Dernière mise à jour 21/06/2018

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Du 6 et 9 août 1945 : Hiroshima et Nagasaki

AntiNuke-Theodore_MONOD.jpgLe 6 août 1945 à 02 h 45 (heure locale), le bombardier B-29 piloté par Paul Tibbets, baptisé Enola Gay du nom de sa mère, décolle de la base de Tinian, avec à son bord une bombe atomique à l’uranium 235 d’une puissance de 15 kilotonnes, surnommée Little Boy. À 8 h 16 min 2 s heure locale, après 43 secondes de chute libre, la bombe explose à 600 mètres du sol, à la verticale de l’hôpital Shima, situé au cœur de l’agglomération d’Hiroshima, à moins de 300 mètres au sud-est du Pont Aioi, initialement visé car reconnaissable par son plan en « T ».
Le 9 août 1945 à 11 h 02, le B-29 Bockscar piloté par Charles Sweeney, parti de Tinian dans les îles Mariannes du Nord, largua la bombe atomique Fat Man sur la ville : elle explosa à 580 m d’altitude au-dessus de Nagasaki, à l’aplomb du quartier Urakami. Cette bombe était une bombe au plutonium d’une puissance de 17 kilotonnes, différente de celle d’Hiroshima (uranium 235), mais semblable à celle de l’essai Trinity, réalisé à Alamogordo, le 15 juillet 1945. (source : wikipédia)

Communiqué de Presse du 6 août 2012

Jours de deuil du 6 au 9 août 2012 en Vaucluse, date anniversaire des bombardements de 1945 sur Hiroshima et Nagasaki

Entre le 6 août et le 9 août 1945 de premières expérimentations d’armes atomiques sur les populations civiles ont été perpétrées par les États-Unis sur les villes et les populations japonaises d’Hiroshima et de Nagasaki au Japon entraînant la mort de dizaines de milliers de personnes, la désintégration des corps, la pulvérisation des habitations et bâtiments, la destruction de territoires, des séquelles sanitaires pour des milliers d’enfants et d’humains.

AntiNuke-Theodore-monod-Taverny.jpgDepuis, chaque année à travers le monde, ce crime est dénoncé lors de cérémonies. En France les militants du CAN84 observent une minute de silence à 12h partout où il se trouvent en Vaucluse et invite la population à en faire de même jusqu’au 9 août;. C’est aussi dans la ville de Taverny en région parisienne - haut-lieu du commandement militaire de la force de frappe nucléaire- que ” les jeuneurs vigilants de Taverny” organise un jeûne d’interpellation. Ce jeûne historique et symbolique a été initié par Madame Solange Fernex et a été soutenu par Monsieur Théodore Monod. Le CAN84 s’associe et soutien ce jeûne.

Le CAN84 invite tous les hommes et toutes les femmes épris de paix et de justice à dénoncer la force de frappe atomique et à se rassembler pour bannir de la planète et de notre région les installations de destruction atomique.

AntiNuke-MarchePourLaVie-2012-.jpgÀ l’appel du Collectif antinucléaire de Vaucluse (CAN84) une “Marche pour la Vie” aura lieu du 18 au 25 août 2012 sur les routes du Vaucluse, du Gard, des Bouches-du-Rhône et de la Drôme, au coeur du triangle de la mort nucléaire Cadarache-Marcoule-Tricastin. Un seul mot d’ordre réunira les marcheurs à pieds, à vélo, à cheval, en rollers, qui relieront sur près de 180km les 3 sites nucléaires civils et militaires… :

Arrêt immédiat du nucléaire ! Oui à la vie !


Document(s) attaché(s) :

  1. no attachment



Évaluer ce billet

5/5

  • Note : 5
  • Votes : 1
  • Plus haute : 5
  • Plus basse : 5

Collectif antinucléaire 84

Auteur: Collectif antinucléaire 84

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (0)

Soyez le premier à réagir sur cet article

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet


À voir également

communique_de_presse.gif

Riverains d'antennes-relais : ADN en danger

Association nationale P.R.I.A.R.T.EM Correspondance : P.R.I.A.R.T.EM - Collectif des Electrosensibles de France; 5, Cour de la Ferme Saint-Lazare ; 75010 Paris Email : Cliquez -  Tél : 01 42 47 81 54 www.priartem.fr - www.electrosensible.org Communiqué du 19 mars 2018

Lire la suite

Defendons_la_liberte_d__expression.jpg.jpg

Areva déboutée, les antinucléaires relaxés

Au terme de lus de trois années de harcèlement et d’une procédure sans fin, la justice a tranché : non les antinucléaires de la CAN-SE n’ont pas diffamé Areva par leur propos. Bien au contraire, ils ont permis d’informer en toute honnêteté la population des atteintes sanitaires et à la vie perpétrées par les activités nucléaires ainsi que mis en lumière le noyautage des institutions et la complicité de certains élus avec le lobby nucléaire.

Lire la suite