Dernière mise à jour 29/05/2017

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Naissance de la maladie moderne - 4

Som­maire :

« Celui qui vient au secours » (De l’ombre à la lumière)
*

Ἐπίκουρος
« Celui qui vient au secours »

    De l’ombre à la lumière.
« Celui qui vient au secours ». Un nom peut résul­ter de mul­ti­ples inten­tions, être le révé­la­teur d’un pro­jet paren­tal, avoir été attri­bué après-coup par la pos­té­rité – et c’est assez sou­vent le cas chez les Grecs -, mais avouons que celui-ci est par­ti­cu­liè­re­ment évo­ca­teur et bien choisi ! J’aurais pu même oser m’aven­tu­rer à tra­duire « Le sau­veur », mais c’était déjà pris, en quel­que sorte. Tou­te­fois, le rap­pro­che­ment séman­ti­que, pour ana­chro­ni­que qu’il appa­raisse – et licen­cieux -, n’a pas man­qué d’être éta­bli en des temps de moin­dre sclé­rose de la pen­sée, des temps où l’on pou­vait se reven­di­quer à la fois de la terre et du Ciel, où des ponts entre un chris­tia­nisme encore en ges­ta­tion et les pro­lon­ge­ments de l’école épi­cu­rienne (la plus féconde et la plus lon­gue des éco­les anti­ques) étaient pen­sa­bles et ont été pen­sés. Je pense ici à Mar­sile Ficin, Lorenzo Valla, Érasme, Mon­tai­gne, Pierre Char­ron, Gas­sendi… Autre épo­que, sans con­teste, nou­veau car­re­four du type de ceux que nous avons ren­con­trés, autre ren­dez-vous man­qué de l’his­toire qui nous aurait évité encore bien des erran­ces ulté­rieu­res – le luthé­ria­nisme, entre autres joyeu­se­tés - et de nom­breux bains de sang résul­tant des guer­res de reli­gions sub­sé­quen­tes.

Épi­cure donc. Né au car­re­four des IVème et IIIème siè­cles (av. NE), une toute autre épo­que que celle que nous avons par­cou­rue depuis Tha­lès jusqu’à Héra­clite : la démo­cra­tie a som­bré dans les guer­res du Pélo­pon­nèse, Athè­nes a été défaite par Sparte, puis vient le règne d’Alexan­dre. Bref, une période de crise et de trou­bles, de gens cap­tifs, dépor­tés, de déses­poir dans les cons­truc­tions humai­nes pos­si­bles, qui, comme tou­jours, fait le nid d’une reli­gio­sité qui devient enva­his­sante. Athè­nes ne vit plus qu’un simu­la­cre de vie poli­ti­que.
La phi­lo­so­phie que déve­loppe Épi­cure est donc une « phi­lo­so­phie par temps de catas­tro­phe » (J. Salem), où la ques­tion du poli­ti­que n’est pas évo­quée (du moins dans le pre­mier épi­cu­risme) : « Le sage ne fera pas de poli­ti­que », dit Épi­cure. Celui-ci et ses « dis­ci­ples » choi­sis­sent de réduire la cité aux dimen­sions d’un groupe d’amis vivant à l’écart des autres hom­mes : le Jar­din.

*

« Épi­cure dépasse tous les autres auteurs par le nom­bre des ses ouvra­ges, lequel s’élève à près de trois cents. » (Dio­gène Laërce, op. cit.). Il ne nous est par­venu que trois let­tres assez cour­tes, mais par­ti­cu­liè­re­ment didac­ti­ques, adres­sées à ses amis Héro­dote, Pyto­clès et Méné­cée. À quoi on peut rajou­ter quel­ques Sen­ten­ces et Maxi­mes fon­da­men­ta­les. Fort heu­reu­se­ment, ces rares écrits se pré­sen­tent sous la forme qui, sem­ble-t-il, était cons­ti­tu­tive de l’ensei­gne­ment pro­pre à leur auteur : à savoir une forme abré­gée et faci­le­ment mémo­ri­sa­ble de ses dif­fé­ren­tes théo­ries. Nous pou­vons donc, mal­gré le sac­cage évi­dent de ce que fût son œuvre monu­men­tale par les hom­mes de pou­voir – poli­ti­que et reli­gieux - qui ont suivi, dis­po­ser d’une vision pro­ba­ble­ment assez com­plète et fia­ble de la pen­sée d’Épi­cure. De plus, grâce à l’extra­or­di­naire lon­gé­vité de cette école, nous dis­po­sons avec Lucrèce (Ier siè­cle av. NE) et son De natura rerum [De la nature des cho­ses] de nom­breu­ses con­fir­ma­tions quant aux hypo­thè­ses fai­tes face à ce qui nous reste de l’œuvre du fon­da­teur de cette lignée de pen­sée phi­lo­so­phi­que. Et quel texte ! Sans doute un des plus grands tex­tes de l’huma­nité con­nus à ce jour et, chose non négli­gea­ble, qui en dit long sur l’esprit de cette école, est un long poème en vers…

Dans le cha­pi­tre con­sa­cré à Héra­clite, nous avons évo­qué briè­ve­ment Démo­crite et les théo­ries ato­mis­tes qui se retrou­vent au fon­de­ment de la pen­sée épi­cu­rienne. Sans y reve­nir, rap­pe­lons que l’éthi­que et les moda­li­tés de la cons­truc­tion du « sou­ve­rain bien » tel que le con­çoit Épi­cure sont direc­te­ment induits par cette con­cep­tion phy­si­que auda­cieuse pour l’épo­que – et encore aujourd’hui (cf. supra : M. Con­che, op. cit.). Mais, assez para­doxa­le­ment, « Épi­cure subor­donne la recher­che du vrai à la pour­suite du bon­heur » (J. Salem – NDLR : je sou­li­gne), qui est son véri­ta­ble objet d’étude : « La science suprême est l’art de vivre (ars vivendi). Aussi n’y a-t-il pas lieu de s’user comme Pla­ton à étu­dier la musi­que, la géo­mé­trie, l’arith­mé­ti­que, l’astro­no­mie. » (Cicé­ron, Des fins – cité par Salem.) Il est assez trou­blant, pour des esprits for­més – ou défor­més - par Des­car­tes, d’obser­ver le dis­tin­guo opéré par exem­ple entre « cer­ti­tu­des doc­tri­na­les » et « expli­ca­tions mul­ti­ples ». Cer­tes il existe un cor­pus doc­tri­nal ato­miste, mais comme tous les phé­no­mè­nes dans leur diver­sité et par­ti­cu­la­ri­tés sont loin d’être cir­cons­crits par la science de l’épo­que, point n’est besoin d’admet­tre une expli­ca­tion et d’en reje­ter une autre qui « s’accorde éga­le­ment avec les phé­no­mè­nes. » (Let­tre à Pytho­clès, § 87.)

*

On le voit, là n’est pas l’essen­tiel.

Épi­cure envi­sage prin­ci­pa­le­ment la phi­lo­so­phie comme méde­cine, comme thé­ra­peu­ti­que du cœur et de l’âme : il se veut phar­ma­cien en vue de l’obten­tion du bon­heur, de la tran­quillité de l’âme (ata­raxie, absence de trou­bles).
    Sa médi­ca­tion phi­lo­so­phi­que est pré­sen­tée sous la forme ramas­sée du « qua­dru­ple remède », le tetra phar­ma­kon :
    « 1 – Il n’y a rien à crain­dre des dieux. »
    « 2 – Il n’y a rien à crain­dre de la mort. »
    « 3 – La dou­leur est sup­por­ta­ble. »
    « 4 – Le bon­heur est attei­gna­ble. »
Clair, sim­ple, pra­ti­que, que l’on peut empor­ter par­tout avec soi. Fer­mez le ban !

Toute la phi­lo­so­phie d’Épi­cure est une éthi­que de l’extrême urgence : « Il est temps de phi­lo­so­pher ! ».
Dans une période où com­men­cent à pul­lu­ler ceux qui accom­pa­gnent habi­tuel­le­ment la misère et l’angoisse du len­de­main, quel meilleur sou­la­ge­ment – mais aussi quelle audace ! - n’y a-t-il pas à relé­guer les dieux loin des affai­res humai­nes ? De les pro­cla­mer indif­fé­rents à nos peti­tes his­toi­res. Et de les relé­guer dans des inter-mon­des où ils vaquent à leurs occu­pa­tions de dieux. Sans les nier tou­te­fois. Autant dire que toute la phi­lo­so­phie d’Épi­cure se passe allè­gre­ment de quel­que théo­lo­gie que ce soit !
Dans une épo­que où les mar­chands d’arrière-mon­des – comme les appel­lera Nietz­sche beau­coup plus tard – font com­merce de déta­che­ment des cho­ses ter­res­tres et – corol­laire indis­pen­sa­ble et cons­ti­tu­tif - de crainte de l’au-delà, n’y a-t-il pas de meilleur remède que d’affir­mer qu’il n’y a rien à crain­dre de la mort, que, la mort con­sis­tant en la pri­va­tion de la sen­si­bi­lité, la crainte de la mort est une crainte sans objet ? La théo­rie ato­miste, pour qui la psy­che, l’âme, est un des aspects de la matière, indui­sant éga­le­ment l’idée de réa­mé­na­ge­ment des ato­mes cons­ti­tu­tifs des corps à d’autres fins.
Épi­cure, qui vécut toute sa vie atteint de la mala­die de la pierre (cal­culs rénaux), sait de quoi il parle quand il affirme que l’on peut sup­por­ter la dou­leur. Sans doute, sa phy­sio­lo­gie cons­ti­tu­tive et sa vie de souf­france ont-elle influé énor­mé­ment sur son ensei­gne­ment et une cer­taine forme d’ascé­tisme qui plaira beau­coup aux stoï­ciens ulté­rieurs. (Mon­tai­gne pous­sera même la fidé­lité à ce pen­seur en étant affligé de la même mala­die – nom­mée à son épo­que la gra­velle.) Tou­jours est-il qu’il y a là une leçon de cou­rage, endu­rance dans la souf­france, et une assu­rance sim­ple mais effi­cace : tant que l’on souf­fre, c’est qu’on est en vie, et cette souf­france est sup­por­ta­ble, au-delà, c’est la mort, et nous ne som­mes plus con­cer­nés en rien par cette souf­france (voir ali­néa pré­cé­dent).
Enfin, on peut attein­dre le bon­heur, qu’Épi­cure nomme plu­tôt – et c’est impor­tant – ata­raxie, absence de trou­bles. Ce en quoi il se dis­tin­gue d’autres ensei­gne­ments, tel celui d’Aris­tippe de Cyrène. (Mais nous y revien­drons.) Il prône l’indé­pen­dance (autar­keia). Il faut appren­dre à se suf­fire à soi-même et savoir se con­ten­ter de peu. Il nous apprend sur­tout « ce qu’il faut choi­sir et ce qu’il faut évi­ter ».

À cet effet, il ensei­gne une véri­ta­ble « arith­mé­ti­que des plai­sirs » en vertu de laquelle la réflexion pèse les con­sé­quen­ces de cha­que plai­sir. Il dis­tin­gue les désirs vains, qui con­sis­tent sou­vent à vou­loir tou­jours plus, et les désirs con­for­mes à la nature, qui, tout en étant pro­pi­ces à une vie bonne, doi­vent cepen­dant être limi­tés (voir § pré­cé­dent), mais aussi con­si­dé­rés en vertu de leurs con­sé­quen­ces et sépa­rés en désirs natu­rels et néces­sai­res (par ex. faim, soif) et désirs natu­rels mais non néces­sai­res. Si ces der­niers entraî­nent plus de désa­gré­ment pour les obte­nir que de plai­sir véri­ta­ble, autant les pros­crire. À cha­cun de faire les comp­tes, il n’y a pas d’impé­ra­tif caté­go­ri­que chez Épi­cure. Ce n’est pas un mora­liste et, en cela, il inau­gure un des élé­ments essen­tiels pour une ligne de pen­sée que l’on qua­li­fiera plus tard de liber­taire.  

Sans doute sub­siste-t-il ici encore quel­ques apo­ries que nous relè­ve­rons après avoir fait un der­nier détour par la pen­sée du pro­fes­seur de Bâle. Mais il reste un der­nier élé­ment à men­tion­ner – non des moin­dres et des plus fruc­tueux pour les pen­sées qui sui­vi­rent -, à savoir le mode de vie phi­lo­so­phi­que : culte et pra­ti­que de l’ami­tié et lieu où s’exerce cette phi­lo­so­phie exis­ten­tielle, le Jar­din. Mode de vie com­mu­nau­taire, éga­li­taire (hom­mes, fem­mes, escla­ves affran­chis – ce qui est nota­ble pour l’épo­que), lieu d’appli­ca­tion con­crète des idées et théo­ries phi­lo­so­phi­ques, qui influen­cera plus  tard les pre­miè­res uto­pies (Tho­mas More, entre autres).


Document(s) attaché(s) :

  1. no attachment



Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Jean-Claude Roulin

Auteur: Jean-Claude Roulin

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (0)

Soyez le premier à réagir sur cet article

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet


À voir également

velorution2.jpg

Contre le vote FN, un autre communisme

La popularité du Front National s’étend sondage après sondage. Face à l’impuissance de la gauche, coupée des pauvres, il est temps de réinventer le communisme.

Lire la suite

Hiérarchie pyramidale, réaction en chaîne, fission nucléaire, destruction de la vie

La légion nucléaire

« R.A.S. (rien à signaler) est une expression que l’on utilise beaucoup dans la maintenance nucléaire. On demande souvent aux travailleurs de décrire ce qui ne va pas et quand tout va bien, de signer par ces trois lettres. Dans le film, un travailleur subit des pressions pour signer R.A.S., alors qu’il a découvert une « fissure ou une rayure » dans un robinet très important de la centrale. C’est assez symptomatique de la situation actuelle dans les centrales nucléaires. ». « L’humble ouvrier qui s’use à son ouvrage Vaut le soldat qui tombe au champ d’honneur » Les vieux ouvriers (extrait) Charles Gille (1820-1856)

Lire la suite