Dernière mise à jour 21/11/2017

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Les mobiles interdits à l'école et au collège

LOI n° 2010-788 du 12 juillet 2010 portant engagement national pour l’environnement
Version consolidée au 14 juillet 2010
Télécharger le Fac-similé (pdf)

Pour un résumé, lire la suite.

Extraits retenus :

Créé par la LOI n° 2010-788 du 12 juillet 2010 - Article 183 (V)
modifiant le Code de la santé publique,
Article L5231-3 : Toute publicité, quel qu’en soit le moyen ou le support, ayant pour but direct de promouvoir la vente, la mise à disposition, l’utilisation ou l’usage d’un téléphone mobile par des enfants de moins de quatorze ans est interdite.

Créé par la LOI n° 2010-788 du 12 juillet 2010 - Article 183 (V)
modifiant le Code de l’éducation,
Article L. 511-5 : Dans les écoles maternelles, les écoles élémentaires et les collèges, l’utilisation durant toute activité d’enseignement et dans les lieux prévus par le règlement intérieur, par un élève, d’un téléphone mobile est interdite.

LOI n° 2010-788 du 12 juillet 2010 - Article 184 :
Pour tout appareil de téléphonie mobile proposé à la vente sur le territoire national, le débit d’absorption spécifique est indiqué de façon lisible et en français. Mention doit également être faite de la recommandation d’usage de l’accessoire permettant de limiter l’exposition de la tête aux émissions radioélectriques lors des communications, prévu au cinquième alinéa du I de l’article 183 de la présente loi.

Référence :

LOI n° 2010-788 du 12 juillet 2010 portant engagement national pour l’environnement
Version consolidée au 14 juillet 2010
Télécharger le Fac-similé (pdf)

Document(s) attaché(s) :

  1. no attachment



Évaluer ce billet

4.67/5

  • Note : 4.67
  • Votes : 3
  • Plus haute : 5
  • Plus basse : 4

Netoyens.info

Auteur: Netoyens.info

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (0)

Soyez le premier à réagir sur cet article

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet


À voir également

HADOPI : Projet de spécification fonctionnelles des moyens de sécurisation

Malgré l’interdiction faite par l’Hadopi, et en vertu du droit à l’information, le site Numerama a décidé de diffuser le document de consultation relatif au projet de spécifications fonctionnelles des moyens de sécurisation. Grâce à cette publication, la consultation publique devient réellement possible. Nous avons décidé de nous en emparer. Bonne lecture et à vos commentaires !

Lire la suite

Vaccination : comment signaler une réaction indésirable ?

Com­ment dépo­ser un signa­le­ment auprès de l’Afssaps ? (site de réfé­rence) En com­plé­ment du cir­cuit habi­tuel de décla­ra­tion des évé­ne­ments indé­si­ra­bles par les pro­fes­sion­nels de santé, deux for­mu­lai­res de décla­ra­tion spé­ci­fi­ques sont dis­po­ni­bles : l’un des­tiné aux pro­fes­sion­nels de santé (télé­dé­cla­ra­ble ou télé­char­gea­ble au choix), le second des­tiné aux patients (télé­char­gea­ble). Par ailleurs, en cas de vac­ci­na­tion ou de trai­te­ment anti­vi­ral d’une femme enceinte, un troi­sième for­mu­laire (télé­char­gea­ble) à com­plé­ter par le méde­cin-trai­tant et à ren­voyer au réseau natio­nal des CRPV per­met­tra d’assu­rer un suivi des gros­ses­ses. Com­ment dépo­ser un signa­le­ment auprès de Marc Girard ? (site source) Marc Girard est phar­maco-épi­dé­mio­lo­giste . Il se pro­pose d’assu­rer la mise en place d’une phar­ma­co­vi­gi­lance citoyenne et trans­pa­rente. Le for­mu­laire qui vous per­met­tra de rédi­ger très rapi­de­ment un signa­le­ment est télé­char­gea­ble et très sim­ple à rem­plir. Il va sans dire que plus le signa­le­ment sera pré­cis plus l’étude sera sim­ple à con­duire. Pour plus de pré­ci­sions, voyez l’arti­cle Phar­ma­co­vi­gi­lance vac­ci­nale : appel à témoi­gna­ges Com­ment obte­nir son dos­sier médi­cal ? (site de réfé­rence) Depuis la publi­ca­tion de la loi du 4 mars 2002, dite “droits des mala­des”, il est pos­si­ble d’obte­nir sans aucune média­tion d’un ou plu­sieurs méde­cins la com­mu­ni­ca­tion directe de son dos­sier médi­cal.Il suf­fit d’en deman­der la com­mu­ni­ca­tion à son méde­cin ou bien à l’éta­blis­se­ment de santé dans lequel la per­sonne a été hos­pi­ta­li­sée. Toute per­sonne a accès à l’ensem­ble des infor­ma­tions con­cer­nant sa santé déte­nues par des pro­fes­sion­nels et éta­blis­se­ments de santé (…) au plus tard dans les huit jours à comp­ter de la date de récep­tion de la demande et au plus tôt après qu’un délai de réflexion de qua­rante-huit heu­res aura été observé. Ce délai est porté à deux mois lors­que les infor­ma­tions médi­ca­les datent de plus de cinq ans ou lors­que la com­mis­sion dépar­te­men­tale des hos­pi­ta­li­sa­tions psy­chia­tri­ques est sai­sie…”(art. L. 1111-7 du code de la santé publi­que).L’accès aux infor­ma­tions rela­ti­ves à la santé d’une per­sonne (…) est demandé par la per­sonne con­cer­née, son ayant droit en cas de décès de cette per­sonne, la per­sonne ayant l’auto­rité paren­tale, le tuteur ou, le cas échéant, par le méde­cin qu’une de ces per­son­nes a dési­gné comme inter­mé­diaire.(…) (art. R.1111-1 du code de la santé publi­que).

Lire la suite