Last site update 12/11/2019

To content | To menu | To search

Nucléaire : "Tout est pardonné" !

Au risque de surprendre, j’appelle aujourd’hui à la solidarité avec Areva, l’ex-“géant du nucléaire” désormais en perdition et même en faillite. M’inspirant de l’élan quasi unanime en faveur de Charlie-Hebdo, j’ose franchir le pas : concernant le nucléaire aussi, “tout est pardonné”.

Pardonnée la contamination de la France par les mines d’uranium, exploitées pendant quelques décennies et laissées à l’abandon à proximité de zones habitées.

Pardonnée la fuite d’uranium sur le site du Tricastin en 2008, obligeant les viticulteur du coin à changer de nom pour continuer à vendre leur cru irradié.

Pardonnée la coulée de boue radioactive hors de l’usine de Malvesi (Narbonne).

Pardonnée la contamination du Niger, là aussi par l’exploitation de l’uranium. L’assèchement de la nappe phréatique fossile (elle ne se recharge pas). L’expulsion de populations présentes depuis des siècles.

Pardonné le tarif dérisoire auquel l’uranium à été payé au Niger depuis des décennies, ce pays étant aujourd’hui encore un des plus pauvres du monde d’après les critères internationaux.

Pardonné les méthodes “curieuses” comme le financement d’un avion tout neuf pour le Président du Niger, lui-même ancien cadre d’Areva !

Pardonnée la vente à perte d’un réacteur (le fameux EPR) à la Finlande en 2005, avec la promesse de le mettre en service en 2009 : dix ans plus tard, il est loin d’être terminé et son prix a triplé.

Pardonnée la plainte en justice internationale déposée contre la société finlandaise TVO, “coupable” de ne pas être heureuse avec son EPR jamais fini !

Pardonnée l’affaire de corruption UraMin, pardonnés les milliards évaporés dans cette sombre affaire mêlant la grande prêtresse de l’atome, Anne Lauvergeon, son mari (le bien nommé M. Fric), des espions, des intermédiaires véreux…

Pardonné le business fructueux avec les pires dictateurs de la planète, en Asie centrale, pour la simple raison que ces autocrates disposent de réserves d’uranium.

Pardonné le MOX (combustible nucléaire au plutonium) vendu au Japon et qui contamine l’archipel depuis le 11 mars 2011, date du début de la catastrophe de Fukushima.

Pardonnées les vraies-fausses publicités insérées dans les magazines pour jeunes afin que ces derniers prennent les salades pronucléaires pour de véritables articles.

Pardonné le procès intenté à l’Observatoire du nucléaire et son directeur, votre chroniqueur préféré (au moins concernant la dernière page de La Décroissance).

Etc, etc, etc : tout est pardonné.

En effet, on ne peut en vouloir encore à une entreprise qui a été sauvagement mitraillée par la finance internationale : depuis 2008, le cours de l’action Areva à la bourse de Paris est passé de 82 à 9 euros, pratiquement 90% de pertes !

On ne peut en vouloir encore à une entreprise qui se révèle incapable de construire son propre réacteur, ce pauvre EPR.

On ne peut en vouloir encore à une entreprise dont la figure emblématique, la fameuse Lauvergeon, est désormais menacée de se retrouver en prison. Et dont le successeur a été terrassé par la cancer. Et dont le patron actuel est Philippe Varin… le type qui a coulé Peugeot !

Oui, vraiment, le temps est loin où l’on entendait “Areva akbar, Anne est son prophète”. Ou “Anne en profite”, c’est selon.

Mais revenons un peu sur l’engouement qui a suivi le martyre de Charlie-Hebdo : la plupart des manifestants n’avaient jamais lu ce journal et ignoraient donc qu’il était radicalement antinucléaire. Chacun peut d’ailleurs s’offrir quelques séances de rattrapage : on trouve en effet sur Internet de nombreux dessins de Charb, Cabu, Wolinski, Tignous, Luz.

Dans la foule, des pronucléaires - il en reste encore quelques-uns - ont scandé “Je suis Charlie”. On peut être certain qu’il ne s’agissait pas d’ÊTRE Charlie, mais de SUIVRE Charlie, car ça se dit pareil : “Je suis Charlie”.

Et, pour suivre Charlie et ses conseils, les pronucléaires peuvent aller :

- autour de Tchernobyl et Fukushima manger des produits contaminés et développer des cancers.

ou

- autour des mines d’uranium ou des sites de stockages de déchets radioactifs, et développer des leucémies.

Vous voyez bien, tout est pardonné : on leur laisse le choix.


Document(s) attaché(s) :

  1. no attachment



Rate this entry

5/5

  • Note: 5
  • Votes: 2
  • Higher: 5
  • Lower: 5

Stéphane Lhomme

Author: Stéphane Lhomme

Stay in touch with the latest news and subscribe to the RSS Feed about this category

Comments (1)

Janick au Japon Janick au Japon ·  28 February 2015, 13h31

J’aime !
Et je dis MERCI à l’auteur pour ce message de colère et d’ironie.

Add a comment This post's comments feed


You might also like

Fukushima-ruban_jaune-Seegan.jpg

Énergie : «Il faut que tout change pour que rien ne change»

Ces derniers mois, les noms d’Orano, Enedis et Engie ont respectivement remplacé les marques Areva, ErDF et GDF-Suez, ringardes ou déconsidérées. On ne peut que penser à la célèbre réplique “Il faut que tout change pour que rien ne change” de Tancrède dans le roman “Le Guépard”, popularisé par Luchino Visconti dans le film éponyme sorti en 1963.

Continue reading

Fukushima-ruban_jaune-Seegan.jpg

Le grand retour du nucléaire n'a pas eu lieu

Depuis des années, industriels, gouvernements et médias font croire que le nucléaire est sur le point de se relancer. Hélas pour ces mauvais perdants, nos fleurons EDF et Areva sont en pleine déconfiture et leurs campagnes de pub (financées avec notre argent) n’inversent pas la tendance.

Continue reading