Dernière mise à jour 17/12/2017

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Gaza : les atrocités vues d'Australie

gaza-children.jpgL’armée d’occupation israélienne continue de soumettre presque deux millions de personnes résidant à Gaza - principalement des réfugiés, des femmes, des enfants et des vieillards - à des bombardements sans précédent. Depuis les premières heures aujourd’hui, l’aviation de chasse israélien composés de F-16 et de drones armés a bombardé des quartiers résidentielles à travers la Bande de Gaza. Il est maintenant rapporté que l’armée israélienne a arrêté d’avertir les résidents civils avant la destruction de leurs maisons, leur seul abri et la source de sécurité.

[À défaut de traduction en français validée, lire la version originale en anglais]

À Gaza, plus de 106 maisons résidentes ont été visées en 72 dernières heures. L’Israélien s’est armé les drones baissent prétendu “des fusées(roquettes) avertissantes” sur des maisons et dix minutes plus tard un avion de combat polyvalent F-16 complète(achève) la mission en détruisant la maison entièrement.La Bande de Gaza est la zone(le domaine) très peuplée dans laquelle 1.5 millions de personnes résident dans 140 miles carrés. Les causalités sont ainsi immédiatement rapportées quand une fusée(roquette) frappe un civil à la maison. Invariablement, la destruction n’est pas limitée aux maisons ciblées, mais prolonge(étend) aussi aux maisons voisines. Des fusées(roquettes) d’avertissement prétendues renvoyées(tirées) des drones(faux-bourdons) armés sont des armes qui tuent souvent et mutilent des civils.

Selon des ressources médicales à Gaza, le nombre de morts a augmenté à 86 Palestiniens dans la bande assiégée puisque l’Israélien a commencé son assaut tôt mardi matin. 22 enfants et 13 femmes ont été tués, avec 85 femmes a blessé(lésé). Le nombre(numéro) global de blessures s’est étendu 580, la majorité de ce qui sont des enfants et des femmes. La victime la plus jeune est Mohammed Malakiyeh de 18 mois, qui a été tué avec sa mère âgée de 27 ans. La victime la plus vieille, Naifeh de 80 ans Farjallah, a été tuée dans un raid aérien sur la ville de Moghraqa, au sud-ouest de la Ville de Gaza.

L’offensive actuelle sur Gaza a sérieusement touché la santé mentale de jeunes Palestiniens. Les explosions fortes résultant d’avions de combat polyvalent israéliens ont créé la grande(super) panique, l’anxiété et le stress(l’accent) parmi des petits enfants, qui ne se sont pas encore remis du trauma et soulignent a résulté des vagues précédentes de bombardements israéliens. Mon ami Mar’i Bashir est un père de Ghadi, le garçon de 2 ans, résidant dans la Moyenne zone(domaine) de la Bande de Gaza. Mar’i a décrit le trauma complexe de son jeune fils qui a résulté de bombes d’avions de guerre israéliennes régulières baissant sur les sites voisins qui ont essentiellement été en cours(suivis) jusqu’au présent. Ghandi peut à peine parler en raison de son jeune âge - une fois que les bombes se jettent sur leur voisinage, Ghadi prononce spontanément les mots “le Baba, Ofaa Tayara” qui signifie “le Baba, le feu, l’avion!” Mar’i a expliqué le comment très durement il est pour un père pour être fournissent le fournisseur de sécurité(titre) à ses personnes à charge dans de telles conditions extrêmes.

Mar’i a fini notre conversation Skype en disant : “c’est un sentiment incroyablement étrange(impair) quand je pense fréquemment comment je vais mourir.


Document(s) attaché(s) :

  1. no attachment



Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ayman Qwaider

Auteur: Ayman Qwaider

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (3)

Le dindon de la farce Le dindon de la farce ·  06 août 2014, 11h35

Avertissements téléphoniques à Gaza, vus par… par asi
Le dindon de la farce Le dindon de la farce ·  12 août 2014, 08h47

L’expédition punitive de l’armée israélienne à Gaza a réactivé l’une des aspirations les plus spontanées du journalisme moderne : le droit à la paresse. En termes plus professionnels, on appelle cela l’« équilibre ».
(…) Dans le cas du conflit au Proche-Orient, où les torts ne sont pas également partagés, l’« équilibre » revient à oublier qui est la puissance occupante. Mais, pour la plupart des journalistes occidentaux, c’est aussi un moyen de se protéger du fanatisme des destinataires d’une information dérangeante en faisant de celle-ci un point de vue aussitôt contesté.
(…) on n’observe pas ce même biais dans d’autres crises internationales, celle de l’Ukraine par exemple.
(…) inspirer la pitié ne constitue pas une arme politique efficace ; mieux vaut contrôler le récit des événements. Depuis des décennies, on nous explique donc qu’Israël « riposte » ou « réplique ». Ce petit État pacifique, mal protégé, sans allié puissant, parvient pourtant toujours à l’emporter, parfois sans une égratignure… Pour qu’un tel miracle s’accomplisse, chaque affrontement doit débuter au moment précis où Israël s’affiche en victime stupéfaite de la méchanceté qui l’accable (un enlèvement, un attentat, une agression, un assassinat). C’est sur ce terrain bien balisé que se déploie ensuite la doctrine de l’« équilibre ». L’un s’indignera de l’envoi de roquettes contre des populations civiles ; l’autre lui objectera que la « riposte » israélienne fut beaucoup plus meurtrière. Un crime de guerre partout, balle au centre, en somme.
Et ainsi on oublie le reste, c’est-à-dire l’essentiel : l’occupation militaire de la Cisjordanie, le blocus économique de Gaza, la colonisation croissante des terres. Car l’information continue ne semble jamais avoir assez de temps pour creuser ce genre de détails.
(…) M. François Hollande ne se soucie plus d’équilibre. Il est devenu le petit télégraphiste de la droite israélienne.
Une question d’« équilibre » par Serge Halimi, août 2014

Le dindon de la farce Le dindon de la farce ·  18 août 2014, 13h59

« Israël ne veut pas la paix, et n’a jamais voulu la paix » par Gideon Levy (Belgique)

Le Monopoly palestinien

vu par la Radio Télévision Suisse :

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet


À voir également

000_Gens_de_Gaza_00490505_re_duit.jpg

Que reste-t-il de l'espoir des gens de Gaza aujourd'hui après la guerre de l'été 2014, l'aggravation du blocus et les attaques israéliennes qui continuent ?

En janvier 2013, nous avons tourné un film, Gens de Gaza, autour de témoignages de Gazaouis, jeunes, adultes ou plus âgés, faisant état de leur vie au quotidien sous l’occupation et le blocus, ainsi que de la légitimité de leur résistance et du nécessaire combat pour les droits humains, chez eux comme partout. Depuis la destruction des tunnels et l’agression terrible de l’été 2014 (opération nommée “Bordure protectrice”), le blocus s’est durci encore plus dramatiquement et les Gazaouis sont oubliés. 75

Lire la suite

PALESTINIAN-WEATHER

Gaza sans électricité et sous les inondations subit les pires effets du blocus israélien

Au cours des 72 dernières heures, Gaza a subi des pluies glaciales et un vent sans précédent. En raison de ces conditions météorologiques critiques, un nombre considérable de familles de Gaza a été forcé de quitter leurs maisons à la recherche d’abris indiqués par les autorités locales dans la bande de Gaza. Suite au blocus, la pénurie de produits alimentaires a déjà rendu la vie quotidienne très difficile pour les familles de Gaza. L’obscurité totale (à cause des pénuries en énergie) et le temps glacial ont un impact terrible sur la vie de tous les jours.

Lire la suite