Last site update 19/02/2020

To content | To menu | To search

TAYIO : signe particulier, un soleil sur le coeur

Mabesoone_LM_09-01-12.jpgAujourd’hui, un petit copain âgé de trois ans comme notre fille, est venu jouer à la maison et la bataille pour avoir le droit de prendre TAYIO [1] dans ses bras a fait rage ! En fait, ce petit garçon caché derrière la peluche est comme mon deuxième enfant.

Il y a trois ans de cela, alors qu’il n’avait que 6 mois, le petit H. a perdu brutalement son papa. Son père était parti au travail, un matin, sans aucun signe particulier de mauvaise santé et il est décédé dans l’après-midi d’un arrêt cardiaque… à l’âge de 30 ans. Sa maman a élevé le petit de toutes ses forces mais il avait besoin d’une présence masculine, alors j’ai commencé à jouer avec lui plusieurs fois par semaine.

Juste après le 11 mars, sa maman s’est enfuie avec son fils un peu plus à l’Ouest, à Nagoya, pour préparer son déménagement à Singapour où habite une tante. Mais, après 2 semaines à Nagoya, le petit H. et sa maman ont commencé à déprimer complètement. Le petit venait de perdre son père et maintenant, on lui enlevait tous ses amis de Nagano et son « Tonton Laurent ».

Alors, la maman est revenue avec son fils. Cela a pris six mois pour la « sortir » de sa dépression, mais maintenant, tout est « presque » comme avant. J’oubliais un autre élément important. La tante qui habite Singapour avait mis en garde la jeune maman :

« Ici, il y a une méfiance insupportable vis-a-vis des Japonais. On nous suspecte tous d’être « radioactifs » »

Je ne dis même pas que ce type de discrimination est incompréhensible. Le mal vient de ce que représentent les radiations, cette menace totalement inhumaine.

Je me souviens d’ailleurs d’un sondage publié il y a quelques mois au Japon.  À la question : « Pour vous, où se trouve la « zone contaminée » ? », les habitants de Tokyo avaient presque tous répondu « Fukushima ». Mais les habitants de l’Ouest du Japon répondaient tous « l’Est du Japon ». Pour la majorité des habitants d’autres pays que le Japon, la réponse serait sans-doute « tout le Japon ».

Moi-même, je ne sais pas quelle devrait être la réponse. Tout ce que je sais, c’est que le nucléaire commence dans la discrimination - envers les campagnes où on construit les centrales, envers les pauvres qui y travaillent, envers les enfants qui subissent plus les radiations - et qu’un accident nucléaire démultiplie les discriminations.

Je vais être franc et concret car je pense qu’il n’est jamais bon de se cacher la réalité. Ma fille, elle-même, possède dès sa naissance son stock de gamètes contrairement aux garçons qui produiront leurs spermatozoïdes tout au long de leur vie. Par conséquent, tous les ovocytes qui se trouvent déjà dans son corps subissent [2] depuis le mois de mars les effets « déstructurants » des radiations. Si, dans 20 ans, ma fille tombe amoureuse d’un jeune homme français à un moment où les conséquences de Fukushima seront bien connues, à quelles réactions aurons-nous à faire de la part de la famille de ce jeune homme ? Très certainement, ceci : « Cette fille a passé toute son enfance, à partir de 2 ans, au milieu des radiations, à 230km de Fukushima ! Comment être sur qu’elle nous donnera des petits enfant « normaux » ? ».

C’est cela, la réalité des radiations. Les radionucléides artificiels sont une malédiction qui dure de génération en génération.
Alors, Messieurs les défenseurs du nucléaire, d’ici et d’ailleurs, avez-vous maintenant le courage de me dire : « la menace nucléaire est une menace comme les autres, il suffit de la calculer ».

NON.


Notes :

Mabesoone_TAIYO-RIN_LM_08-01-12.jpg[1no_nuke_japon.jpg« TAIYO »… « soleil » en japonais, c’est le nom tout simple que ma fille a donné à ce gros nounours antinucléaire de couleur jaune comme le soleil qu’il a sur le cœur (cf. la photo du jour).

Il est arrivé par la poste, de France, avant-hier et c’est déjà le chouchou de notre petite. Il nous a été envoyé par nos amis internautes dont certains publient sur Netoyens.info.

Je propose de faire de TAYIO notre mascotte.

[2]  à un faible niveau, je pense, ici à Nagano


Document(s) attaché(s) :

  1. no attachment



Rate this entry

5/5

  • Note: 5
  • Votes: 5
  • Higher: 5
  • Lower: 5

Laurent Mabesoone

Author: Laurent Mabesoone

Stay in touch with the latest news and subscribe to the RSS Feed about this category

Comments (3)

ardr ardr ·  09 January 2012, 21h11

Vive les Grojojo antinucléaires ! et bisous à Line et son copain

Janek Janek ·  10 January 2012, 03h43

Hé! Mais Tayio est un bisounours. Et moi qui croyait qu’ils passaient leur temps à jouer au milieu des nuages… Je ne savais pas qu’ils étaient aussi impliqués contre le nucléaire! :D
(mais c’est vrai qu’ils doivent surtout marcher au solaire…)

yvonne yvonne ·  04 February 2012, 14h42

tayio ou “tayaut ! tayaut !!” avec le bruit du cor en arrière ;-))
la fin du nucléaire n’est pas loin !! hauts les coeurs !!
bon courage à vous. Nos pensées (positives) vous accompagnent…

Add a comment This post's comments feed


You might also like

Fukushima-ruban_jaune-Seegan.jpg

Énergie : «Il faut que tout change pour que rien ne change»

Ces derniers mois, les noms d’Orano, Enedis et Engie ont respectivement remplacé les marques Areva, ErDF et GDF-Suez, ringardes ou déconsidérées. On ne peut que penser à la célèbre réplique “Il faut que tout change pour que rien ne change” de Tancrède dans le roman “Le Guépard”, popularisé par Luchino Visconti dans le film éponyme sorti en 1963.

Continue reading

Fukushima-ruban_jaune-Seegan.jpg

Le grand retour du nucléaire n'a pas eu lieu

Depuis des années, industriels, gouvernements et médias font croire que le nucléaire est sur le point de se relancer. Hélas pour ces mauvais perdants, nos fleurons EDF et Areva sont en pleine déconfiture et leurs campagnes de pub (financées avec notre argent) n’inversent pas la tendance.

Continue reading