Dernière mise à jour 22/11/2017

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Pandemrix : vaccin-miracle ou sérieux problème de pharmacovigilance ?

L’agence euro­péenne du médi­ca­ment (EMEA) a publié son pre­mier “rap­port heb­do­ma­daire de phar­ma­co­vi­gi­lance” sur les vac­ci­na­tions mas­si­ves le 3/12/2009. L’EMEA n’est pas un modèle de trans­pa­rence, selon la revue “Pres­crire”, et pour­tant l’on y apprend que sur envi­ron 5,7 mil­lion de per­son­nes vac­ci­nées avec le Pan­dem­rix®+©=$$$, on déplore 55 décès, 24 effets secon­dai­res gra­ves liés à la mater­nité (avor­te­ments, décès intra-uté­rins, bébés morts-nés, hypo­ki­né­sie foe­tale et nais­san­ces pré­ma­tu­rées), 6 syn­drô­mes de Guillain-Barré (3 con­fir­més), un rejet de trans­plan­ta­tion car­dia­que, et 2301 rap­ports signa­lant 6269 effets secon­dai­res plus ou moins gra­ves.

Mais fort heu­reu­se­ment, aucun de ces dra­mes ne sem­ble avoir la moin­dre cor­ré­la­tion avec la vac­ci­na­tion dans les heu­res qui les ont pré­cédé, selon l’EMEA.

Son homo­lo­gue fran­çais, l’Afsapps, a publié son der­nier bul­le­tin phar­ma­co­vi­gi­lance des vac­cins grip­paux A(H1N1) le même jour :

“Depuis le 21 octo­bre et jusqu’au 29 novem­bre 2009, envi­ron 860 000 doses de vac­cin PAN­DEM­RIX ont été admi­nis­trées, d’abord aux per­son­nels de santé, médico-sociaux et de secours des éta­blis­se­ments hos­pi­ta­liers, puis à par­tir du 12 novem­bre 2009 à cer­tai­nes caté­go­ries de per­son­nes prio­ri­tai­res dans des cen­tres de vac­ci­na­tion dédiés.”

Durant cette période, l’Afsapps a reçu “562 signa­le­ments d’effets indé­si­ra­bles (499 par les pro­fes­sion­nels de santé et 63 par les patients), soit un taux de noti­fi­ca­tion d’envi­ron 0,5 pour 1000 doses admi­nis­trées.”. Ces signa­le­ments rap­por­tent “un total de 1377 réac­tions indé­si­ra­bles sur­ve­nues dans les heu­res sui­vant la vac­ci­na­tion”.

Il y a eu “48 réac­tions indé­si­ra­bles dont l’inten­sité a entrainé une gêne fonc­tion­nelle et/ou une inca­pa­cité tem­po­raire tel­les que syn­dro­mes grip­paux, dou­leurs au site d’injec­tion, four­mille­ments des extré­mi­tés, sen­sa­tions ver­ti­gi­neu­ses, dou­leurs arti­cu­lai­res, élé­va­tions tran­si­toi­res de la pres­sion san­guine arté­rielle et une para­ly­sie faciale en cours d’inves­ti­ga­tion.”, et, au total, 16 cas gra­ves et un décès, “pour lequel il a été con­clut à une mort natu­relle”.

Com­pa­rons les chif­fres :

EMEA
Afsapps
per­son­nes vac­ci­nées
5 700 000 
860 000 
signa­le­ments d’effets secon­dai­res
2301 (0,040%)
562 (0,065%)
nb d’effets secon­dai­res signa­lés
6269 
1377 
Guillain-Barré
décès
55 (une mal­chance sur 100 000, envi­ron)
0 (aucun ris­que)

Un pro­blème de phar­maco-vigi­lance saute aux yeux : sur 860 000 vac­ci­na­tions en France, on aurait dû s’atten­dre à “8,6” noti­fi­ca­tions de décès dans les heu­res sui­vants l’injec­tion. Or, il n’y en a eu qu’une, et c’était une “mort natu­relle”, donc sans lien avec le vac­cin.

De deux cho­ses l’une : soit le Pan­dem­rix a l’effet secon­daire et inat­tendu de retar­der de quel­ques jours une dizaine de décès par mil­lion d’injec­tions, uni­que­ment en France , (ce qui ferait, n’est-ce pas, Rose­lyne ? une excel­lente rai­son de plus de pres­crire cette pana­cée uni­ver­selle) … soit nous avons, en France, un sérieux pro­blème de phar­ma­co­vi­gi­lance !

De sérieux pro­blè­mes de phar­ma­co­vi­gi­lance

Force est de cons­ta­ter qu’ici les faits con­fir­ment l’avis d’expert en phar­ma­co­vi­gi­lance du Dr Marc Girard : les don­nées post-com­mer­cia­li­sa­tion des vac­cins sont bien “plom­bées par une sous-noti­fi­ca­tion nor­ma­le­ment mas­sive encore encou­ra­gée par les auto­ri­tés” . Le Dr Marc Girard alerte depuis des semai­nes sur les effets secon­dai­res impor­tants cons­ta­tés lors des essais pré­li­mi­nai­res, dont “7 décès et plu­sieurs cas d’hépa­ti­tes auto-immu­nes chez des enfants”.

Com­pa­rant les ris­ques de la grippe et du vac­cin, le Dr Girard expli­que :

“Même en fai­sant le for­cing (et en attri­buant sys­té­ma­ti­que­ment à la grippe les décès poten­tiel­le­ment liés à Tami­flu), l’admi­nis­tra­tion sani­taire décompte actuel­le­ment envi­ron 120 décès, soit une mor­ta­lité maxi­mum de 2 pour un mil­lion. En paral­lèle, l’Agence euro­péenne se féli­cite que les essais réa­li­sés lors du déve­lop­pe­ment per­met­tent de recon­naî­tre (et même pas d’exclure) les effets indé­si­ra­bles sur­ve­nant à une fré­quence mini­mum de 1% (http://www.emea.europa.eu/human­docs/PDFs/EPAR/cel­va­pan/Cel­va­pan-H-982-PU-02-AR.pdf). En paral­lèle, encore, on relève que la mor­ta­lité obser­vée au cours du déve­lop­pe­ment de Pan­dem­rix a été de 0,3 à 0,4% (7 morts inex­pli­qués chez envi­ron 2 000 patients trai­tés). De plus, il faut bien com­pren­dre que la grande majo­rité des sujets actuel­le­ment réper­to­riés comme décé­dés de la grippe avaient d’impor­tant fac­teurs de fra­gi­lité, alors qu’il suf­fit de lire les docu­ments de l’Agence euro­péenne pour aper­ce­voir que les sujets décé­dés après vac­ci­na­tion étaient ini­tia­le­ment en par­faite santé : tout un cha­cun, quoi. Il est donc extrê­me­ment modéré de sou­te­nir qu’à l’heure actuelle, sur la base des don­nées « incom­plè­tes » mais dis­po­ni­bles, le ris­que lié au vac­cin peut être mille fois plus élevé que le ris­que de la grippe. D’autre part et au con­traire de ce que sou­tient comme prévu l’admi­nis­tra­tion sani­taire, les don­nées de la phar­ma­co­vi­gi­lance après com­mer­cia­li­sa­tion sont loin d’être ras­su­ran­tes, compte tenu de la sous-noti­fi­ca­tion habi­tuel­le­ment mas­sive (moins de 1% des acci­dents noti­fiés [1]), déli­bé­ré­ment exa­cer­bée en l’espèce par les auto­ri­tés qui s’appli­quent à créer un sani­tai­re­ment cor­rect visant à dis­sua­der les vac­ci­na­teurs de noti­fier. On a connu exac­te­ment la même situa­tion avec le vac­cin con­tre l’hépa­tite B – avec les résul­tats que l’on sait…”

Quel­les sont les don­nées con­nues et véri­fiées, à ce jour ?

ris­que d’attra­per la grippe A
entre 7% (cons­taté dans d’autres pays) et 50% (esti­ma­tion la plus pes­si­miste, datant d’avant l’été, celle du Pr Fla­haut)
ris­que de décès par grippe A/H1N1 pan­dé­mi­que 2009 
entre 2 par mil­lion (Dr Girard) et 2 pour 100000 envi­ron, au grand maxi­mum (chif­fres GROG et InVS, affec­tés de divers biais sta­tis­ti­ques pour la plu­part signa­lés avec leur publi­ca­tion)
effi­ca­cité des vac­cins anti-grippe, en géné­ral
entre 25% et 60% envi­ron, selon les sour­ces
ris­ques d’effets secon­dai­res dans les heu­res sui­vant la vac­ci­na­tion avec le vac­cin Pan­dem­rix noti­fiés dans le cadre de la phar­ma­co­vi­gi­lance fran­çaise
1 cas sur 2000 per­son­nes vac­ci­nées
ris­ques d’effets secon­dai­res dans les heu­res sui­vant la vac­ci­na­tion avec le vac­cin Pan­dem­rix cons­ta­tés lors des essais pré­li­mi­nai­res
75% des cas
ris­ques de décès dans les heu­res sui­vant la vac­ci­na­tion avec le vac­cin Pan­dem­rix noti­fiés dans le cadre de la phar­ma­co­vi­gi­lance en europe
1 cas sur 100 000 per­son­nes vac­ci­nées envi­ron
ris­ques de décès dans les heu­res sui­vant la vac­ci­na­tion avec le vac­cin Pan­dem­rix noti­fiés dans le cadre de la phar­ma­co­vi­gi­lance fran­çaise
aucun ris­que
ris­ques de décès dans les heu­res sui­vant la vac­ci­na­tion avec le vac­cin Pan­dem­rix cons­ta­tés lors des essais pré­li­mi­nai­res
7 décès sur 2000 per­son­nes
ris­ques d’effets secon­dai­res à long terme de ces vac­cins
pas de don­nées dis­po­ni­bles

Là encore, les chif­fres con­fir­ment : il y a un bien un sérieux pro­blème de phar­ma­co­vi­gi­lance en géné­ral, dou­blé d’un pro­blème pro­pre à la France en ce qui con­cerne la noti­fi­ca­tion des décès sur­ve­nus dans les heu­res sui­vant une vac­ci­na­tion.

Cer­tes, cer­tain-e-s ris­quent de se dire “je n’y com­prend rien, à ces que­rel­les d’experts” … et puis on nous dit à la télé, sur fond de car­tes tou­tes ROOOUUUU­GES et de méchants petits virus mutants en ima­ges de syn­thèse 3D que la grippe était très méchante, alors que le vac­cin serait très gen­til, déve­loppé par des phi­lan­thro­pes qui nous veu­lent du bien (les trusts phar­ma­ceu­ti­ques), et promu acti­ve­ment par un gou­ver­ne­ment “démo­cra­ti­que” dont la pro­bité et la clair­voyance font actuel­le­ment la gloire et la fierté de la France dans l’uni­vers ou peut-être au moins au siège de TF1, sec­tion Bisou­nours et nains de jar­din.

Mais en y repen­sant, je con­nais la femme d’un ami qui souf­fre de sclé­rose en pla­que, et qui avait été vac­ci­née con­tre l’hépa­tite B, et le mari d’une cou­sine qui a “fait” un Guillain-Barré après des vac­cins pour un voyage loin­tain, et un autre ami qui a déve­loppé des réac­tions auto-immu­nes après un vac­cin con­tre l’hépa­tite B plus ou moins imposé par son employeur …

Cer­tes, on ne peut rien con­clure de trois exem­ples dans son voi­si­nage … mais je ne con­nais per­son­nel­le­ment per­sonne qui soit mort de la grippe A. Il faut dire que cette grippe tue deux à trois per­son­nes par mil­lion de cas, envi­ron, selon les der­niers chif­fres offi­ciels por­tant sur les cas con­fir­més et sans autres fac­teurs de ris­ques de décès con­nus.

Ce que je cons­tate dans mon entou­rage est donc par­fai­te­ment cohé­rent avec les don­nées scien­ti­fi­ques qui pré­cè­dent, mais éga­le­ment en par­faite con­tra­dic­tion avec le mes­sage offi­ciel … Et autour de vous ?

Fina­le­ment, si les pires crain­tes du Dr Girard sont hélas con­fir­mées par autant de dra­mes dans les années qui vien­nent, c’est peut-être une chance pour la France que Rose­lyne se soit fait piquer et encou­rage les élec­teurs de l’UMP et les télé­spec­ta­teurs de TF1 à en faire autant ! Dom­mage que Sar­kozy rechi­gne à se faire piquer lui aussi …

Minga, 2009

Source : revol­tes.net

Voir aussi :
- Y’a la télé qu’a dit … Alerte rouge ! : com­ment l’hys­té­rie média­ti­que noie l’infor­ma­tion scien­ti­fi­que.
- Le virus du pou­voir - enquête sur une cam­pa­gne de vac­ci­na­tion prise en grippe : dos­sier com­plet sur la mor­ta­lité, la mor­bi­dité, l’ori­gine du virus, et la gabe­gie du “plan Bache­lot”.

Notes

[1] Ce ratio de 1% cor­res­pond en l’occu­rence au ratio entre les acci­dents cons­ta­tés lors des essais et les acci­dents signa­lés par les orga­nis­mes char­gés offi­ciel­le­ment de la phar­ma­co­vi­gi­lance.


Document(s) attaché(s) :

  1. no attachment



Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Minga

Auteur: Minga

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (1)

El Dindon El Dindon ·  12 décembre 2009, 16h29

Rose­­lyne et la grippe A

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet


À voir également

dossiers.gif

Grippe A + ministre B = plan T ! - 2

Nous som­mes donc curieux de savoir sur quel­les don­nées scien­ti­fi­ques, encore incon­nues des amé­ri­cains au 3 novem­bre 2009, ont bien pu se baser les auto­ri­tés euro­péen­nes pour accor­der des auto­ri­sa­tions de mise sur le mar­ché à trois vac­cins tous avec adju­vants ?

Lire la suite

dossiers.gif

Grippe A + ministre B = plan T ! - 1

Ce qu’on vous cache sur la grippe “A” : ce virus est très con­ta­gieux il a tué cinq fois moins que le virus de la grippe sai­son­nière les hôpi­taux man­quent de maté­riels et de per­son­nels les vac­cins arri­vent … après le virus les mas­ques ne ser­vent pas à grand chose et les solu­tions hydro-alcoo­li­ques encore moins il reste des gros stocks d’anti­vi­raux depuis la grippe “aviaire” mais les labos s’en sont déjà mis plein les fouilles … Nous nous posions quel­ques ques­tions basi­ques sur cette grippe A/H1N1 aux­quel­les on ne trouve guère de répon­ses dans les médias [1] :quel est le taux de mor­ta­lité ? quel est la part d’une popu­la­tion tou­chée ? (taux de mor­bi­dité) com­bien de per­son­nes ont déjà étés attein­tes ? le plan du gou­ver­ne­ment est-il adapté à la situa­tion ? pour­quoi a t-on déclen­ché le plus grand plan de vac­ci­na­tion de tout les temps alors que cette grippe a tué cinq fois moins que la grippe sai­son­nière ? pour­quoi ? Voici donc des répon­ses aux ques­tions les plus évi­den­tes, plus deux “scoops” : les Etats-Unis ne veu­lent pas de vac­cins avec adju­vants sur le sol amé­ri­cain, et un spé­cia­liste a publié un arti­cle scien­ti­fi­que inquié­tant, mais non dénué d’humour, sur l’ori­gine de ce virus. D’autres ques­tions se posent que les jour­na­lis­tes, les par­le­men­tai­res et à défaut les citoyen-ne-s pose­ront un jour aux auto­ri­tés “com­pé­ten­tes”.

Lire la suite