Dernière mise à jour 22/08/2018

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Chroniques anti-nucléaires... La cérémonie «Shichigosan»

Mabesoone-ShichigosanAujourd’hui, c’était la cérémonie « Shichigosan » [1] pour notre fille. Ici est la photo que j’ai fait prendre avec mon téléphone portable ; la photo « officielle » du photographe prendra encore une bonne semaine. Vous remarquez que je n’ai pas oublié de mettre mon ruban jaune sur le col de mon kimono !

[1]  sorte de «communion bouddhiste»

Ensuite, nous nous sommes rendus au temple millénaire de Nagano, le Zenkoji, ou officie un ami intime, moine quadragénaire. Il nous a offert deux cérémonies spéciales (lectures de soutras) dans le pavillon central et dans le petit temple dont il a la charge (notre « temple de famille »), dédié au Boddisatva Monju. Ce boddisatva - sorte de saint bouddhique - représente l’intelligence de l’homme. « Mais ce n’est pas celle des ingénieurs du nucléaire ! », me précise mon ami, très engagé lui aussi. Je lui avais justement amené une copie d’un article annonçant qu’un moine de Kyoto a organisé hier un symposium, dans le but de demander que l’on change le nom du surgénérateur Monju[1] . « C’est une insulte au bouddhisme, en particulier à ton temple qui est dédié à “Monju” », lui dis-je.

Ensuite, nous avons passé l’après-midi chez eux. Leur fils de 5 ans s’entend à merveille avec notre fille de 3 ans. Je me disais : « Si ça continue comme ça, ma fille va finir par se marier avec ce garçon, qui doit devenir, selon une tradition millénaire, le prochain moine de ce temple ! ». C’est une famille adorable. Mais ils s’inquiètent beaucoup - et ils osent en parler - pour la santé de leurs enfants, d’autant plus qu’une petite fille est née un mois après l’accident nucléaire. Le problème pour les tout-petits, c’est que le lait maternel concentre la radioactivité ingérée par la maman. Dès que j’ai parlé de notre projet de « centre gratuit de mesure de radioactivité des aliments», l’épouse du moine m’a proposé de faire des permanences ! Non, elle n’est pas un « monster parent », « ennemie des agriculteurs », loin de là. Elle pense juste, comme nous, qu’il est impossible de ne pas ingérer de césium, mais qu’il faut être capable d’éviter au maximum les aliments contenant plus de 40 becquerels au kilo, pour les petits enfants et pour les femmes qui allaitent. Le problème, c’est que la majorité des aliments frais de notre région, pourtant relativement protégée, dépassent ces 40 becquerels si on en croit les rares tests citoyens effectués.

Aujourd’hui, lors de la cérémonie, il nous a exceptionnellement été montré le coffre qui contient depuis 1400 ans le plus ancien Bouddha du Japon. Juste 30 secondes, à contempler de loin une vieille boîte dorée. Personne n’a été autorisé, depuis des siècles, à voir la statuette elle-même. J’ai senti pour la première fois le désir profond de me rapprocher du bouddhisme. Depuis la crise nucléaire, le monothéisme, avec son temps « unidimensionnel » dirigé notamment vers le «jugement dernier», m’attire de moins en moins. L’industrie nucléaire, c’est bien « l’art d’arriver à ses fins sans se soucier des restes », une sorte d’obsession de l’objectif. Il me semble que ce n’est pas un hasard si cette machine effrayante est née, au départ, dans des pays à tradition monothéiste. Quoiqu’il en soit, le bouddhisme, avec sa théorie de la réincarnation et du karma, est basée sur une conception cyclique du temps, qui en fait toute la sagesse. Or, la divinité de l’ « intelligence sage », le boddisatva MONJU, a été réutilisée par le lobby nucléaire pour nommer le pire fiasco de l’expérimentation nucléaire au Japon. C’est une insulte au bouddhisme. Comme si, par exemple, on avait nommé le projet Superphenix, en France : « projet de sagesse franciscaine » !

Voilà ce que nous nous sommes dit, pendant des heures, avec mon ami moine… et j’ai eu l’impression d’avoir rechargé les batteries de mon cœur… avec des énergies naturelles, bien sûr !

Notes :

[1]  Page wikipédia sur les accidents à répétition de ce surgénérateur japonais, complètement croulant et inutilisable depuis une vingtaine d’années : http://en.wikipedia.org/wiki/Monju_Nuclear_Power_Plant


Document(s) attaché(s) :

  1. no attachment



Évaluer ce billet

5/5

  • Note : 5
  • Votes : 1
  • Plus haute : 5
  • Plus basse : 5

Laurent Mabesoone

Auteur: Laurent Mabesoone

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (0)

Soyez le premier à réagir sur cet article

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet


À voir également

Fukushima-ruban_jaune-Seegan.jpg

Énergie : «Il faut que tout change pour que rien ne change»

Ces derniers mois, les noms d’Orano, Enedis et Engie ont respectivement remplacé les marques Areva, ErDF et GDF-Suez, ringardes ou déconsidérées. On ne peut que penser à la célèbre réplique “Il faut que tout change pour que rien ne change” de Tancrède dans le roman “Le Guépard”, popularisé par Luchino Visconti dans le film éponyme sorti en 1963.

Lire la suite

Fukushima-ruban_jaune-Seegan.jpg

Le grand retour du nucléaire n'a pas eu lieu

Depuis des années, industriels, gouvernements et médias font croire que le nucléaire est sur le point de se relancer. Hélas pour ces mauvais perdants, nos fleurons EDF et Areva sont en pleine déconfiture et leurs campagnes de pub (financées avec notre argent) n’inversent pas la tendance.

Lire la suite