Last site update 21/10/2019

To content | To menu | To search

Projet démoniaque, êtres démoniaques

projet autoroute M SomaAu Japon, la radioactivité ne fait pas peur ... aux décideurs.

L’image ci-dessous transmise et commentée hier par Laurent Mabesoone (enseignant de littérature et poète français établi au Japon) représente un tronçon d’autoroute prévu avant mars 2011, dont le projet de réalisation est maintenu bien qu’il traverse la zone interdite après le désastre nucléaire de Fukushima Dai-ichi.

Lisons son commentaire :


projet autoroute M Soma

"Enfin le temps de traduire cette nouvelle incroyable, parue ce matin (1er sept) dans le quotidien Fukushima Minpo, et annoncée de façon très brève par la NHK hier soir. Le 31 août dernier, lors d’une réunion à Koriyama, le ministre de l’environnement Hosono a réaffirmé sa volonté de construire le tronçon d’autoroute Tomioka-Minami Soma. Ce projet existait avant la catastrophe, mais comment comprendre que ce couteux projet de travaux publique soit maintenu et réaffirmé maintenant ? Ladite autoroute passera en plein dans la zone interdite (voire la carte réalisée par mon amie Konno Akemi - de Namie).... Le ministre prétend que la décontamination qui a commencé en juillet et durera jusqu’en décembre, permettra de construire cette autoroute avec une sorte de tunnel de protection spécial... On croit rêver. Quand on pense aux conditions de travail pour la construction d’une autoroute la ou les radiations dépassent les 50 mcsv/h, quand on pense a l’inutilité du projet, quand on pense au manque de budget pour les aides à l’évacuation... C’est plus qu’un projet pharaonique, c’est un projet "demoniaque".
(source : https://www.minpo.jp/news/detail/201207012237 )

Encore une fois, c’est donc au mépris des simples citoyens (ici travailleurs et usagers potentiels) que la nomenklatura japonaise entend montrer à sa population et au monde entier qu’elle n’a pas peur du nucléaire et prétendre que le Japon se remet doucement des événements (tremblements de terre et tsunami + désastre nucléaire) de mars 2011. Il n’en est rien.

Encore une fois, il faut se mobiliser pour aider les Japonais à faire annuler ce projet qui n’a aucun sens.

Chacun-e peut agir à son niveau en signant la pétition Contre le tronçon d’autoroute Tomioka-Minami Soma (français-anglais-japonais).


Document(s) attaché(s) :

  1. no attachment



Rate this entry

3.5/5

  • Note: 3.5
  • Votes: 4
  • Higher: 5
  • Lower: -1

Véronique Gallais

Author: Véronique Gallais

Stay in touch with the latest news and subscribe to the RSS Feed about this category

Comments (1)

Véronique Gallais Véronique Gallais ·  04 September 2012, 22h15

Une pétition a été lancée pour interpeler les autorités japonaises : http://www.change.org/fr/p%C3%A9tit… Merci de faire circuler l’information.

Add a comment This post's comments feed


You might also like

el_sistema_esta_obsoleto.png

Eurovision : Qu’ont-ils à la place du coeur ?

Quand on voit les photos de Madonna ou Bilal Hassani, contents d’eux, totalement indifférents aux souffrances des Palestiniens emmurés, torturés, bombardés, qui vont aller chanter chez l’occupant, et qu’on revoit comment Chris Gunness, porte-parole de l’Agence de l’ONU pour les réfugiés palestiniens, avait éclaté en sanglots en évoquant le sort réservé par Israel aux enfants palestiniens, on se dit que le monde du “showbizz” est sacrément gangréné !

Continue reading

el_sistema_esta_obsoleto.png

La marmite et son couvercle

“Dans ce monde, moi je suis et serai toujours du côté des pauvres. Je serai toujours du côté de ceux qui n’ont rien et à qui on refuse jusqu’à la tranquillité de ce rien.” (Federico Garcia Lorca) « La violence est chose grossière chez les ouvriers (…) mais le patronat n’a pas besoin, lui, pour exercer une action violente de gestes désordonnés.  Quelques hommes se rassemblent dans l’intimité d’un conseil d’administration et décident. Ainsi tandis que l’acte de violence de l’ouvrier apparaît toujours, la responsabilité profonde et meurtrière des grands patrons, des grands capitalistes, se dérobe et s’évanouit dans une sorte d’obscurité. » (Jean Jaurès, 1906)

Continue reading