Dernière mise à jour 21/07/2017

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Revoilà le vote utile

1erMai2012.jpgOn pensait en avoir fini avec lui, passée l’élection présidentielle. Eh bien non ! Il est déjà revenu dès la soirée électorale du second tour. Qui cela ? Le vote utile bien sûr !

Il n’a pas fallu longtemps avant que le PS ne nous resserve son argument choc ; cette fois sous la forme du “vote cohérent”. Il serait, parait-il, cohérent qu’après avoir élu Hollandréou, les Français lui donnent une majorité cohérente – lisez confortable – pour faire la politique qu’il souhaite mener. Le seul problème que je vois c’est :

  1. Bon nombre d’électeurs ont mis un bulletin Hollande dans l’urne pour chasser l’immonde Sarkozy, pas par adhésion au programme minimaliste du candidat du PS.

  2. La politique que souhaite mener Hollande n’est donc pas forcément celle que souhaite une majorité.
  3. Peut-être en avons-nous assez de ces prétendues majorités cohérentes qui font de la Cinquième République une sorte de monarchie élective.

Car, si Hollandréou veut une large majorité – comme cela a été dit maintes fois lors de cette soirée – c’est à dire, une majorité à sa botte, c’est qu’il sait que sorti de quelques mesurettes symboliques, sa politique sera de l’austérité de gauche. Il a déjà dit pour rassurer les “marchés” que la France honorerait l’intégralité de sa dette. Le service de cette dette va ainsi devenir le premier poste budgétaire et on va continuer à gaver la finance internationale. Et comme, dans le même temps et toujours pour rassurer ces mêmes “marchés”, il a confirmé sa volonté de réduire le déficit du budget à marche forcée, la conséquence est prévisible : les Français peuvent se préparer à se serrer la ceinture encore plus. Ceux qui pleuraient de joie ce 6 mai au soir vont bientôt verser des larmes bien plus amères.

Ne nous leurrons pas. Le PS compte sur une nouvelle croissance pour financer son projet. Ils n’ont toujours pas compris que leur croissance est un fantasme ; la France l’a depuis longtemps exportée en Chine et ailleurs avec son industrie et ses places de travail. En fait, la seule croissance que l’Europe connaisse est celle de la finance et de la misère. Pour inverser la tendance, il faudrait jeter dans les poubelles de l’histoire l’OMC et ses dépendances puis déchirer le traité de Lisbonne. Avez-vous lu cela dans le projet socialiste revu et corrigé par Hollandréou ?

Oh, bien sûr, il a vaguement promis de renégocier les règles de la BCE tout en faisant semblant d’oublier que ces règles font partie du traité de Lisbonne, traité que le PS a laissé adopter en s’abstenant lors du vote après avoir prôné le oui au TCE qui en était la copie conforme. Comment croire sérieusement que le PS après avoir passivement laisser adopter le traité de Lisbonne puis le MES, va réussir à les faire amender alors que les règles de fonctionnement de l’UE laissent si peu de latitude pour le faire ? D’ailleurs, dès ce 7 Mai, la chancelière allemande, Angela Merkel, tout en assurant que le nouveau président français serait accueilli “à bras ouverts”, a exclu toute renégociation du pacte budgétaire européen et toute initiative de “croissance par les déficits”. « Il n’est pas possible de renégocier le pacte budgétaire, signé par 25 des 27 États membres de l’Union européenne et qui a pour but de renforcer la discipline dans la gestion des finances publiques » a déclaré le porte-parole de la chancelière qui a aussi ajouté : « l’Allemagne ne veut pas d’une croissance par des déficits, mais une croissance par des réformes structurelles ».

Notre nouveau président bisounours va-t-il faire plier l’Allemagne ou suivre la voie des réformes du marché du travail mises en place par l’ancien chancelier Gerhard Schröder ?

Outre-Rhin, le ton est donné :

  • Si François Hollande se range au côté de « la fraction dure des créateurs de dettes, le tandem franco-allemande se brisera », avertit le journal conservateur Die Welt.
  • Le quotidien régional Stuttgarter Zeitung met en garde François Hollande sur sa promesse de renégocier le traité budgétaire. « Aussi incontournable que soit la France pour faire avancer l’Union Européenne : le pays n’est pas assez fort pour imposer sa volonté contre d’autres poids-lourds de la communauté ».
  • Le Süddeutsche Zeitung veut, lui, croire que Hollande se montrera raisonnable et que le duo franco-allemand, qui « représentera à la fois l’Europe conservatrice-libérales et sociale-démocrate », saura « mieux faire accepter leurs exigences aux autres peuples ».

On entend déjà la piètre excuse que va nous débiter le nouveau président : « essayé, pas pu ! » tout en procédant au premier – mais pas au dernier – enterrement d’une de ses promesses électorales. Étonnamment, les médias font semblant d’être surpris : « Hollande ne fait pas paniquer les marchés ». Mais pourquoi donc le ferait-il ? « I am not dangerous » leur a-t-il dit. Mais s’il n’inquiète pas les “marchés”, cela ne doit-il pas, par contre, nous inquiéter ? Tout comme ne peut que nous inquiéter l’attitude du PS pour les prochaines législatives : dans plusieurs circonscriptions, le PS fait pression sur des candidats du Front de Gauche pour qu’ils se retirent au nom du risque FN, et cela, sans contrepartie. Cela s’appelle de l’hégémonisme. Il n’est pas acceptable de donner un chèque en blanc à quelqu’un qui a de tout temps montré son allégeance au libéralisme qui nous a mené là où nous sommes.

Si la gauche doit être majoritaire, ce ne saurait être la gauche mièvre du PS mais la gauche radicale, la gauche de gauche, non pas le rose pale, mais le rouge vif et ardent du Front de Gauche.


Document(s) attaché(s) :

  1. no attachment



Évaluer ce billet

4.6/5

  • Note : 4.6
  • Votes : 15
  • Plus haute : 5
  • Plus basse : -1

Edrobal

Auteur: Edrobal

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (0)

Soyez le premier à réagir sur cet article

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet


À voir également

fakir_convergence.png

Un autre système est nécessaire

… ou comment allons-nous mieux répartir moins de richesses ?

Lire la suite

sivens-ni_flics_ni_milices.jpg

L'époque est-elle fasciste?

Un jour quand vous voudrez descendre dans la rue pour manifester, alerter, informer…vous vous apercevrez que ce n’est plus possible. Et ce jour, en fait, c’est déjà aujourd’hui… si vous ne vous appelez pas Charlie. Réveillez-vous !L’époque est-elle fasciste ? [1] 30

Lire la suite