Last site update 19/02/2020

To content | To menu | To search

Choisir la Vie ou choisir l'argent

Mabesoone_TAYIO_LM_11-01-12.jpgCet après-midi, là aussi encore avec deux jours de retard, le site de la préfecture de Fukushima a publié son rapport journalier sur les retombées radioactives au sol : celui-ci va jusqu’au 9 janvier (koukabutsu14.pdf).

Ouf (?)…

Pour la première fois depuis 5 jours, les chiffres ne sont plus à la hausse. Pour le 8 janvier, nous avions 137 Méga becquerels de césium ( 134 & 137) au km carré et nous sommes redescendus à 28,6 Mbq/km2. Espérons que la baisse se poursuive. Mais, dans ce cas, nous ne saurons probablement jamais ce qui s’est passé depuis l’explosion des chiffres le 2 janvier (432 MBq), et si cela vient vraiment de Fukushima Daiichi, de la piscine du réacteur 4, etc…

Quoiqu’il en soit, il y a certainement maintenant encore un peu plus de césium dans le sol autour de Fukushima. On aimerait bénéficier d’une nouvelle carte de la contamination des sols par monitoring aérien, d’autant plus que la dernière carte – datant de l’automne – est truffée de limites suspectes (Karuizawa, etc.) et d’ « effacements de la contamination » (Niigata, etc.). Puisque c’est tout ce dont nous disposons, avec cette carte des contaminations « a minima », nous pouvons à peu près déduire la dose journalière de césium ingérée par simple respiration, dans les territoires contaminés[1]. Un blogueur sérieux a fait le calcul, grâce à la table officielle (très compliquée) du ministère [2].

Ce qui produit la carte ci-dessous [3]

Mabesoone_LM_11-01-12.jpg

Conclusion : même si la contamination n’a pas augmenté à cause de nouveaux rejets au mois de janvier, par simple respiration, dans tous les territoires en bleu excepté le bleu très clair, en jaune ou en rouge, on ingère plus de 2 becquerels de césium par jour. Et ceci est déjà grave pour la santé.

Le très officiel ICRP reconnait que 2 bq ingérés tous les jours pendant 400 jours mènent à une accumulation constante de 400 bq de césium dans le corps. Pour un bébé de 8 kg (1 an), cela représente 50 Bq par kilo de masse corporelle. Pour un enfant de 20 kg (8ans), cela représente 10 Bq/kg.

Bandajevsky atteste dans les conclusions ci-dessous [4] que les problèmes de santés sont patents à partir de ce niveau :

« Les enfants ont montré de considérables modifications pathologiques dans les organes et les systèmes avec une incorporation dépassant le niveau de 50 Bq/kg. Néanmoins, des problèmes d’inconfort métabolique dans les systèmes individuels, principalement du muscle myocardique, ont été enregistrés avec une concentration de césium 137 d’environ 10 Bq/kg. »

Texte original en anglais : « Children have b been shown to have considerable pathological modifications in the organs and systems with the incorporation level over 50 Bq/kg. Nevertheless, metabolic discomfort in the individual systems, primarily in the myocardium, has been registered with 137Cs concentration amounting to 10 Bq/kg. »

Bien sûr, tous les enfants dans l’Est du Japon absorbent plusieurs fois voire plusieurs dizaines de fois cette « dose respiratoire » à cause de la contamination des aliments. En ajoutant les deux, on devine l’état de santé des enfants dans quelques années.

Et le gouvernement, dans la droite ligne d’une « reconstruction pour l’ordre capitaliste », a décidé de faire revenir les habitants de la zone des 0 à 20 km de la centrale, dès le mois d’avril ! Les aides au déménagement pour « ceux qui veulent » : 2000 euros par famille.

C’est un génocide qui s’annonce.

Ce matin, j’ai donné une conférence à « l’Université du Troisième Âge » de Nagano. Mon dernier mot a été ceci:

« Le Japon se trouve face à un choix. Choisir la Vie ou choisir l’argent. Si nous ne choisissons pas la Vie de façon très claire, dans 20 ans, il n’y aura plus aucune jeunesse pour soutenir ce pays. »

Notes :

[1] Se fonder sur les radiations dans l’air ne serait compliqué par la part variable des radiations naturelles selon les régions

[2] http://www.bousai.ne.jp/vis/bousai_kensyu/hbook1/pdf/P140.pdf

[3] Source : http://ameblo.jp/study2007/entry-11076034600.html

[4] Source de l’article : Non cancer illnesses and conditions in areas of Belarus contaminated by radioactivity from the Chernobyl Accident


Document(s) attaché(s) :

  1. no attachment



Rate this entry

5/5

  • Note: 5
  • Votes: 9
  • Higher: 5
  • Lower: 5

Laurent Mabesoone

Author: Laurent Mabesoone

Stay in touch with the latest news and subscribe to the RSS Feed about this category

Comments (2)

Véronique Véronique ·  11 January 2012, 16h36

Bravo encore une fois, Laurent Mabesoone !
Comme j’aimerais croire que les Français, si on leur posait la question, seraient suffisamment conscients pour répondre “LA VIE” !
Je pense que nous devons avant tout agir pour cela, ici aussi. Ces enjeux ne peuvent se réduire à un rapport de forces entre partis ou entre personnalités. Ou tout au moins nous, la population, devons faire pression pour que les choses aillent dans le bon sens.
Si les peuples choisissent la VIE et que les institutions (sous la responsabilité des politiques, nos élus) se chargent d’imposer des réglementations de sécurité qui poussent les coûts encore un peu plus vers le haut, nous pourrons gagner tous ensemble : que les peuples choisissent la VIE, que les politiques imposent des règles de sécurité draconiennes - une bonne recette, je crois.
Agissons tous et toutes pour informer et sensibiliser autour de nous, à tous les niveaux !!

Hélios Hélios ·  11 January 2012, 22h17

Je découvre votre site ce soir grâce à un commentaire sur mon blog, sur lequel je traduis chaque jour les informations du blog EX-SKF.
Vous me direz si je me trompe, mais vous donnez les informations en direct, habitant au Japon.
Je vais pouvoir vous inscrire dans les liens de mon blog et venir régulièrement vous consulter. Merci pour votre diffusion.

Add a comment This post's comments feed


You might also like

Fukushima-ruban_jaune-Seegan.jpg

Énergie : «Il faut que tout change pour que rien ne change»

Ces derniers mois, les noms d’Orano, Enedis et Engie ont respectivement remplacé les marques Areva, ErDF et GDF-Suez, ringardes ou déconsidérées. On ne peut que penser à la célèbre réplique “Il faut que tout change pour que rien ne change” de Tancrède dans le roman “Le Guépard”, popularisé par Luchino Visconti dans le film éponyme sorti en 1963.

Continue reading

Fukushima-ruban_jaune-Seegan.jpg

Le grand retour du nucléaire n'a pas eu lieu

Depuis des années, industriels, gouvernements et médias font croire que le nucléaire est sur le point de se relancer. Hélas pour ces mauvais perdants, nos fleurons EDF et Areva sont en pleine déconfiture et leurs campagnes de pub (financées avec notre argent) n’inversent pas la tendance.

Continue reading