Last site update 21/09/2019

To content | To menu | To search

Notre crise s'abat sur l'Afrique ? Protégeons-nous !

Geneviève Confort-Sabathé

Denis Sief­fert (*) s’est offert un titre assez simi­laire au mien dans la der­nière livrai­son de Poli­tis. Un édito où il feint de s’inter­ro­ger, une fois de plus, sur la « fri­lo­si­tude » du NPA, sur la « ner­vo­si­tude » du PC, sur la « diver­si­tude » de la Fédé­ra­tion tout en fai­sant preuve d’une vraie « sol­li­ci­tude » pour le PG. A la lec­ture de ce cons­tat, je me per­mets de lui sug­gé­rer un titre tel­le­ment plus évo­ca­teur : « Le Front de gau­che, com­bien de tran­chées ? ».

Pen­dant que les ridi­cu­les fac­tions de la gau­che radi­cale fran­çaise s’affron­tent sur le tar­mac avant le décol­lage de la cam­pa­gne élec­to­rale euro­péenne, la Ban­que mon­diale estime que le défi­cit de finan­ce­ments des pays en voie de déve­lop­pe­ment sera com­pris entre 270 et 700 mil­liards de dol­lars pour la seule année 2009. Est-il besoin de rap­pe­ler que ces pays sont pres­que tous afri­cains ?

Domi­ni­que Strauss-Khan, le direc­teur géné­ral du FMI, tente d’aler­ter la pla­nète sur ce cata­clysme éco­no­mi­que et social qui fond sur l’Afri­que : « Il ne s’agit pas seu­le­ment de pro­té­ger la crois­sance éco­no­mi­que ou le revenu des ména­ges, mais de con­te­nir éga­le­ment la menace de vio­len­ces civi­les, peut-être même d’une guerre ».

Cette fois, le mot est lâché. Et sans adjec­tif. Il ne s’agit plus de guerre éco­no­mi­que mais de guerre tout court. Les grands argen­tiers des deux côtés de l’Atlan­ti­que ont beau s’éri­ger en trou­ba­dours de la relance, bary­ton­nant sur l’air de la crois­sance reve­nue en 2010, goua­lant sur la remar­qua­ble effi­ca­cité des plans des pays riches, les peu­ples ne sont pas d’humeur à swin­guer.

Les éco­no­mis­tes de gau­che ont exhumé une riche idée. En fait, il s’agit sur­tout d’une idée de riches. Elle se résume aisé­ment : «Puisqu’il fait froid dehors, fer­mons la porte». Comme je ne suis pas éco­no­miste mais socio­lo­gue, les experts de cette science pré­da­trice auront tôt fait de rin­gar­di­ser ma con­cep­tion de la soli­da­rité, une con­cep­tion sans aucun doute archaï­que. Rap­pe­lons que l’archaïsme est à l’éco­no­mie ce que le doute est à la reli­gion. Après l’U-NI-TE, voici donc la pana­cée uni­ver­selle : le PRO-TEC-TIO-NNISME.

Ce com­bat d’arrière-garde doit drô­le­ment ras­su­rer les tenants du libre-échange qui s’accro­chent à leur théo­rie comme les nau­fra­gés du Tita­nic à leur bouée de sau­ve­tage. La con­cur­rence libre et non faus­sée res­sem­ble à la par­tie émer­gée de l’ice­berg. Le gros mor­ceau du capi­ta­lisme est vitri­fié. Les capi­tai­nes de la finance mon­diale appuient, com­pul­si­ve­ment, sur les leviers à leur dis­po­si­tion. On injecte des mil­liards par-ci, par-là, sans qu’aucune vision glo­bale n’appa­raisse. Dans le paque­bot insub­mer­si­ble, les gueux, coin­cés dans les éta­ges au-des­sous de la ligne de flot­tai­son, eurent le choix entre mou­rir noyés ou écra­sés con­tre les por­tes cade­nas­sées menant aux éta­ges supé­rieurs. Les diset­teux afri­cains pour­raient con­naî­tre un des­tin simi­laire. Et que pro­po­sent les éco­no­mis­tes les plus gau­chis­tes ? De tra­vailler d’abord à la relance dans nos pays déve­lop­pés, les pays sous-déve­lop­pés ou en voie de déve­lop­pe­ment sont priés d’atten­dre. Pour­quoi ne pas pré­voir des cen­tres de réten­tion pour pays va-nu-pieds ?

Après tout, les pays riches n’en ont pas pour long­temps à se redres­ser, une bonne dose de pro­tec­tion­nisme et la crois­sance repart. Les pro­fits moné­tai­res explo­sent à nou­veau, les riches s’enri­chis­sent et les pau­vres ramas­sent les miet­tes. Quand le G20 annonce que les aides publi­ques devront con­ti­nuer aussi long­temps que néces­saire, jusqu’en 2010 au moins, cela vous a des allu­res de pani­que géné­rale. Non pas que les riches redou­tent la ban­que­route, ils ont sur­tout peur que les traine-misère vien­nent se rap­pe­ler à leur bon sou­ve­nir avant que tout ne soit remis d’aplomb. Le pro­tec­tion­nisme au secours du capi­ta­lisme, voilà ce que l’on nous pro­pose.

Ce serait pour­tant le moment d’avoir des idées nou­vel­les, de pen­ser glo­bal en terme de soli­da­rité, d’éco­lo­gie, d’édu­ca­tion, de santé, d’éner­gie, de démo­cra­tie. Ce serait le moment d’appuyer sur le levier de l’ami­tié entre les peu­ples de la Terre. Ce serait le moment de ren­voyer le capi­ta­lisme aux pou­bel­les de l’his­toire. Ce serait le moment d’ima­gi­ner un monde sans pognon où l’acti­vité humaine ne serait pas sala­riée.



Document(s) attaché(s) :

  1. no attachment



Rate this entry

0/5

  • Note: 0
  • Votes: 0
  • Higher: 0
  • Lower: 0

Geneviève Confort-Sabathé

Author: Geneviève Confort-Sabathé

Stay in touch with the latest news and subscribe to the RSS Feed about this category

Comments (0)

Be the first to comment on this article

Add a comment This post's comments feed


You might also like

edito.gif

Le point de "non retour"

Sauver le climat ou sauver le système, il faut choisir.

Continue reading

edito.gif

Quand Carlos se gavait !

Le débat ouvert par le mouvement des Gilets Jaunes a de saines vertus. Nous ne parlons pas ici du « grand débat », diversion qui ne trompe que les naïfs patentés, mais du débat intelligent et intelligible auquel participent tous les observateurs honnêtes qui voient dans ledit mouvement la nécessaire occasion de mettre à nu les terribles tensions à l’œuvre dans notre société.

Continue reading