Dernière mise à jour 24/06/2018

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Le capitalisme en robe de bure

Geneviève Confort-Sabathé

La con­ver­sion poli­ti­que par­ti­cipe du même fonc­tion­ne­ment men­tal que la con­ver­sion reli­gieuse. Rien d’intel­lec­tuel, seu­le­ment des méca­nis­mes affec­tifs, de pri­va­tion, de peur, de cul­pa­bi­lité, de ras­su­rance et d’abso­lu­tion.

Grâce au G20, Lon­dres fut la capi­tale de la Révé­la­tion. Cette fois, c’est sûr, le capi­ta­lisme est solu­ble dans l’eau béni-oui-ouite. Le lavage de cer­veau pla­né­taire peut com­men­cer.

Le lavage de cer­veau s’arti­cule autour de deux prin­ci­pes : la déstruc­tu­ra­tion de la per­son­na­lité anté­rieure, par la pri­va­tion de con­tacts exté­rieurs, et la recons­truc­tion de la per­son­na­lité autour d’une idéo­lo­gie nou­velle, façon­née par les con­tacts retrou­vés.

Qu’importe que l’idéo­lo­gie soit erro­née ! La foi est plus belle que Dieu. Les médias fana­ti­sés auraient fini par voir Bill Gates mar­cher sur l’eau.

Ray­mond Aron avait cru démon­trer que l’idéo­lo­gie com­mu­niste était de ces opiums dont on fait les pipeaux. Mais il avait feint d’igno­rer, en bon  pro­phète libé­ral, que l’idéo­lo­gie du Mar­ché triom­phant, si elle n’était pas la fin de l’His­toire, tenait de la para­bole pour enfants bien nour­ris. 

Le pro­blème du lavage de cer­veau, c’est l’entre-deux. Entre l’ancienne et la nou­velle croyance, l’angoisse règne. 

Les bons apô­tres du G20 n’avaient que cela en tête : cal­mer l’angoisse des peu­ples. En mora­li­sant le capi­ta­lisme, dénon­çant les infâ­mes para­dis fis­caux, les icô­nes ver­tueu­ses et sou­rian­tes avaient à coeur de nous faire oublier leur res­pon­sa­bi­lité dans le désas­tre qui embrase le vil­lage glo­bal. 

“Après tout, faute avouée est à moi­tié par­don­née” susur­rent les diri­geants des vingt pays les plus riches, dési­reux de négo­cier les indul­gen­ces de la popu­lace. “A moi­tié, seu­le­ment !” hur­lent les peu­ples exas­pé­rés devant cet acte de con­tri­tion média­tisé à outrance. 

Car enfin, les papes du Grand Capi­tal ne se fus­ti­gent, ne s’auto-fla­gel­lent, ne se mou­char­dent qu’avec élé­gance et devant les camé­ras de télé­vi­sion du monde entier. Tant pis, si cette élé­gance de bazar méprise les mil­lions d’affa­més qui suc­com­bent à la crise du suren­det­te­ment des gavés.

Devant les actes de rési­pis­cence des éli­tes mor­ti­fiées, les peu­ples éber­lués s’inter­ro­gent sur cer­tai­nes mesu­res sus­cep­ti­bles de doper l’ave­nir. Et sur­tout la plus emblé­ma­ti­que d’entre elles : publier une liste des para­dis fis­caux et sanc­tion­ner ceux qui ne res­pec­tent pas le code de bonne con­duite. On ne sait rien des sanc­tions : deux Ave, trois Pater, qua­tre Je vous salue, Pro­fit ? 

La pla­nète off­shore devrait logi­que­ment choi­sir l’Evan­gile selon Saint-Tho­mas, un tra­der maté­ria­liste qui ne croyait que ce qu’il pal­pait. 

Taper un bon coup de règle sur les doigts des pro­fi­teurs ne suf­fi­sant pas à res­tau­rer la con­fiance des peu­ples furi­bonds, les apô­tres du G20 se sont fen­dus d’un coup de pouce au FMI, his­toire de flui­di­fier le dia­lo­gue social.

Le Fonds moné­taire inter­na­tio­nal qui s’est employé, pen­dant vingt ans, à met­tre en faillite les pays les plus pau­vres en appli­quant les métho­des des suren­det­tés du Nord, dis­pose, désor­mais d’un gros bud­get. Que va-t-il en faire ? S’occu­per de déman­te­ler le crime orga­nisé trans­na­tio­nal, s’atta­quer avec féro­cité aux exploi­teurs des res­sour­ces miniè­res des pays les plus fra­gi­les, rem­pla­cer le sala­riat par le revenu dis­tri­bué ?.

Les éco­no­mis­tes qui avaient prévu l’effon­dre­ment du capi­ta­lisme, s’inquiè­tent du temps néces­saire pour impo­ser une vraie régu­la­tion au mons­tre froid. Des années. au mini­mum!

En atten­dant, les peu­ples seraient bien ins­pi­rés de main­te­nir la pres­sion sur les poli­ti­ciens. Les peu­ples de l’Union euro­péenne, eux, vont être appe­lés aux urnes dans quel­ques mois. Qu’ils boy­cot­tent et refu­sent le mar­ché de dupes d’une élec­tion, basée sur l’omni­puis­sance de la Com­mis­sion et de la Cour de Jus­tice, et la donne peut en être dura­ble­ment chan­gée. 


Document(s) attaché(s) :

  1. no attachment



Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Geneviève Confort-Sabathé

Auteur: Geneviève Confort-Sabathé

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (0)

Soyez le premier à réagir sur cet article

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet


À voir également

edito.gif

Zone à défoncer

NDDL, quatre lettres qui résonnent depuis longtemps comme un emblème. L’emblème d’une résistance à la conception d’un monde cruellement dépassé mais auquel les acteurs dominants de l’économie marchande, de la finance omnipotente et de la classe politico-médiatique sans imagination s’accrochent désormais désespérément. L’un des slogans de cette remarquable Résistante était sans ambiguïté : « Non à l’aéroport et à son monde !».

Lire la suite

edito.gif

Le macronisme comme faute de goût

Notre monarque est cultivé, clame-t-on un peu partout. En comparaison de ses deux prédécesseurs, c’est indéniable. Les contrastes encouragent l’admiration. Il affiche indiscutablement une culture livresque, celle qu’acquièrent les individus doués d’une grande capacité d’ingurgitation cognitive et qui ont eu de surcroît la chance de croiser parfois sur leur route quelques brillants esprits. Pour la culture patiemment forgée à la rencontre profonde des choses et des êtres, rencontre qui ajoute au livresque l’intelligence du discernement vrai et la sensibilité nécessaire à la bonne compréhension du monde, il faudra repasser. Emmanuel 1er a cependant des excuses à faire valoir : une existence trop dorée ne favorise certes pas la stimulation du sensible. Trois faits observés au royaume de France en ces temps troublés de la médiacratie exacerbée vont nous permettre d’illustrer la trompeuse confusion.

Lire la suite