Dernière mise à jour 21/07/2017

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

WiFI : Consultation Nationale sur le numérique pour l’éducation

ecolNuneriq-480p.jpgLettre ouverte  

à Madame Najat Vallaud  BELKACEM,
Ministre de l’Éducation Nationale,
de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche.


Consultation Nationale sur le numérique pour l’éducation

Madame la Ministre,

Vous venez, à la demande du Président de la République, de lancer un appel à Concertation  Nationale du 20 janvier au 09 mars 2015 sur le thème du numérique pour l’éducation.

L’on ne peut que se réjouir de cette démarche, des arguments et objectifs avancés , de même que de la procédure démocratique sur laquelle elle s’appuie.

Le numérique de par son instantanéité, la diversité de ses supports, sa capacité à mettre en réseaux, constitue indéniablement un outil moderne et particulièrement performant à mettre au service de l’école.

Partant de l’engouement du public ( lequel a savamment été encouragé par les lobbies, les média et la publicité), des perspectives d’évolution du marché (10 fois plus de demandes dans les 5 ans à venir), tout donne à penser que ce projet devrait pouvoir se concrétiser sans obstacles majeurs.

Nous pensons cependant que tout cela ne pourra se matérialiser sous les meilleurs hospices que si parallèlement des moyens d’accompagnement sont dégagés, notamment en matière de formation initiale et continue des enseignants.

Par ailleurs, si cela peut sembler a priori logique puisque nous sommes dans le domaine de l’éducation, permettez-nous toutefois d’aborder une dimension étrangement non reprise, ni même évoquée, dans le questionnaire de consultation : à savoir l’incidence, sur la santé publique, de l’installation de la technologie et des équipements numériques dans les établissements scolaires. Ce qui n’est pas rien, convenez-en.

Sans vouloir entrer dans le débat de savoir ce qui relève de tel Ministère plutôt que de tel autre (et là, en l’occurrence plusieurs sont concernés), force est de constater que des ponts, des transversalités doivent être opérées.

Le bon sens veut que des précautions soient prises avant qu’à leur insu, élèves, enseignants, personnels, se voient confrontés à une technologie (tablettes, WIFI, DECT…) qu’ils ont pu approuver sans avoir été informés de ses dangers d’utilisation.

  • Alors que les alertes scientifiques et médicales se multiplient au plan international quant à l’utilisation de la Wifi à l’école;
  • que les enfants ont été reconnus biologiquement vulnérables aux champs électromagnétiques;
  • que les ondes émises par les tablettes, ordinateur connectés Wifi ont été classés comme «cancérigènes » par l’OMS;
  • que les parents high tech de la Silicon Valley, bien au fait des dangers, interdisent purement et simplement l’accès de leurs enfants aux écrans;
  • que 6 écoles de Hambourg viennent de renoncer au réseau Wifi jugé trop dangereux pour la santé des élèves;

Va-t-on ignorer ces puissants signaux qui nous sont donnés ?

Déjà pratiquées dans certains établissements des solutions, pourtant, existent (tout filaire par exemple…)

Non, ne compromettons pas cette belle ambition du numérique à l’école par la mise en danger de nos enfants.. !

Aussi forgeons-nous l’espoir que notre requête sera non seulement écoutée mais également entendue.

COORDINATION NATIONALE des COLLECTIFS contre les antennes relais tout azimut

stopantennesmalefrics@hotmail.fr


Document(s) attaché(s) :

  1. no attachment



Évaluer ce billet

5/5

  • Note : 5
  • Votes : 3
  • Plus haute : 5
  • Plus basse : 5

COORDINATION NATIONALE des COLLECTIFS contre les antennes relais tout azimut

Auteur: COORDINATION NATIONALE des COLLECTIFS contre les antennes relais tout azimut

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés



À voir également

nuclear-power-plant-stop.jpg

Retourner vivre à Fukushima ? Non merci !

La Maison de la culture du Japon à Paris organise du 21 juin au 8 juillet 2016 une exposition de photos de Jun Takai sur la vie du village de Suetsugi, situé à 27 km de la centrale nucléaire de Fukushima-Dai-Ichi. Elle est soutenue par l’IRSN (Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire, organisme public sous la tutelle de cinq ministères français) et la CIPR (Commission internationale de protection radiologique). par le Collectif pour un monde sans nucléaire 578

Lire la suite

contributions.jpg

Des groupes antinucléaires ont décidé de quitter le Réseau Sortir du Nucléaire

Le Réseau Sortir du nucléaire n’est plus l’outil dont a besoin le combat pour l’arrêt du nucléaire en France. Reconstruire une force antinucléaire au plus près des groupes et des luttes de terrain est désormais nécessaire. 256

Lire la suite