Dernière mise à jour 19/12/2018

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Europe écologie : voyage au bout du spectacle

Geneviève Confort-Sabathé

« Toute la vie des socié­tés dans les­quel­les règnent les con­di­tions moder­nes de pro­duc­tion s’annonce comme une immense accu­mu­la­tion de spec­ta­cles. » (Pre­mière phrase de La Société du Spec­ta­cle de Guy Debord-1967).

Et dire que pen­dant des années, la grande Domi­ni­que a passé son temps à faire de l’idéo­lo­gie com­plexe, en répé­tant à l’envi, « je suis trop rouge pour les Verts, trop verte pour les Rou­ges ». La for­mule pour que l’élec­teur n’y voit que du bleu était pour­tant sim­ple, il suf­fi­sait d’équi­per la gaule à gogos, de leur­res fluo­res­cents.

Cer­tes, la poli­ti­que y perd un peu mais la société du spec­ta­cle en sort gran­die. Pour les Euro­péen­nes, les têtes de lis­tes d’Europe Eco­lo­gie se sont mises en mode cinéma de comé­die à visée fami­liale. Europe Eco­lo­gie a pro­duit un polar, un vau­de­ville, une tragi-comé­die…

Les pro­fes­sion­nels des grands médias n’en espé­raient pas tant. Eux qui détes­tent fati­guer leurs neu­ro­nes se voyaient con­traints de pren­dre con­nais­sance des pro­gram­mes poli­ti­ques, de décor­ti­quer les dif­fé­rents trai­tés (en par­ti­cu­lier le traité honni, celui de Lis­bonne), d’étu­dier le fonc­tion­ne­ment des ins­ti­tu­tions euro­péen­nes. Bref, ils s’apprê­taient à faire leur tra­vail de média­teurs péda­go­gi­ques. Heu­reu­se­ment, Europe Eco­lo­gie s’est mise à faire le spec­ta­cle. Les éli­tes média­ti­ques ont pu recom­men­cer à tra­quer le dia­ble dans les détails.

Quoi de plus exci­tant, en effet, que de voir, un Ben­dit, un exploi­tant (média­ti­que) de menot­tes et une magis­trate, flin­gueuse de VIP, se tré­mous­ser sur la même scène, devant un par­terre de bobos pari­siens, fouet­tés par l’exci­tante com­bi­nai­son. Ce polar décalé façon « Y’a-t-il un flic pour sau­ver l’éco­lo­gie ? », voilà de quoi rin­gar­di­ser les adver­sai­res.

Et pour ceux qui n’aiment pas le polar, le vau­de­ville n’est jamais loin. Tous les jour­naux s’y sont mis pour huma­ni­ser l’âpre magis­trate à lunet­tes. Et de la décrire en balade avec Dany, dans les rues de  Paris. « J’ai tou­jours pensé qu’avec un vélo, une tente et une canne-à-pêche, on est la plus heu­reuse des fem­mes ». En voilà au moins une qui ne fait même pas sem­blant de faire de la poli­ti­que. On est dans « Vacan­ces romai­nes » mais à Paris !

Pré­sen­tée comme le « joker de Dany », Eva Joly avait déjà pris lan­gue avec Bay­rou, en juin 2008, mais elle s’est laissé séduire par son « envie » d’être dépu­tée euro­péenne. Les Verts ne sont que l’ins­tru­ment de cette envie comme elle s’en est expli­quée devant les médias sub­ju­gués. «Je suis parmi les dix per­son­nes au monde qui con­nais­sent ce monde des mul­ti­na­tio­na­les et des ins­ti­tu­tions mul­ti­la­té­ra­les, je veux por­ter ces dos­siers à Bruxel­les. » Eva va à Stras­bourg…pour se réga­ler ! A 66 ans, elle n’allait pas atten­dre que le Modem devienne une force poli­ti­que.

C’est là qu’inter­vient la tragi-comé­die. Bay­rou et Dany s’affron­tent lors d’une émis­sion télé­vi­sée en s’insul­tant comme de vul­gai­res came­lots : « Mina­ble ! », « pédo­phile ! » « Ami de Sarko ! ». Cher­chez l’intrus ! Le public rigole, il voit ça, tous les jours, sur les écrans. Chez Ruquier, par exem­ple, où l’atta­que per­son­nelle cons­ti­tue l’essen­tiel du spec­ta­cle. D’ailleurs, la preuve que l’accro­chage ver­bal n’était que du vent, le len­de­main sur France-Inter, Dany, l’insulté pas bégueule, expli­que qu’il avait sou­haité que Ségo­lène fasse alliance avec Bay­rou, pour la Pré­si­den­tielle, et qu’après les Euro­péen­nes, il fau­dra bien que tout le monde se reparle. 

Coincé entre Dany et Eva, José, le mous­ta­chu volon­taire, n’est pas à plain­dre. La pipe gaillarde, il bar­bote dans le mari­got avec délec­ta­tion. C’est que l’exploi­ta­tion des res­sour­ces du par­le­ment euro­péen lui assu­rera une retraite autre­ment plus con­for­ta­ble que l’exploi­ta­tion de res­sour­ces agri­co­les. Il ne se réclame plus vrai­ment de l’extrême gau­che, il se sou­vient, à peine, d’avoir fait cam­pa­gne pour le Non mais il zouke, devant les camé­ras, sans même enfi­ler une cagoule.

Ceux qui refu­sent de val­ser avec les pan­tins, peu­vent tou­jours boy­cot­ter les élec­tions euro­péen­nes. Il ne s’agit pas de dire NON à l’Europe mais NON à cette Europe, celle du spec­ta­cle et de la dépo­li­ti­sa­tion.

Signer l’appel au boy­cott


Document(s) attaché(s) :

  1. no attachment



Évaluer ce billet

5/5

  • Note : 5
  • Votes : 2
  • Plus haute : 5
  • Plus basse : 5

Geneviève Confort-Sabathé

Auteur: Geneviève Confort-Sabathé

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (0)

Soyez le premier à réagir sur cet article

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet


À voir également

edito.gif

Le grand assèchement

Lorsque demain les historiens se pencheront – une fois dissipées les brumes de l’actualité trop proche – sur la vie sociale et politique que traverse la France d’aujourd’hui, ils ne manqueront probablement pas de souligner à quel point majeur le macronisme aura magistralement et prestement vidé de sa substance le champ politique.

Lire la suite

edito.gif

Quand il suffit de traverser la rue

Comme la vie devient facile sous le règne d’Emmanuel Macron ! Tellement facile que les citoyens en arrivent presque à se demander pourquoi ils se compliquaient l’existence jusqu’à l’avènement du majuscule pédagogue aux solutions évidentes pour toutes sortes de problèmes qui taraudaient auparavant nombre de fieffés inquiets. Ainsi, la question du chômage que nous trouvions terrible il y a peu de temps encore est beaucoup moins grave qu’il y paraît dès lors que l’on accepte d’être résolument positif. Du travail il y en a partout. On change de trottoir et les emplois pleuvent comme vache qui pisse. Il faut seulement ne pas avoir peur de traverser la chaussée.

Lire la suite