Last site update 30/11/2020

To content | To menu | To search

Politis : dérapage poujadiste sur le blog des rédacteurs

Claude-Marie Vadrot a com­mis le 29 novem­bre 2009 dans le blog des rédac­teurs de Poli­tis l’arti­cle le plus nul, le plus creux, et le plus stu­pide qu’il m’ait été donné de lire depuis long­temps, tous médias con­fon­dus. Qui aime bien châ­tie bien, dit-on, et, parce que c’est Poli­tis, je vais pren­dre la peine de “démo­lir” ce “papier” vir­tuel cons­cien­cieu­se­ment, dans les règles de l’art.

Le plu­mi­tif qui a tor­ché ce texte l’a nommé : “Pre­mière vic­time de la grippe : Inter­net où des mil­lions d’inter­nau­tes racon­tent n’importe quoi”. Même le titre est hors-sujet, car l’essen­tiel a été dit dès la pre­mière phrase :

“N’étant ni scien­ti­fi­que ni méde­cin, j’ignore si la grippe H1N1 est plus dan­ge­reuse que la grippe dite « sai­son­nière » et je ne suis pas en mesure de me pro­non­cer sur la dan­ge­ro­sité éven­tuelle des vac­cins pro­po­sés.”

Oui, l’essen­tiel est dit : Claude-Marie Vadrot n’a aucune com­pé­tence sur le sujet, et ses “com­pé­ten­ces de jour­na­liste” ne lui ont pas per­mis d’en appren­dre assez pour savoir écrire quoi que ce soit de per­ti­nent sur la grippe et les vac­cins pro­po­sés. Colu­che aurait dit : “Quand on en sait aussi peu : on ferme sa gueule !”. Mais Claude-Marie Vadrot n’est pas Colu­che, et il insiste :

“Je cons­tate sim­ple­ment que la cam­pa­gne de sen­si­bi­li­sa­tion sur la grippe a été démente de stu­pi­dité et aussi que si cette grippe est vrai­ment dan­ge­reuse, comme je ne fais pas par­tie des per­son­nes à ris­que, je n’aurais droit à la vac­ci­na­tion qu’en mars ou avril pro­chain, quand la pan­dé­mie sera ter­mi­née. Donc, si Madame Bache­lot a rai­son, si nous som­mes tous gra­ve­ment mena­cés, je rece­vrais mon « bon » de la Sécu lar­ge­ment après ma mort. Sans oublier que la valse hési­ta­tion sur la néces­sité d’un éven­tuel rap­pel ne faci­lite pas l’appré­cia­tion des citoyens.”

Là, notre plu­mi­tif bien­heu­reux dans son igno­rance relève tout de même une incon­gruité, en con­si­dé­rant son nom­bril : “si Madame Bache­lot a rai­son, si nous som­mes tous gra­ve­ment mena­cés, je rece­vrais mon « bon » de la Sécu lar­ge­ment après ma mort.”. Effec­ti­ve­ment, il y aurait là de quoi inquié­ter d’autres citoyen-ne-s, et de quoi inci­ter les jour­na­lis­tes à infor­mer, non ? Mais Claude-Marie Vadrot est-il encore jour­na­liste, si tant est qu’il le fut un jour ?

“Mais à mes yeux, qu’il s’agisse de la grippe ou du vac­cin, l’essen­tiel n’est pas là.”

Il est , l’essen­tiel, alors ? Ce n’est pas le ris­que com­paré de mou­rir de la grippe ou du vac­cin, l’essen­tiel ? Eh bien, selon Jean-Marie Vadrot, non : l’essen­tiel serait “un vent de folie qui souf­fle sur Inter­net”, à l’opposé de “l’immense majo­rité des médias” qui “ont été plu­tôt clairs et rai­son­na­bles dans leurs appré­cia­tions” :

“Autant l’immense majo­rité des médias pris entre la pro­pa­gande, leurs méde­cins qui n’ont pas vu un malade depuis des lus­tres, les volte-face des auto­ri­tés, les impé­ra­tifs sup­po­sés d’une impos­si­ble vac­ci­na­tion mas­sive, ont été plu­tôt clairs et rai­son­na­bles dans leurs appré­cia­tions, autant Inter­net a prouvé que ce nou­veau « média » était poten­tiel­le­ment dan­ge­reux. Car des mil­lions d’inter­nau­tes en proie à leurs fan­tas­mes ou adep­tes de la théo­rie du com­plot se sont lan­cés à l’assaut de la toile pour racon­ter n’importe quoi à n’importe qui. Ils le font d’autant plus effi­ca­ce­ment et impu­né­ment qu’ils ne sont con­trô­lés par aucun modé­ra­teur ou rédac­teur en chef et qu’ils ne font que répé­ter les « mes­sa­ges urgents » et les infor­ma­tions « gra­ves » que relaient les uns et les autres sans aucune véri­fi­ca­tion. Le jour­na­liste que je suis, bête­ment, véri­fie ses infor­ma­tions avant de les dif­fu­ser. Saisi du vent de folie qui souf­fle sur Inter­net, j’ai voulu véri­fier le déra­page de la toile com­menté par cer­tains con­frè­res. C’est encore pire que je ne l’ima­gi­nais.

Ayant passé des heu­res à par­cou­rir les sites fran­çais, euro­péens ou amé­ri­cains, j’y ai trouvé la triste preuve qu’Inter­net devient par­fois un véri­ta­ble dan­ger public. Entre ceux qui expli­quent que les usi­nes pour fabri­quer les vac­cins ont été cons­trui­tes juste avant les pre­miè­res annon­ces de la pan­dé­mie au Mexi­que, ceux qui racon­tent que le virus a été dis­persé par avion et héli­co­ptè­res, les autres qui assu­rent qu’il s’agit d’un plan mas­sif des­tiné à réduire la popu­la­tion de la pla­nète. Il ne faut pas oublier non plus ceux qui évo­quent une action de bio­ter­ro­risme menée, au choix, par les Juifs ou les Musul­mans. Les plus modé­rés évo­quent une opé­ra­tion des­ti­née à mas­quer la crise éco­no­mi­que et les plus obs­ti­nés rap­pel­lent évi­dem­ment les mys­tè­res main­tes fois res­sas­sés qui entou­re­raient l’atten­tat du 11 sep­tem­bre.

Il faut éga­le­ment men­tion­ner tous ceux qui racon­tent avec force détails que les gou­ver­ne­ments cachent les cen­tai­nes de morts qui seraient pro­vo­qués par la vac­ci­na­tion de masse ou ceux, encore plus fort, qui assu­rent que le vac­cin va dura­ble­ment dimi­nuer le QI (si, si, je l’ai lu) des vac­ci­nés. Bref on nous ment, on nous cache tout et on cher­che à détruire une par­tie de l’huma­nité. Voila le leit­mo­tiv des fadas qui traî­nent leurs fan­tas­mes sur Inter­net. Comme si la réa­lité ne suf­fi­sait pas : à savoir, dans un monde où les mala­dies seront de plus en plus mon­dia­li­sées, le cadeau fait par la France aux grands labo­ra­toi­res et une agi­ta­tion sur la santé des­ti­née à pré­pa­rer les élec­tions régio­na­les.”

La cita­tion est lon­gue, il faut nous en excu­ser : elle est inver­se­ment pro­por­tion­nelle à l’intel­li­gence de son con­tenu : que nous chante-là Claude-Marie Vadrot, en effet ? “Le jour­na­liste que je suis, bête­ment, véri­fie ses infor­ma­tions avant de les dif­fu­ser.”. Fort bien, Claude-Marie : c’est le B.A. BA du métier. Mais alors pour­quoi n’a tu comme tu le pré­ci­sais d’ailleurs fort hon­nê­te­ment dans ta pre­mière phrase stric­te­ment aucune infor­ma­tion ni opi­nion à ce sujet ? Pour­quoi ? Mais Claude-Marie l’écrit : “Ayant passé des heu­res à par­cou­rir les sites fran­çais, euro­péens ou amé­ri­cains, j’y ai trouvé la triste preuve qu’Inter­net devient par­fois un véri­ta­ble dan­ger public”. Le cons­tat est triste, mais sans appel : il a perdu son temps en vain sans savoir trou­ver l’infor­ma­tion dont il avait besoin. Faute de savoir cher­cher, et noyé dans l’océan de la diver­sité des points de vue sans les outils intel­lec­tuels pour se for­ger une opi­nion per­son­nelle, il a prit peur … d’Inter­net ! Sans se ren­dre compte que sa peur “d’Inter­net” n’était en fait que la peur de sa pro­pre incul­ture scien­ti­fi­que dou­blée de son incom­pé­tence à uti­li­ser l’outil Inter­net pour accé­der à l’infor­ma­tion. Cette pho­bie irra­tion­nelle chez les jour­na­lis­tes “com­plè­te­ment dépas­sés” n’est pas sans con­sé­quence poli­ti­que : elle favo­rise leur com­pli­cité ou au mini­mum leur rôle “d’idiots uti­les” face aux lois liber­ti­ci­des tel­les que la loi Hadopi et au déve­lop­pe­ment de nou­vel­les cen­su­res en tous gen­res.

Irait-il accu­ser l’air que l’on res­pire de “deve­nir un véri­ta­ble dan­ger public” parce que ses molé­cu­les auraient trans­mis le son d’une voix qui l’aurait traité d’imbé­cile ?

Et pour­tant la liberté nous est vitale comme l’air que nous res­pi­rons, y com­pris et sur­tout sur Inter­net, seul moyen de com­mu­ni­ca­tion qui ne soit pas uni­di­rec­tion­nel.

Il y a plus insi­dieux encore : puis­que des théo­ries fumeu­ses pro­pa­gées par “des fadas qui traî­nent leurs fan­tas­mes sur Inter­net” empê­chent ce “jour­na­liste” de faire son tra­vail, “inter­net devient par­fois un véri­ta­ble dan­ger public”. Con­sé­quence logi­que, je sup­pose qu’il faut inter­dire … Inter­net ? Et pour­quoi ne pas plu­tôt inter­dire les théo­ries fumeu­ses, tant qu’on y est ? ça, on le sait depuis Gali­lée : parce que ce serait con­fé­rer à l’auto­rité char­gée d’en juger une com­pé­tence qui n’est pas la sienne, comme celle de décré­ter que la Terre est plate. ou qu’un oppo­sant n’est par défi­ni­tion pas sérieux, et relève néces­sai­re­ment au mieux de la psy­chia­trie et sinon du gou­lag ?

D’ailleurs, Claude-Marie Vadrot l’affirme en même temps qu’il affirme ne pas avoir d’opi­nion sur la grippe et le vac­cin pro­posé : “l’immense majo­rité des médias […] ont été plu­tôt clairs et rai­son­na­bles dans leurs appré­cia­tions”. A part, je sup­pose, ce gouf­fre cons­pi­ra­tio­niste infer­nal crée par la grâce d’un pro­to­cole nommé TCP/IP ? Pour­tant, sur la grippe A, les médias tra­di­tion­nels ont étés en des­sous de tout. Ils ont “fait des Unes” avec des virus mutants … con­nus de l’OMS depuis avril 2009, avec des morts … plu­tôt moins nom­breux que d’autres années, et avec les résu­més alar­mis­tes … du ser­vice com­mu­ni­ca­tion du gou­ver­ne­ment plu­tôt qu’en allant véri­fier l’infor­ma­tion à sa source [1].

Tou­tes les déri­ves du jour­na­lisme, par­ti­cu­liè­re­ment bien ana­ly­sées dans un numéro spé­cial du maga­zine “Manière de voir”, tou­tes les fai­bles­ses de la for­ma­tion des jour­na­lis­tes (dont leur incul­ture crasse des ques­tions scien­ti­fi­ques et tech­ni­ques), tou­tes les déri­ves stig­ma­ti­sées par Serge Halimi dans “Les nou­veaux chiens de garde” res­sor­tent de ce “papier” de Claude-Marie Vadrot. Il y a dans son papier, à mon hum­ble avis, la preuve que cette façon de faire du “jour­na­lisme du diman­che” sans infor­ma­tion ni opi­nion argu­men­tée cons­ti­tue un “dan­ger public” bien plus préoc­cu­pant pour les liber­tés que deux ou trois mille fadas sur Inter­net.

Sur ce plan, même le pire site “cons­pi­ra­tion­niste” peut encore avoir par­fois un avan­tage sur ce qui nous sert de jour­na­lis­tes, désor­mais : n’ayant aucune chance d’être cru sur parole, il fait l’effort de citer ses sour­ces. Ainsi, cha­cun peut véri­fier, recou­per, et se for­ger une opi­nion argu­men­tée, après avoir trié le bon grain de l’ivraie. Cer­tes, des théo­ries “de fadas” exis­tent, mais elles n’ont guère d’influence réelle. Elles en auraient encore moins si ce qui nous sert de jour­na­lis­tes fai­sait encore un peu de jour­na­lisme, en pre­nant la peine, au mini­mum, de citer cor­rec­te­ment leurs sour­ces et de recou­per leurs infor­ma­tions avant de par­ta­ger leurs états d’âmes.

Il y a des gens qui s’éton­nent de la crise de la presse “papier”. Moi, quand je lis un arti­cle aussi pou­ja­diste sur le web qu’il est vide sur le fond dans Poli­tis, je me demande par quel mira­cle il se vend encore des jour­naux “papier” ! En y réflé­chis­sant, j’y vois deux rai­sons :

  • la pre­mière est que tout le monde ne maî­trise pas Inter­net, a for­tiori parmi les jour­na­lis­tes.
  • et la seconde … c’est que le papier pré­sente encore un avan­tage sub­stan­tiel : on ne peut pas se tor­cher le cul avec le web !

Notes

[1] Pour la grippe, les sour­ces d’infor­ma­tions offi­ciel­les tel­les que l’InVS et les GROG four­nis­sent à la fois un résumé suc­cinct et un docu­ment pdf plus détaillé. Vus les con­ne­ries réper­cu­tés par les prin­ci­paux médias, je me demande si beau­coup de jour­na­lis­tes ont ouvert ces fichiers pdf ?


Document(s) attaché(s) :

  1. no attachment



Rate this entry

0/5

  • Note: 0
  • Votes: 0
  • Higher: 0
  • Lower: 0

Minga

Author: Minga

Stay in touch with the latest news and subscribe to the RSS Feed about this category

Comments (1)

El Dindon El Dindon ·  13 December 2009, 05h28

Faut il vac­ci­ner les enfants!! Grippe Por­cine Dr Marc Girard ?

Add a comment This post's comments feed


You might also like

edito.gif

La bonne santé numérique

Ils y croient dur comme fer : c’est le numérique qui va nous sauver. A condition cependant d’y mettre le paquet ! La crise sanitaire qui a frappé nos sociétés au premier semestre 2020 leur a formidablement révélé que le numérique apporte toutes les réponses qu’ils n’avaient pas encore osé mettre en œuvre. Le grandiose laboratoire inattendu autorise désormais les rêves les plus fous. Ils en sont convaincus tous ces tenants de la Croissance sans freins, le salut de l’Humanité passe forcément par le tout-numérique.

Continue reading

edito.gif

De la révélation à l’amplification

C’est déjà un lieu commun : la triple crise – sanitaire, économique et sociale – que traverse la planète depuis le début de l’année 2020 a puissamment révélé l’ampleur des inégalités partout dans le monde.

Continue reading