Dernière mise à jour 23/10/2017

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

« Bayrou, le plouc de l’arène ? »

Geneviève Confort-Sabathé

« L’époux de la reine, poux de la reine ! » Dans son opéra bouffe, la « Belle Hélène », Offen­bach s’était délecté en paro­diant le Second Empire. Napo­léon III y était campé sous les traits du vieux roi Méné­las, cocu et un peu plouc. Le monar­que insuf­fi­sant y avait gagné la sym­pa­thie des rieurs.

Je me pro­pose de mon­trer que les mêmes cau­ses pro­dui­sant les mêmes effets, notre très sures­timé troi­sième homme, le roi du pon­cif et de la pate­nô­tre, l’ultra-euro­péiste de droite, Fran­çois Bay­rou, est devenu, par la magie des médias, le gen­til plouc du Béarn.

Dans l’arène poli­ti­que, le pré­sumé gogo a sou­vent pra­ti­qué l’embar­dée, le virage à 90°, voire le tête-à-queue, dans le seul but d’avan­cer vers le pou­voir.

Je rends jus­tice à mes cama­ra­des de la gau­che radi­cale (NPA et FdeG) dont je ne par­tage pas le goût pour les aga­pes élec­to­ra­les mais dont je recon­nais la cons­tance en matière de dénon­cia­tion des dif­fé­rents trai­tés de l’Europe capi­ta­liste, auto­ri­taire, con­ser­va­trice et machiste.

A con­tra­rio, l’enga­ge­ment vis­cé­ral de l’émi­nence du Modem pour les Trai­tés euro­péens et pour les éco­les pri­vées n’a jamais varié.

Fran­çois Bay­rou, qu’on se le dise, adore l’Europe. L’Europe sociale bien sûr ! Sur­tout depuis qu’il a com­pris que pour pren­dre des élec­teurs au PS, il fal­lait affi­cher une cer­taine « mol­li­tude » dans sa pas­sion pour les dif­fé­rents trai­tés : Maas­tricht le verni, TCE le honni et Lis­bonne le déni…

Rap­pe­lons pour mémoire que Fran­çois Bay­rou fut un député euro­péen quasi absent de l’hémi­cy­cle stras­bour­geois, les Gui­gnols de l’Info se sont réga­lés, pen­dant des mois, à lis­ter les bon­nes rai­sons qu’il avan­çait pour ne pas y aller.

Fran­çois Bay­rou, qu’on se le dise, adore la Laï­cité. Sur­tout depuis un cer­tain 16 jan­vier 1994 ! Ce jour-là, plus d’un mil­lion de Fran­çais excé­dés des­cen­dent dans la rue pour le faire recu­ler sur l’igno­mi­nieux « amé­na­ge­ment » de la  loi Fal­loux.

Fran­çois Bay­rou, alors minis­tre de l’Edu­ca­tion natio­nale, venait de faire adop­ter, en cati­mini, pen­dant les vacan­ces de Noël, un amen­de­ment auto­ri­sant les col­lec­ti­vi­tés loca­les à sub­ven­tion­ner les éta­blis­se­ments pri­vés sous con­trat. 

Sous la  pres­sion de la rue, Bay­rou, le calo­tin, ne bou­gea point mais le Con­seil cons­ti­tu­tion­nel clô­tura le débat en décla­rant non con­forme à la cons­ti­tu­tion la dis­po­si­tion essen­tielle du texte : le prin­cipe d’éga­lité s’oppo­sant à ce que, dans cer­tai­nes com­mu­nes, cer­tains éta­blis­se­ments pri­vés puis­sent être dans une situa­tion plus favo­ra­ble que les éco­les publi­ques ou d’autres éco­les pri­vées.

Fran­çois Bay­rou adore les gueux. Dom­mage qu’en 2007, Edouard Fillias, pré­si­dent d’Alter­na­tive libé­rale, ait cru bon de le sou­te­nir eu égard à sa grande ouver­ture d’esprit façon Gor­bat­chev ! Ce n’est pas moi qui le dis, c’est Edouard. Quand on sait ce que recou­vre cette think tank ultra libé­rale, nous pou­vons rai­son­na­ble­ment nous inquié­ter de ce flirt entre gens du milieu, milieu de l’échi­quier poli­ti­que s’entend.

Sur son site, voici ce qu’Alter­na­tive libé­rale pro­pose pour réduire la dette sociale : « La retraite par répar­ti­tion est pro­fon­dé­ment iné­ga­li­taire en exi­geant la même durée de coti­sa­tion à des sala­riés à l’espé­rance de vie fort dif­fé­rente, en n’offrant aucun capi­tal aux héri­tiers et ne per­met­tant aucune modu­la­tion au cours de l’exis­tence. Alors qu’un jeune actif sou­hai­te­rait con­sa­crer natu­rel­le­ment l’équi­va­lent de cette con­tri­bu­tion for­cée au rem­bour­se­ment d’un cré­dit immo­bi­lier pour un pre­mier achat, il est con­traint de coti­ser lour­de­ment au sys­tème pour payer les retrai­tes en cours de ses aînés. »

Fran­çois Bay­rou adore la Pré­si­den­tielle. Il accu­mule bourde et lap­sus sur le thème : l’Europe c’est super mais vive­ment qu’on passe aux cho­ses sérieu­ses : les élec­tions natio­na­les. Son der­nier lap­sus en plein mee­ting euro­péiste a pro­vo­qué un ton­nerre d’applau­dis­se­ments. Ces par­ti­sans ont déjà un coup d’avance. Aux échecs, on appelle ça la prise en pas­sant. Les Euro­péen­nes, Bay­rou s’en fout. Il veut être pré­si­dent de la France.

“C’est un illu­miné, il pense que le doigt de Dieu l’a tou­ché lorsqu’il est né pour qu’il devienne un jour pré­si­dent de la Répu­bli­que”. De qui ces pro­pos incen­diai­res ? De Simone Veil, sa vieille copine qui le con­naît mieux que per­sonne.

Non, déci­dé­ment, Bay­rou n’est pas un plouc dans l’arène poli­ti­que, il pour­suit son che­min égo­tiste, égo­cen­tri­que et égoïste.

Le plus inquié­tant est qu’il fait le spec­ta­cle depuis que les par­tis de gau­che ont décidé de se bouf­fer entre eux. Son der­nier opus con­tre Sar­kozy inti­tulé « Abus de pou­voir » achève de le pré­sen­ter comme le défen­seur de la veuve et de l’orphe­lin. Veuve et orphe­lin de la gau­che per­due.

Bay­rou, le plouc de l’arène ? Non, plu­tôt un pur pro­duit du mar­ke­ting : l’inté­rieur ne vaut pas l’embal­lage et encore moins l’embal­le­ment.


Document(s) attaché(s) :

  1. no attachment



Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Geneviève Confort-Sabathé

Auteur: Geneviève Confort-Sabathé

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (5)

« Chaton vert » « Chaton vert » ·  02 juin 2009, 13h45

Ave, Reine-de-Saba !

Mille mer­cis et total res­pect pour cette superbe ana­mnèse con­sa­crée aux tur­pi­tu­des du «gent­le­man-far­mer» des champs de cour­ses, homme de paille du «milieu» extrême-cen­triste de la finance, dou­blé d’un calo­tin «béni-oui-ouite» fos­soyeur zélé de l’école laï­que, chéri des médias avi­des de nom­bri­lis­tes, purs pro­duits du «muse­lage uni­ver­sel» ! *

À quand un arti­cle du même ton­neau par Ber­nard ? (Qui sait, lui aussi, être féroce à ses heu­res…)

Ami­tié,

Jc

  • Heu­reuse expres­sion que j’emprunte à mon ami Pou­get.

( Cf : http://www.netoyens.info/index.php/… )

xian de séte xian de séte ·  02 juin 2009, 14h14

Bayro-hue ? Le Cré­tin des Pyré­nées, tout sim­ple­ment !

ps : Cha­ton vert ?
Tu par­les !
- attends un peu que je balance les pho­tos de Saint Affri­que en ligne !

Chaton vert... de-gris, sauf le respect !
Geneviève Confort-Sabathé Geneviève Confort-Sabathé ·  02 juin 2009, 17h32

Mon Cha­ton bleu nous réserve une sur­prise de der­nière minute, façon chan­son, dont je vous livre ici l’ébau­che en “lou­cedé” comme disent les Apa­ches.
On chante ça sur l’air de l’ami Bidasse:

“Avec l’ami Bovasse
On n’se quitte jamais
Attendu qu’nous trois
On recher­che une place
Pour bien se les rou­ler…

Les deux en ques­tion seraient Cohn-Ban­dit et Eva, c’est du Joly. Je sais, c’est un peu tri­vial mais assez effi­cace.

liberspirita liberspirita ·  03 juin 2009, 21h51

Génial ce petit billet anti-bay­rouïste pri­maire ! Et ça prouve bien que le lea­der du MoDem fait peur aux con­ser­va­teurs de tous poils, PS, UMP, ….

Geneviève Confort-Sabathé Geneviève Confort-Sabathé ·  04 juin 2009, 11h02

Même pas peur, moi! Je ne suis ni du PS, ni de l’UMP… Et sur­tout, je ne m’apprête pas à voter pour un éle­veur de che­vaux de cour­ses, catho­li­que ultra et défen­seur zélé de l’école des curés. Amen!

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet


À voir également

edito.gif

Le Droit à la renverse

La période qui s’est ouverte en France avec l’élection d’Emmanuel Macron à la tête du pays va plus que bousculer ce qu’il reste de démocratie et de droits sociaux.

Lire la suite

edito.gif

Sale temps pour les mégalos

Un vent mauvais a commencé de souffler contre la folie des grandeurs des bétonneurs. Du même coup, le ciel semble s’éclaircir pour les opiniâtres adversaires des « grands Projets inutiles et imposés ». Certes, ces projets sont très nombreux et d’autres vont encore fleurir dans l’imagination des aménageurs restant désespérément accrochés aux dogmes du temps révolu de la Croissance sans f(re)in mais déjà plusieurs d’entre eux ont été ces derniers mois suspendus ou stoppés net dans leur construction publicitaire et médiatique, sans attendre donc la pose de la première pierre. Cela annonce-t-il de la part des « décideurs », avec un grand retard coupable, un début de remise en cause du schéma de pensée productiviste ? Une timide prise de conscience que le coût de la destruction des écosystèmes est désormais insupportable serait-elle en train d’émerger ? Hier arrogants, les promoteurs semblent perdre un peu de leur superbe sérénité.

Lire la suite