Dernière mise à jour 23/02/2019

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Vive le R.S.A !

” Je m’appelle Marc, je suis cariste, ce travail j’ai mis du temps à le trouver, j’y tiens. Je suis au SMIC [1] et on est quatre sur mon salaire, moi, ma femme et nos deux enfants, Alors c’est pas facile. Le RSA justement c’est quand on travaille et qu’on s’en sort pas. Ça va bien nous aider, c’est sûr ! “

Le RSA ça sert à ça !

Cette effroyable publicité (2 millions d’euros !) qui tourne en boucle à la radio et la télévision, n’est-elle pas révélatrice du formidable ” progrès ” social accompli par les néolibéraux qui dirigent l’économie européenne et mondiale depuis plus de vingt ans. Enfin ! Ils y sont arrivés : déjà plus de 8 millions de travailleurs pauvres, rien qu’en France !

Prions ! Pour les malheureux disparus du vol Air France 447, demandait ” frère ” Dominique Bussereau secrétaire d’État aux transports. Mais prions encore davantage pour que le Medef et les patrons continuent de diminuer encore plus tous les salaires, afin qu’un maximum de personnes puissent enfin bénéficier de ce RSA.

C’est cela l’Europe sociale que l’on nous construit !

Et tout ça ! Grâce à Martin, le plus gentil des siphonnés d’Emmaüs !!!

Quelle humiliation pour nos certitudes !…

Notes:

[1] Salaire minimum interprofessionnel de croissance (SMIC)  =  8,71€  brut soit 6,84 € net.
Savez-vous qu’il existe tout de même un salaire harmonisé dans l’Union Européenne ? C’est celui des 736 eurodeputés qui, le 23 juin 2005 (moins d’un mois après le NON Français et Hollandais), s’octroyaient un salaire commun de 7.665,31 euros par mois, avec en plus, entre 18 et 22.000 euros de frais… par mois ! Ils seront 751 eurodéputés en juin 2009.

” Vous n’avez pas une petite pièce, SVP ? Non ! Alors un petit billet pour la semaine…”


Document(s) attaché(s) :

  1. no attachment



Évaluer ce billet

5/5

  • Note : 5
  • Votes : 1
  • Plus haute : 5
  • Plus basse : 5

Lionel de Cahors

Auteur: Lionel de Cahors

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (4)

C.Laborde C.Laborde ·  11 juin 2009, 09h19

La dif­fé­rence entre une vrai et une fausse poli­ti­que sociale est bien expri­mée par cette phrase :
Vous vou­lez les pau­vres secou­rus, moi je veux la misère sup­pri­mée
(Vic­tor Hugo - Qua­tre-vingt-treize)

Jean-Claude ROULIN Jean-Claude ROULIN ·  11 juin 2009, 10h53

Salut Lio­nel,

Bien­ve­nue à bord !

Merci d’avoir brillam­ment cro­qué cette cam­pa­gne abjecte qui fleure bon le temps des dames patron­nes­ses et la doc­trine sociale de l’Église.
Envie de vomir de plus en plus régu­liè­re­ment à l’écoute de France-intox (« écou­tez la révé­rence ») !

A bien­tôt de te lire…

Ami­ca­le­ment,
Jc

Ps : cou­cou ami­cal à Chris­tian Laborde pour sa réfé­rence à la si belle et si juste phrase du grand Hugo !

Lionel Lionel ·  11 juin 2009, 11h30

@Jean-Claude ROU­LIN : Merci pour ce sym­pa­thi­que accueil. La phrase d’ Hugo que nous rap­pelle Chris­tian est tout à fait fon­da­men­tale.
Bien ami­ca­le­ment
Lio­nel

Le dindon de la farce Le dindon de la farce ·  17 novembre 2013, 02h15

Les promesses non tenues du RSA
Le revenu de solidarité active, créé en 2009 par Nicolas Sarkozy à la place du RMI, espérait vaincre la pauvreté par un système d’incitation à l’activité. Quatre ans plus tard, l’échec est patent, selon le Centre d’études pour l’emploi.
http://www.latribune.fr/actualites/…

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet


À voir également

edito.gif

En route vers le grand dépit national

La France vit en ce début d’année un beau moment de surréalisme exacerbé. Un « grand débat » a été décidé et lancé à l’échelle du pays tout entier par Le Président de la République soi-même. Il s’agirait de connaître enfin « ce que veulent vraiment les Français ». En même temps (!) il s’agirait de répondre à « la crise des gilets jaunes ».

Lire la suite

edito.gif

Le grand assèchement

Lorsque demain les historiens se pencheront – une fois dissipées les brumes de l’actualité trop proche – sur la vie sociale et politique que traverse la France d’aujourd’hui, ils ne manqueront probablement pas de souligner à quel point majeur le macronisme aura magistralement et prestement vidé de sa substance le champ politique.

Lire la suite