Dernière mise à jour 20/10/2017

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

RMOC : Réseau mondial de l'objection de croissance

Le ¬´ Réseau mondial pour l’objection de croissance, la simplicité volontaire et l’après-développement ¬ª est né.

A l’occasion des 3e rencontres estivales de l’objection de croissance qui se sont tenues à Rochejean (France), du 12 au 15 juillet 2008, des personnes de différentes contrées ont décidé de se coordonner pour lancer l’initiative et faire vivre un ¬´ réseau mondial pour l’objection de croissance, la simplicité volontaire et l’après-développement ¬ª.

Les crises écologiques, humaines et sociales qui sévissent sur la planète ne cessent de s’amplifier. La société et l’environnement sont  arrivés à un tel degré de dégradation que les dégâts du progrès ne peuvent plus être cachés. Sous l’impulsion d’une prise de conscience planétaire, plus personne ne conteste que le modèle de développement, imposé comme remède universel, est responsable des catastrophes environnementales et sociales, sur l’ensemble de la planète.

L’absolue nécessité de sortir du modèle productiviste est devenue criante si nous voulons préserver la nature, la biodiversité, les ressources
naturelles, les diversités culturelles, la vie et parvenir à un équilibre social.

Depuis plusieurs années déjà, des personnes issues d’horizons très divers se sont mises en mouvement pour trouver des alternatives concrètes et crédibles au modèle économique dominant. Elles pratiquent l’objection de croissance, la simplicité volontaire et réfléchissent à l’après-développement.

Cet été, une trentaine d’entre elles ont décidé de lancer l’initiative d’un réseau mondial pour :

  • Identifier sur la planète les alternatives et les groupes qui s’inscrivent dans ces lignées,
  • Faire circuler l’information pour donner des points d’appui aux acteurs de terrain,
  • Elaborer ensemble une pensée commune globale.

Dans l’objectif d’inventer et de diffuser de nouvelles pratiques collectives pour qu’enfin émergent de véritables sociétés autonomes
qui maîtrisent leurs usages, respectent le bien commun et les équilibres écologiques et assurent l’émancipation sociale de tous.

Pour concrétiser ce réseau, ces personnes ont mis en place un comité d’initiative ouvert et créé une lettre d’information électronique.

Pour s’abonner à cette lettre, une seule adresse : http://mail.rmoc.be/mailman/listinfo/lettre-info_rmoc.be

Pour entrer en contact avec le comité d’initiative : info@rmoc.be

Le comité d’initiative :

Réginald de Potesta de Waleffe, Joëlle Taillefer, Antoon De Rooij, Gilles Luquet, Christian Sunt, Jean-Luc Pasquinet, Christine Piguel, Alice
Médigue, Michel Clodong, Vincent Bruyère, Michèle Gilkinet, Steve Gwynne, Brigitte Bonnefille, Jean-Marie Robert.

Pour plus d’informations :

Site Web : http://www.rmoc.be/

Adresse : RMOC, 9, ruelle du Sablon, BE 1495 Villers-la-Ville, Belgique


Document(s) attaché(s) :

  1. no attachment



Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Netoyens.info

Auteur: Netoyens.info

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés



À voir également

edito.gif

Le Droit à la renverse

La période qui s’est ouverte en France avec l’élection d’Emmanuel Macron à la tête du pays va plus que bousculer ce qu’il reste de démocratie et de droits sociaux.

Lire la suite

edito.gif

Sale temps pour les mégalos

Un vent mauvais a commencé de souffler contre la folie des grandeurs des bétonneurs. Du même coup, le ciel semble s’éclaircir pour les opiniâtres adversaires des « grands Projets inutiles et imposés ». Certes, ces projets sont très nombreux et d’autres vont encore fleurir dans l’imagination des aménageurs restant désespérément accrochés aux dogmes du temps révolu de la Croissance sans f(re)in mais déjà plusieurs d’entre eux ont été ces derniers mois suspendus ou stoppés net dans leur construction publicitaire et médiatique, sans attendre donc la pose de la première pierre. Cela annonce-t-il de la part des « décideurs », avec un grand retard coupable, un début de remise en cause du schéma de pensée productiviste ? Une timide prise de conscience que le coût de la destruction des écosystèmes est désormais insupportable serait-elle en train d’émerger ? Hier arrogants, les promoteurs semblent perdre un peu de leur superbe sérénité.

Lire la suite