ? a priori pas grand-chose, et pourtant… Vos billets sont précieux pour nous informer sur ce qui se passe au Japon, et pour nous faire prendre conscience de façon concrète, humaine, des conséquences de ce choix du nucléaire fait par le Japon, et par la France aussi… Je pense à vous et à votre famille, et à toutes les familles japonaises : que ferions-nous à leur place ? Reprenez des forces, faites une pause, mais ne vous découragez pas. Ganbatte !

Eric Jousse Eric Jousse ·  04 février 2012, 02h16

À Laurent Mabesoone,
À Stéphane Lhomme,
À vous toutes et tous,

Durant ces 3 derniers mois, régulièrement pour ne pas dire chaque jour, nous avons été en contact avec Laurent Mabesoone. Il faut avoir lu chacune des 90 chroniques quotidiennes qui ont été publiées pour comprendre à la fois son engagement profond pour ce merveilleux pays que demeure le Japon et une grande lassitude qui nécessite de lui, dorénavant, un effort de concentration sur la réalité qu’il doit affronter chaque jour, heure après heure, justement pour parvenir à remplir son engagement envers son pays d’accueil et sa famille.

Je lui ai dit mon respect et mon amitié. Il sait combien nous lui devons et il sait notre gratitude pour tous les efforts qu’il a déjà consenti. Il sait, nous savons, que notre solidarité sera sans faille. Elle aura très rapidement, dans les jours et les semaines à venir, de nouvelles occasions pour s’exprimer.

À tous nos ami-e-s, je veux dire que nous ne pouvons pas ne pas entendre ce que Laurent Mabesoone n’a pas manqué de nous dire tout au long des trois derniers mois. Nous en savons maintenant suffisamment pour bien comprendre que la réalité radioactive du Japon est pour ainsi dire, hélas, irréversible au regard de ce qu’est l’échelle d’une vie humaine. Comme dans la Biélorussie de Chernobyl, le japon de Fukushima sera, bon an mal an, bon gré mal gré, de plus en plus conscient et les japonais de plus en plus nombreux à en prendre la mesure véritable. À n’en pas douter, il sera de ceux qui auront contribué et aideront encore à cette prise de conscience salutaire.

Mais reconnaissons à ce peuple magnifique, qu’il a déjà donné un exemple incroyable au monde moderne en démontrant bientôt en une seule et unique année ce qu’il nous revient désormais d’accomplir avant que nous soyons frappés par une nouvelle catastrophe nucléaire. Lui et sans doute nous aussi comme de plus en plus de citoyens de France et du monde, n’en doutons pas, savons que cette catastrophe nucléaire est déjà là… chancelante et ne tenant qu’à un fil pendu au-dessus de nos têtes.

Outre qu’il demeure avec nous concerné par ce que nous ferons de ce coté-ci de notre patrie commune qu’est la planète, plus que nous tous réunis sans doute conscient que notre sort est lié, Laurent Mabesoone nous fait comprendre qu’il est grand temps de prendre collectivement et sans détour nos responsabilités.

Quelle alternative, quel secours serait pour lui et sa famille comme pour tous les réfugiés de l’atome d’origine française, un pays qui serait, comme le Japon, frappé par le même destin radioactif ?

Jamais nous ne serons plus solidaires qu’en parvenant au plus vite, avant qu’il ne soit trop tard, à abolir le nucléaire en France. Nous savons maintenant que c’est possible. Organisons-nous pour y parvenir. Débarrassons-nous de cette certitude mortifère et commuons en un soulagement planétaire cette condamnation à mort.

De plus en plus nombreux sont les amis francophones de France, du Japon bien sûr mais aussi d’ailleurs en Europe et dans le monde qui sont désormais des lecteurs réguliers et parfois fidèles de Netoyens.info. Devenons acteurs, devenons auteurs.

Je propose que des collectifs citoyens et solidaires du ruban jaune - ayant pour mascotte TAYIO - soient créés pour réfléchir et oeuvrer avec la plus grande détermination à cette abolition du nucléaire qui nous évitera et épargnera au monde, la prochaine catastrophe nucléaire.

Leur comité de rédaction contribueront à écrire chaque jour une chronique antinucléaire que Netoyens.info se fera un devoir de publier… jusqu’à la dernière.

yvonne yvonne ·  04 février 2012, 14h49

quelle tristesse des commentaires aussi méchants, et de plus sans fondement. Je vous souhaite bon courage. Revenez-vite nous donner des nouvelles si précieuses alors même que le black-out est total ici : “dormez tranquille braves gens, pas de nouvelles = bonnes nouvelles” est à peu près le slogan des Etats … démocratiques….
avec tout mon respect,
et de gros bisous à votre petite fille ; et aussi son petit copain qui a adopté “tayio” !

La maman de Laurent La maman de Laurent ·  05 février 2012, 21h05

En tant que maman, ton engagement, profond, sincère, lucide et civique, me rend fière de toi.
Mais l’inquiétude est présente, car tu t’exposes avec courage certes, mais je te demande aussi de te protéger. Car il existe malheureusement des sujets corrompus qui n’ont aucun scrupule face à l’humanité, tant le désir de pouvoir et d’argent les étrangle.
J’embrasse tendrement ma petite famille du Japon

Joseph Mazé Joseph Mazé ·  14 février 2012, 15h45

Bonjour Laurent,

Les commentaires du genre de celui de Julien sont inévitables sur un blog.
Si son but était de vous faire taire, il aurait gagné?

Et nous, je veux dire tous ceux qui tiraient profit de vos infos régulières, nous aurions perdu en même temps que vous? C’est absolument injuste.

Stéphane Lhomme réclame un peu de pitié pour Julien. Pourquoi pas?
Je vous invite à prendre du recul par rapport à ces propos désobligeants qui sont complètement infondés.
Voilà bientôt 15 jours que nous sommes sans nouvelles.
A bientôt le plaisir, et le besoin, de vous lire.
Cordialement,

Joseph Mazé


À voir également

Fukushima-ruban_jaune-Seegan.jpg

Le grand retour du nucléaire n'a pas eu lieu

Depuis des années, industriels, gouvernements et médias font croire que le nucléaire est sur le point de se relancer. Hélas pour ces mauvais perdants, nos fleurons EDF et Areva sont en pleine déconfiture et leurs campagnes de pub (financées avec notre argent) n’inversent pas la tendance.

Lire la suite

Fukushima-ruban_jaune-Seegan.jpg

10 ans de plus pour les centrales nucléaires, nom d'une pipe !

Les écolos pipeaux que sont Emmanuelle Cosse, JV Placé et Barbara Pompili ne voient pas de problème à entrer dans un gouvernement libéral qui n’a comme projet de société que « croissance compétitivité innovation », qui veut bétonner des aéroports, casser le code du travail, servir le Medef… ou encore prolonger l’agonie des centrales nucléaires. On n’a pas fini de se fendre la pipe. 262

Lire la suite