Last site update 31/05/2020

To content | To menu | To search

Révolution – mode d'emploi

Révo­lu­tion : Chan­ge­ment brus­que et vio­lent dans la struc­ture poli­ti­que et sociale d’un État, qui se pro­duit quand un groupe se révolte con­tre les auto­ri­tés en place et prend le pou­voir. Chan­ge­ment brus­que, d’ordre éco­no­mi­que, moral, cul­tu­rel, qui se pro­duit dans une société (Larousse).

Révo­lu­tion : Chan­ge­ment brus­que et vio­lent dans la struc­ture poli­ti­que et sociale d’un État, qui se pro­duit quand un groupe se révolte con­tre les auto­ri­tés en place et prend le pou­voir. Chan­ge­ment brus­que, d’ordre éco­no­mi­que, moral, cul­tu­rel, qui se pro­duit dans une société (Larousse).

Révo­lu­tion ! Le gros mot est lâché. Faut-il donc en avoir honte aujourd’hui ? Même la LCR y renonce. Dans notre monde, la lutte – par­don, les lut­tes – ne sont plus qu’un com­bat d’arrière garde : grè­ves, occu­pa­tions d’usine, mani­fes­ta­tions… Des actions sans sui­tes, sans fina­lité, sans espoir… Pen­dant ce temps, les poli­ti­ciens se retrou­vent à bavar­der chez Dru­cker. Tout est policé, l’éco­no­mie s’effon­dre dans un silence feu­tré. Même malade, le capi­ta­lisme triom­phe. Tout le monde est à son che­vet pour le sau­ver. Une sorte de fata­lisme para­lyse les vic­ti­mes innom­bra­bles d’un drame que les res­pon­sa­bles pré­ten­dent impré­vi­si­ble autant qu’iné­luc­ta­ble : « c’est nor­mal, c’est la fin d’un cycle, l’éco­no­mie se ré équi­li­bre. ». Et puis tout devrait recom­men­cer comme avant, en pire peut-être.

Pour­quoi ce con­sen­sus mou ? Hur­ler quel­ques slo­gans dans une mani­fes­ta­tion suf­fit-il pour déchar­ger le poten­tiel de révolte des éter­nels bai­sés de la “crois­sance” ? Si la gau­che – la vrai, pas la gau­che caviar – a aban­donné toute ini­tia­tive à la droite la plus dure – la droite décom­plexée – c’est parce que nous avons délé­gués nos pré­ro­ga­ti­ves à des gens, bap­ti­sés homme – ou femme – poli­ti­que, pas meilleurs que nous par paresse intel­lec­tuelle. Qu’ont-ils fait ? Rien. Ont-ils pensé l’ave­nir ? Non. Ils étaient, parait-il, trop occu­pés à gérer le pré­sent. Avec quel résul­tat ! Cer­tains ont même fait de cette inac­tion une théo­rie : la fin de l’his­toire. D’après eux, le Capi­ta­lisme avait démon­tré défi­ni­ti­ve­ment sa per­fec­tion et il n’y avait plus lieu de cher­cher une alter­na­tive. On voit aujourd’hui ce qu’il en est de cette “per­fec­tion” : une éco­no­mie mon­diale en ruine, l’envi­ron­ne­ment ravagé, mais aussi, des riches de plus en plus riches et des pau­vres de plus en plus pau­vres. A qui pro­fite le crime ?

Alors, il est temps de repren­dre notre des­tin en main et d’oser : la révo­lu­tion.

À sui­vre…

Creative Commons License
Cette créa­tion est mise à dis­po­si­tion sous un con­trat Crea­tive Com­mons.

Document(s) attaché(s) :

  1. no attachment



Rate this entry

0/5

  • Note: 0
  • Votes: 0
  • Higher: 0
  • Lower: 0

Edrobal

Author: Edrobal

Stay in touch with the latest news and subscribe to the RSS Feed about this category

Comments (0)

Be the first to comment on this article

Add a comment This post's comments feed


You might also like

edito.gif

De la révélation à l’amplification

C’est déjà un lieu commun : la triple crise – sanitaire, économique et sociale – que traverse la planète depuis le début de l’année 2020 a puissamment révélé l’ampleur des inégalités partout dans le monde.

Continue reading

edito.gif

Il n’y a pas que le Covid-19 qui tue. Suite…

15 MAI 2020 - depuis 72 ans que cela dure !La Nakba, c’est la Shoah des palestiniens…

Continue reading