Dernière mise à jour 20/07/2018

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Révolution citoyenne et pensée systémique

Une Convention Nationale de la France insoumise aura lieu au mois de novembre 2017. Elle aura notamment pour rôle de définir objectifs et axes d’action pour les mois qui viennent. Une boîte à idées a été ouverte à l’ensemble des signataires de la France insoumise. Elle a en principe pour objectif de regrouper des contributions, des propositions, des idées, des témoignages d’expérience ou des bilans. Pourtant les contributions doivent être rattachées à un thème parmi une liste prédéfinie et purement organisationnels. J’ai malgré tout décidé de sortir de ma coquille et de pondre une contribution d’ordre stratégique donc hors du cadre prédéfini mais quand même presque dans les 1000 signes prescrits. Cela explique l’extrême concision proche du simplisme du propos.

La Révolution Citoyenne de la France Insoumise se veut sociale et environnementale. Mais elle ne pourra l’être qu’en combattant la société de consommation et son maître d’œuvre le système capitaliste. Une révolution n’est pas simplement une réforme plus profonde, elle s’appuie sur l’évidence qu’un système n’est réformable qu’à la marge.

Malheureusement, le programme de la France Insoumise – même s’il est ambitieux – est tout sauf révolutionnaire. Il lui manque la cohérence de la pensée systémique. Le découpage en livrets s’il apporte une facilité de compréhension de son sujet, est typiquement une approche cartésienne inadaptée quand il s’agit de définir un nouveau paradigme social et environnemental. Les mesures annoncées ne sont pas articulées entre elles, leurs interactions ne sont pas envisagées et leur lien principal est ignoré, il s’agit de la monnaie. Bien sûr, il y a eu cette longue séance pour montrer – à qui ? – comment on financerait le programme, mais c’était surtout bien montrer que le programme était compatible avec le système dominant. Rien de révolutionnaire donc. Le ver était dans le fruit et l’échec programmé car on avait semé avant de labourer. Même si nous avons voulu espérer au delà du raisonnable, la réalité nous a rattrapé car en voulant tranquilliser notre ennemie la Finance, on a désorienté une partie importante de l’électorat potentiel qui nous a manqué au final.

Reprenons par le début. Définissons un projet de rupture franche avec le système dominant et lançons une opération pédagogique – osons le mot idéologique – à long terme pour faire comprendre et adopter ce projet par le plus grand nombre.


Document(s) attaché(s) :

  1. no attachment



Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Edrobal

Auteur: Edrobal

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (0)

Soyez le premier à réagir sur cet article

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet


À voir également

lettre_ouverte.gif

Lettre ouverte à Yannick Rousselet

Ci-joint vous trouverez une lettre ouverte adressée à Yannick Rousselet, responsable des campagnes nucléaires à Greenpeace France. Cette lettre ouverte a été écrite dans le cadre d’une revue à paraître autour de la mort de Rémi Fraisse - manifestant tué par le souffle d’une grenade offensive cet automne lors d’un rassemblement contre le barrage du Testet -. Il était pour nous important d’évoquer dans ce cadre comment l’État trouve souvent au cœur des luttes des militants ou des militantes à même de relayer son discours. C’est ce rôle que notre salarié de la multinationale écologiste a accepté d’endosser en direct sur i-Télé, condamnant les “méchants casseurs” qui “sévissaient” en réaction à cet assassinat dans les rues de Nantes et Toulouse. 216

Lire la suite

amis-de-la-terre-france.jpg

Lettre ouverte aux Amis de la Terre-France

En octobre 2014, trente-trois réacteurs électronucléaires en France sur cinquante-huit auront 30 ans ou plus. Il y en avait vingt et un au début du mandat du président Hollande, et seulement deux au début du Grenelle de l’Environnement. Sans sursaut des écologistes antinucléaires, il risque d’y en avoir quarante-six dès novembre 2017. Pour tâcher de s’extraire de l’impasse atomique et cesser de banaliser le désastre en cours au Japon, il faut un coup d’arrêt à la production anthropique massive de radioactivité. Pour cela, il faut exiger enfin en France, de toute urgence et en attendant mieux, le remplacement transitoire des réacteurs nucléaires par des centrales thermiques à flamme. A gaz et même, si nécessaire, en partie au fioul et au charbon. Ce n’est pas antagonique, bien au contraire, avec l’adaptation au changement climatique et la lutte contre son aggravation. Et c’est essentiel pour la préservation de la vie sur terre, ainsi que pour celle d’une démocratie en France. Plus vite ça se fera, mieux ce sera. Y compris pour le climat. Il est de la responsabilité historique des Amis de la Terre de le dire, et de le faire comprendre autour d’eux.

Lire la suite