Dernière mise à jour 24/07/2017

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Un petit coup de Grèce dans les rouages

Comme disait l’autre ce matin dans un journal radiophoné, “l’Europe n’a jamais autant avancé que dans les crises”. Les crises, les chocs, “La stratégie du choc”, désormais on connaît. Un bon petit coup sur la tête des européens au bénéfice d’un joli coup monté impliquant un pays finalement pas si endetté que ça au regard de “l’État de faillite” avancé de ces voisins proches comme du Japon ou des États-Unis… et hop !

Ni une ni deux et voici que le renard est dans le poulailler. Pour nous venir en aide bien sûr, le très états-unien FMI et son chevalier-hyperprésident DSK, partie prenante à hauteur de 250 milliards de la soit disant nouvelle trouvaille de notre pion-entraîneur-président. Avec ça, c’est sûr, sa cote va remonter. Très fort !  En pleine banqueroute généralisée, ils viennent de nous dénicher et mettre sur la table la modique somme de 750 milliards… de dollars ou d’euros ? On ne sait plus. Peu importe.

On n’y croit pas un seul instant à ce plan que nous aurait concocté notre pion-sauveur-président tant le montage fleure bon l’OCDE, le G7 et la Commission européenne, tous flanqués des lobbies de la finance. Et en contrepartie, quoi ? L’accélération de l’application de la cure ultralibérale classique qui va estourbir officiellement, à partir d’aujourd’hui, le pays le plus militarisé d’europe, la Grèce, vous l’aviez compris. Un critère dit-on qui ne jouerait pas car les très redoutés colonels grecs seraient du coté du peuple. Combien de temps encore ?

Mais, regardez bien le catalogue des mesures appliquées à notre hellénique voisin, faites un “copier-coller” et comparez avec celles que nous annonce Fillon “l’accompagnateur”… pour éviter que le même sort réservé à la Grèce nous arrive, bien évidemment : l’enfer est encore pavé de bonnes intentions médiatiques. À tous les coups on gagne : retardement de l’âge légal de la retraite (en Grèce, désormais 65 ans pour les hommes mais aussi les femmes… le principe d’égalité sans doute), suppression d’un fonctionnaire sur deux et privatisation des services publics : le parfait anti-programme du Conseil National de la Résistance.

Et si dans cette criiiise, en Allemagne, on a préféré réduire le temps de travail de chacun, en France, le partage du travail salarié restant s’opère par le “dégraissage”. On estime sans doute que les caisses “chômage” ne sont pas encore assez vides.

Glouglou !

On reparlera prochainement des emplois “d’entraînement” et des emplois d‘“accompagnement. Vous allez voir, ça va vous faire rire.


Pour résister au choc, le mieux c’est de s’informer.


Document(s) attaché(s) :

  1. no attachment



Évaluer ce billet

5/5

  • Note : 5
  • Votes : 1
  • Plus haute : 5
  • Plus basse : 5

Le dindon de la farce

Auteur: Le dindon de la farce

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (1)

edrobal edrobal ·  10 mai 2010, 13h09

Les éco­­no­­mis­­tes néo libé­­raux ne sont que des méde­­cins de Molière. Comme ceux-ci le seul trai­­te­­ment qu’ils con­­nais­­sent c’est purge, sai­­gnée et diète. Évi­­dem­­ment, la con­­sé­­quence est tou­­jours la même, le malade dépé­­rit, sauf qu’en l’occur­­rence, le malade ici c’est un pays tout entier.
Et com­­ment créer arti­­fi­­ciel­­le­­ment de la crois­­sance. La recette est sim­­ple :
Pre­­nez un ser­­vice public qui fonc­­tionne - l’hôpi­­tal par exem­­ple. Pour un éco­­no­­miste c’est un coût social donc un pas­­sif. Cas­­sez le.
Rem­­pla­­cez l’hôpi­­tal qui ne fonc­­tionne plus par des cli­­ni­­ques pri­­vées payées par des assu­­ran­­ces pri­­vées. Voilà des actifs qui nous créent des points de PIB. Le tour est joué.
Socia­­le­­ment, il n’y a pas de ser­­vice sup­­plé­­men­­taire, cela coûte plus cher à la com­­mu­­nauté mais cela va dans le sens du dogme libé­­ral.
Fillon, un faux social et un vrai libé­­ral. A pen­­dre ou à lais­­ser.

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet


À voir également

Nicky_Georges_Toulouse.jpg

Une véritable busherie

Il fallait oser… Le fantôme Ben Laden est de retour. Al Qaida fait trembler l’Hollywood électoral qui s’offre une petite pause mortelle bien méritée à un mois du premier tour. Comme d’habitude ?

Lire la suite

sarko2012_protectsoc.jpg

Blabla…Blabla !

Dans ses vœux de 2007, Nicolas Sarkozy nous délivrait, un véritable message d’espoir : « …les premiers résultats de l’action entreprise devraient se faire sentir…». Fin 2008 le président constatait : « …l’année 2008 s’achève, elle a été rude », mais il assurait aussi : «… nous allons sortir renforcés de cette crise…».

Lire la suite