Last site update 22/11/2019

To content | To menu | To search

Le colis de France est arrivé à Minami-Soma !

Seegan MabesooneAujourd’hui, j’ai reçu une lettre avec des photos de M. Odome de Minami-Soma[1] . Il a joint une enveloppe où il a recopié consciencieusement une adresse en France (dans le 88 …), et a ajouté : « Un grand merci, nous sommes reconnaissants pour tous ces cadeaux venus de France ».

[1à 20km de la centrale de Fukushima

En effet, comme il n’a pas de bureau de poste ouvert a proximité, il ne peut pas envoyer sa lettre de remerciement par courrier international. Donc, comme il sait que je suis un « relai au Japon », il a tout envoyé chez moi (je l’avais faxé pour le prévenir auparavant). Je renvoie tout ça demain vers la France (il a même mis trop de timbres !). Cet homme est la bonté même. À chaque fois que j’ai envoyé un colis, j’ai toujours eu un petit mot de remerciement. Et comme vous voyez sur les photos jointes, il a de quoi s’occuper, vu la foule qui accoure chez lui. Toutes autres photos seront sur la page des « Amis de M. Odome »

À propos, je communique régulièrement avec le réalisateur Alain de Halleux, qui se trouve actuellement à Fukushima pour tourner un documentaire. Il doit justement se rendre après-demain, le 6 novembre 2011, à Minami-Soma, et il y rencontrera certainement M.Odome. Alain, dans son carnet de voyage, relate une chose très juste :

« En ce moment, les habitants de Minami-Soma sont divisés en deux clans. Ceux qui restent disent : « Nos voisins n’avaient qu’à pas partir. Maintenant ils respirent un air pur. Ils nous laissent décontaminer la ville et ils exigent des compensations du gouvernement ? ce n’est pas juste. » Ceux qui sont partis disent : « Ceux qui restent exigent de l’argent ? Mais c’est nous qui en avons besoin car nous avons tout quitté. Nous devons recommencer nos vies. » Ces derniers n’osent rentrer à Minami-Soma de peur d’affronter la critique de ceux qui sont restés. Encore une fois, l’atome en fissionnant, a divisé… ».

Ce démon invisible est si pernicieux qu’il est capable de séparer des villageois paisibles, des familles aimantes, des fratries. C’est un cancer qui ronge aussi le coeur des hommes. Et pourtant, quand on voit qu’un colis arrive de France chez un septuagénaire habitant a 20 km de la centrale, on se dit que l’être humain n’est pas si mauvais que cela. Je me souviens que des enfants de Tchernobyl ont envoyé, cet été, des vêtements et des jouets « pour les enfants de Fukushima », adressés au Maire de Matsumoto. Et je me dis que si une catastrophe nucléaire se produit un jour en France, M. Odome sera le premier à vouloir envoyer un colis aux sinistres français… la douleur sépare parfois, mais elle rassemble souvent, aussi.


Document(s) attaché(s) :

  1. no attachment



Rate this entry

5/5

  • Note: 5
  • Votes: 3
  • Higher: 5
  • Lower: 5

Laurent Mabesoone

Author: Laurent Mabesoone

Stay in touch with the latest news and subscribe to the RSS Feed about this category

Comments (0)

Be the first to comment on this article

Add a comment This post's comments feed


You might also like

Fukushima-ruban_jaune-Seegan.jpg

Énergie : «Il faut que tout change pour que rien ne change»

Ces derniers mois, les noms d’Orano, Enedis et Engie ont respectivement remplacé les marques Areva, ErDF et GDF-Suez, ringardes ou déconsidérées. On ne peut que penser à la célèbre réplique “Il faut que tout change pour que rien ne change” de Tancrède dans le roman “Le Guépard”, popularisé par Luchino Visconti dans le film éponyme sorti en 1963.

Continue reading

Fukushima-ruban_jaune-Seegan.jpg

Le grand retour du nucléaire n'a pas eu lieu

Depuis des années, industriels, gouvernements et médias font croire que le nucléaire est sur le point de se relancer. Hélas pour ces mauvais perdants, nos fleurons EDF et Areva sont en pleine déconfiture et leurs campagnes de pub (financées avec notre argent) n’inversent pas la tendance.

Continue reading