Dernière mise à jour 23/02/2017

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Que cette image fasse le tour du monde !

kayapo-raoni.jpgJ’ai beaucoup plus de respect pour un Guerrier qui protège la vie - pour nous, pour nos enfants, nos petits-enfants et pour les générations futures - que pour une civilisation superficielle et ses intérêts personnels !

Pendant que les magazines et les chaînes de télévision parlent de la vie des célébrités, le Chef de la Tribu des Kayapo a reçu la pire nouvelle de sa vie : Dilma, la présidente du Brésil, a donné son approbation pour la construction d’une énorme centrale hydroélectrique (la 3ème plus grandes au monde). C’est la sentence de mort pour tous les peuples vivant prêt du fleuve, car le barrage inondera environ 400 000 hectares de forêt.

Plus de 40 000 Indiens devront trouver de nouveaux endroits où vivre. La destruction de l’habitat naturel, la déforestation et la disparition de plusieurs espèces sont des faits ! Ce qui me retourne l’estomac, me fait honte de faire partie de cette culture occidentale, est la réaction du Chef de Tribu des Kayapo lorsqu’il apprend la décision -son geste d’impuissance devant l’avance du progrès du capitalisme, une civilisation moderne qui n’a aucun respect pour les cultures différentes de la leur… Mais nous savons qu’une image vaut mille mots, et montre le véritable prix à payer pour la « qualité de vie » de nos bourgeois.

Habituellement, lorsqu’il se passe des monstruosités dans le monde, Avaaz m’envoie une demande de signature pour une pétition. Mais là, rien. Vous me direz qu’il ne s’agit que de 40 000 indiens.… Évidemment, à côté de millions de personnes, ce n’est rien. Et pourtant ! Ces indiens sont les derniers de civilisations anciennes, leur mode de vie diffère profondément des nôtres et sont ancrés dans des valeurs que nous méprisons parfois, nous qui sommes si fiers de produire, fiers d’avoir de l’argent, fiers de progrès dont on se demande si nous avons vraiment raison d’en tirer un orgueil quelconque.

Eux vivent encore simplement, ne connaissent pas les smart phones ou autre gadget indispensable mais leur vie est harmonieuse, dans une nature jusque-là préservée. Et au nom de quoi va-t-on leur enlever cela, les obligeant à partir, changer radicalement de mode de vie ? Est-ce à dire qu’il n’y a plus dans notre monde de place pour ceux qui vivent différemment, que tout doit être aplani, que chacun, au nom de la mondialisation, doit perdre son identité, sa façon de vivre. Je vous en prie, si cela vous indigne, copiez le texte ci-dessus et faites-le parvenir à tous ceux que vous connaissez ou cliquez sur le lien.

Lien du site officiel Raoni se bat : http://raoni.fr/signature-petition-1.php



Document(s) attaché(s) :

  1. no attachment



Évaluer ce billet

4.33/5

  • Note : 4.33
  • Votes : 6
  • Plus haute : 5
  • Plus basse : 1

Bernard PEREZ

Auteur: Bernard PEREZ

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (2)

matécolo matécolo ·  13 août 2012, 14h49

Merci beaucoup pour cette information. Je ressens la même honte de notre civilisation de riches égoïstes. Cette nouvelle et cette image me travaillent la conscience. Je vais la faire circuler. A mon échelle, je vais m’occuper de virer Véolia des petits villages près de chez moi.

Le dindon de la farce Le dindon de la farce ·  09 décembre 2012, 19h47

A écouter au casque!! www.raoni.com from Jan Kounen on Vimeo.

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet


À voir également

nuclear-power-plant-stop.jpg

Retourner vivre à Fukushima ? Non merci !

La Maison de la culture du Japon à Paris organise du 21 juin au 8 juillet 2016 une exposition de photos de Jun Takai sur la vie du village de Suetsugi, situé à 27 km de la centrale nucléaire de Fukushima-Dai-Ichi. Elle est soutenue par l’IRSN (Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire, organisme public sous la tutelle de cinq ministères français) et la CIPR (Commission internationale de protection radiologique). par le Collectif pour un monde sans nucléaire 578

Lire la suite

contributions.jpg

Des groupes antinucléaires ont décidé de quitter le Réseau Sortir du Nucléaire

Le Réseau Sortir du nucléaire n’est plus l’outil dont a besoin le combat pour l’arrêt du nucléaire en France. Reconstruire une force antinucléaire au plus près des groupes et des luttes de terrain est désormais nécessaire. 256

Lire la suite