Last site update 18/09/2020

To content | To menu | To search

Les collecteurs de signatures

Mabesoone_LM_08-01-12.jpgDemain lundi 9 janvier sera un jour heureux pour notre cause ! Menée à Osaka (Osaka-shi) depuis le 9 décembre dernier, une pétition importante touchera au terme de la durée légale de collecte et l’objectif des 42 670 signatures nécessaires pour qu’elle prenne force de loi aura été atteint !

Ce nombre a même été atteint dès hier, le 7 janvier. Les nombreux bénévoles qui sillonnent les rues d’Osaka depuis un mois sont confiants. Ils auront même une marge de 10% permettant de remédier aux quelques signatures qui risquent d’être invalidées par la mairie d’Osaka.

Cette pétition officielle, en accord avec la loi municipale, permet de demander l’organisation d’un referendum sur un projet précis, en l’occurrence, l’utilisation ou non de l’énergie nucléaire dans la ville. Il aura fallu recueillir la signature manuscrite d’un cinquantième de la population pour que le tout nouveau Maire d’Osaka, plutôt opposé au nucléaire, prenne acte de cette volonté de la population et organise le vote en bonne et due forme [1].

De plus, le même mouvement se poursuit à Tokyo (Tokyo-to). Dans ce cas, la durée limite autorisée est deux fois plus longue qu’à Osaka  qui était d’un mois (9 décembre - 9 janvier). Mais le nombre requis de signatures – toujours un cinquantième de la population - représente 214 236 à recueillir.

Chers lecteurs résidents à Tokyo, je vous en supplie !

Si vous ne l’avez pas encore prévu, rendez-vous dès demain sur un des nombreux lieux de collecte de signatures. Il y en aura plus de 14, dans tout Tokyo, rien que pour demain. La nationalité japonaise n’est pas nécessaire pour signer, si vous bénéficiez du statut de « résident permanent » (eijuken) et que vous résidez à Tokyo.

Voici le calendrier précis des collectes (en japonais).

L’événement le plus important, pour célébrer l’entrée dans le second mois de collecte, se déroulera à Kichijoji. Tout d’abord, de 13 heures à 15 heures, collecte de signatures autour de la gare de Kichijoji (吉祥寺駅), puis à partir de 16h00, une réunion publique et une conférence au Musashino Kokaido (武蔵野公会堂).

Toutes les informations figurent sur le site suivant (en japonais)

Par la volonté des électeurs et par le décret municipal qui suivra, si il est décidé que les deux plus grandes villes du Japon interdisent la consommation d’électricité d’origine nucléaire, il est évident que la remise en service des centrales deviendra impossible faute de clients !

La dénucléarisation du Japon a de bonnes chances d’être effective des la fin avril 2012, grâce aux tests de sécurité (stress tests) sévères que nous a laissé l’ancien Premier Ministre KAN Naoto. Grâce aussi et surtout aux mouvements civiques qui ont duré sur le long terme, parmi lesquels ces deux grandes pétitions municipales.

Ce type de levier existe t’il en France ?

Quoiqu’il en soit, ça fait du bien de voir tous ces beaux sourires et toutes ces belles écharpes jaunes arborés par nos héros : les collecteurs de signatures !


Mabesoone_TAIYO-RIN_LM_08-01-12.jpg

Document(s) attaché(s) :

  1. no attachment



Rate this entry

5/5

  • Note: 5
  • Votes: 5
  • Higher: 5
  • Lower: 5

Laurent Mabesoone

Author: Laurent Mabesoone

Stay in touch with the latest news and subscribe to the RSS Feed about this category

Comments (0)

Be the first to comment on this article

Add a comment This post's comments feed


You might also like

EPR-consomme-milliards.jpg, mar. 2020

EPR : le gouvernement profite de la crise du Coronavirus pour accorder quatre ans de plus à EDF

Un décret publié au Journal officiel accorde un nouveau délai à EDF pour tenter de mettre en service le réacteur maudit en chantier à Flamanville depuis 2008

Continue reading

Fukushima-ruban_jaune-Seegan.jpg

Énergie : «Il faut que tout change pour que rien ne change»

Ces derniers mois, les noms d’Orano, Enedis et Engie ont respectivement remplacé les marques Areva, ErDF et GDF-Suez, ringardes ou déconsidérées. On ne peut que penser à la célèbre réplique “Il faut que tout change pour que rien ne change” de Tancrède dans le roman “Le Guépard”, popularisé par Luchino Visconti dans le film éponyme sorti en 1963.

Continue reading