Dernière mise à jour 20/03/2019

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

La contamination par les cantines scolaires

Mabesoone_LM_04-12-11.jpgCombien de césium 137 dans la nourriture des cantines scolaires ?

Selon le graphique publié par le ICRP [1] et repris par le Pr Shinya KAWANE, avec seulement 10 bq de césium 137 ingéré chaque jour, au bout de 1000 jours, le corps aura absorbé 1400 bq.

Pour un enfant de 3 ans (14 kg), ceci équivaut à 100 bq/kg de poids corporel. Or, à partir de 50 bq/kg de poids corporel, des troubles cardiaques pouvant entraîner la mort ont été observés autour de Tchernobyl [1].


Mabesoone_LM_04-12-11-2.jpg

Et nous acceptons encore une réglementation qui autorise 500bq/kg de nourriture pour les cantines scolaires ?!

Pour Kawane, au delà de 10bq/kg régulièrement ingéré, un enfant est pratiquement sûr de développer au moins un souffle au coeur

Notes :

[1] Cf. p21 de « ICRP publication 111 »  (en anglais)


Document(s) attaché(s) :

  1. no attachment



Évaluer ce billet

4.43/5

  • Note : 4.43
  • Votes : 7
  • Plus haute : 5
  • Plus basse : 1

Laurent Mabesoone

Auteur: Laurent Mabesoone

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (0)

Soyez le premier à réagir sur cet article

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet


À voir également

Fukushima-ruban_jaune-Seegan.jpg

Énergie : «Il faut que tout change pour que rien ne change»

Ces derniers mois, les noms d’Orano, Enedis et Engie ont respectivement remplacé les marques Areva, ErDF et GDF-Suez, ringardes ou déconsidérées. On ne peut que penser à la célèbre réplique “Il faut que tout change pour que rien ne change” de Tancrède dans le roman “Le Guépard”, popularisé par Luchino Visconti dans le film éponyme sorti en 1963.

Lire la suite

Fukushima-ruban_jaune-Seegan.jpg

Le grand retour du nucléaire n'a pas eu lieu

Depuis des années, industriels, gouvernements et médias font croire que le nucléaire est sur le point de se relancer. Hélas pour ces mauvais perdants, nos fleurons EDF et Areva sont en pleine déconfiture et leurs campagnes de pub (financées avec notre argent) n’inversent pas la tendance.

Lire la suite