Dernière mise à jour 23/04/2018

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Projet démoniaque, êtres démoniaques

projet autoroute M SomaAu Japon, la radioactivité ne fait pas peur ... aux décideurs.

L’image ci-dessous transmise et commentée hier par Laurent Mabesoone (enseignant de littérature et poète français établi au Japon) représente un tronçon d’autoroute prévu avant mars 2011, dont le projet de réalisation est maintenu bien qu’il traverse la zone interdite après le désastre nucléaire de Fukushima Dai-ichi.

Lisons son commentaire :


projet autoroute M Soma

"Enfin le temps de traduire cette nouvelle incroyable, parue ce matin (1er sept) dans le quotidien Fukushima Minpo, et annoncée de façon très brève par la NHK hier soir. Le 31 août dernier, lors d’une réunion à Koriyama, le ministre de l’environnement Hosono a réaffirmé sa volonté de construire le tronçon d’autoroute Tomioka-Minami Soma. Ce projet existait avant la catastrophe, mais comment comprendre que ce couteux projet de travaux publique soit maintenu et réaffirmé maintenant ? Ladite autoroute passera en plein dans la zone interdite (voire la carte réalisée par mon amie Konno Akemi - de Namie).... Le ministre prétend que la décontamination qui a commencé en juillet et durera jusqu’en décembre, permettra de construire cette autoroute avec une sorte de tunnel de protection spécial... On croit rêver. Quand on pense aux conditions de travail pour la construction d’une autoroute la ou les radiations dépassent les 50 mcsv/h, quand on pense a l’inutilité du projet, quand on pense au manque de budget pour les aides à l’évacuation... C’est plus qu’un projet pharaonique, c’est un projet "demoniaque".
(source : https://www.minpo.jp/news/detail/201207012237 )

Encore une fois, c’est donc au mépris des simples citoyens (ici travailleurs et usagers potentiels) que la nomenklatura japonaise entend montrer à sa population et au monde entier qu’elle n’a pas peur du nucléaire et prétendre que le Japon se remet doucement des événements (tremblements de terre et tsunami + désastre nucléaire) de mars 2011. Il n’en est rien.

Encore une fois, il faut se mobiliser pour aider les Japonais à faire annuler ce projet qui n’a aucun sens.

Chacun-e peut agir à son niveau en signant la pétition Contre le tronçon d’autoroute Tomioka-Minami Soma (français-anglais-japonais).


Document(s) attaché(s) :

  1. no attachment



Évaluer ce billet

3.5/5

  • Note : 3.5
  • Votes : 4
  • Plus haute : 5
  • Plus basse : -1

Véronique Gallais

Auteur: Véronique Gallais

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (1)

Véronique Gallais Véronique Gallais ·  04 septembre 2012, 22h15

Une pétition a été lancée pour interpeler les autorités japonaises : http://www.change.org/fr/p%C3%A9tit… Merci de faire circuler l’information.

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet


À voir également

Fukushima-ruban_jaune-Seegan.jpg

Énergie : «Il faut que tout change pour que rien ne change»

Ces derniers mois, les noms d’Orano, Enedis et Engie ont respectivement remplacé les marques Areva, ErDF et GDF-Suez, ringardes ou déconsidérées. On ne peut que penser à la célèbre réplique “Il faut que tout change pour que rien ne change” de Tancrède dans le roman “Le Guépard”, popularisé par Luchino Visconti dans le film éponyme sorti en 1963.

Lire la suite

el_sistema_esta_obsoleto.png

Intolérable tolérance

Il était temps de rétablir l’ordre social au beau pays de France entend-on dire depuis qu’Emmanuel Macron est entré à l’Élysée. Ce sont d’abord les « marcheurs » du généralissime qui le proclament « comme un seul homme », suivis de près par les forcenés des autres Droites et par tous les citoyens déboussolés qui ne savent plus – quand ils l’ont su un jour – réfléchir plus loin que le bout du JT de 20 heures. Tous sont intimement convaincus qu’une fois l’ordre social restauré après des décennies d’errances gouvernementales la machine à Croissance va enfin repartir et mettre ainsi la France sur une nouvelle orbite radieuse pour l’emploi. Nous ne chercherons pas ici à tourner en dérision cette dernière croyance saugrenue et néanmoins mortifère. Nous l’avons déjà si souvent dénoncée. Posons-nous plutôt une autre question : de quel ordre social parlent tous ces fins connaisseurs de notre société ? Que s’agit-il donc de rétablir au juste ?

Lire la suite