Dernière mise à jour 21/11/2017

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Hors champs, le film

hors_champs_ehs.jpgHors champs : Anne, Elisabeth et Philippe sont électro-hypersensibles. Comme des milliers d’autres personnes dans leur cas, ils souffrent des ondes émises par les téléphones portables, le wifi, et parfois même le réseau électrique.

Dans une société qui ne reconnaît pas leur maladie, face à une médecine qui en ignore les mécanismes, ils ne peuvent compter que sur eux-mêmes pour sauver leur peau.

« Hors champs » raconte leur histoire. L’histoire d’une quête, à la recherche perpétuelle de lieux vierges de ces ondes qui leur sont nocives, et d’endroits où ils pourront vivre. L’histoire d’une lutte pour la reconnaissance de leur maladie et de leur droit à la vie. A leurs côtés, plusieurs scientifiques, et quelques politiques, soutiennent ce combat. Leur but : alerter les autorités sanitaires au sujet de ce problème de santé publique , et informer la population des risques liés à la pollution électromagnétique.


Teaser Hors champs from ESTEBE Marianne on Vimeo.


France Inter, journal de 9H00 d’Hélène Fily (vendredi 8 février 2013)

Retour en France avec l’appel de syndicats contre l’exposition aux ondes électromagnétiques sur le lieu de travail. La CFDT, CFTC, CGT, SUD et FSU s’unissent, représentants des entreprises aussi variées que la RATP, Orange ou encore la Banque de France. Ils militent pour l’adoption d’un principe de précaution pour prévenir les effets toxiques des ondes électromagnétiques et demandent à la médecine du travail de reconnaître comme maladie professionnelle ces nouvelles pathologies.

Eric Beynel est le porte-parole de l’union syndicale Solidaires chargé des questions de santé et des conditions de travail. « On a dans un nombre important de secteurs - je pense à la RATP, je pense à la Douane, je pense à nombre important de salariés dans la recherche aussi - des salariés qui se retrouvent soumis à une électrosensibilité, qui ne peuvent plus après être atteints par les ondes et qui se trouvent du coup excluent du monde du travail sans que, en plus, cette exposition soit formellement reconnue. Ce n’est pas pour l’instant une maladie professionnelle et donc ils ne peuvent pas la faire reconnaître en tant que telle. 

Beaucoup de contrôleurs des trains sont exposés énormément aux ondes électromagnétiques à la fois par tous les téléphones portables qui sont en activité dans le train et dans les poches des voyageurs mais aussi par l’appareillage qu’ils ont sur eux qui leur permet de prendre les paiements. Ils se sont rendus compte que beaucoup de ces salariés souffraient de maux de tête, de difficultés etc… Dès qu’ils reprenaient le travail, ils avaient des atteintes à leur santé. Explications d’Eric Beynel au téléphone de Manuel Ruffez

http://www.franceinter.fr/player/export-reecouter?content=559151

Réécouter à 4mn 30 :


Document(s) attaché(s) :

  1. no attachment



Évaluer ce billet

5/5

  • Note : 5
  • Votes : 1
  • Plus haute : 5
  • Plus basse : 5

Marianne ESTEBE

Auteur: Marianne ESTEBE

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (2)

Le dindon de la farce Le dindon de la farce ·  22 février 2013, 23h54

Avant première : le samedi 23 février à 11h00, projection au cinéma Le Grand action (75006), suivi d’une discussion entre le public et les intervenants du film.

Cinéma Le Grand action
5, rue des Écoles, 75005 Paris
Métro Jussieu (M7) ou Cardinal Lemoine (M10)
tél : 01 43 54 47 62

Le dindon de la farce Le dindon de la farce ·  11 juin 2013, 19h21

Le corps (1/4) : « Le mal des ondes »

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet


À voir également

Defendons_la_liberte_d__expression.jpg.jpg

Areva déboutée, les antinucléaires relaxés

Au terme de lus de trois années de harcèlement et d’une procédure sans fin, la justice a tranché : non les antinucléaires de la CAN-SE n’ont pas diffamé Areva par leur propos. Bien au contraire, ils ont permis d’informer en toute honnêteté la population des atteintes sanitaires et à la vie perpétrées par les activités nucléaires ainsi que mis en lumière le noyautage des institutions et la complicité de certains élus avec le lobby nucléaire.

Lire la suite

communique_de_presse.gif

Nucléaire : Mme Royal déraisonne

En se déclarant «prête à prolonger de 10 ans la durée de vie des centrales nucléaire», Mme Royal fait une annonce qui se veut rassurante pour une nucléocratie française qui s’entête à vouloir donner un avenir à une technologie obsolète et une industrie surannée.

Lire la suite