Last site update 21/05/2019

To content | To menu | To search

Après les vacances, retour à la chasse aux becquerels

Liner + bouée MicronésieAprès quelques jours de  vacances, la famille Mabesoone reprend sa vie quotidienne à Nagano.

À Saipan (Micronésie), ils ont pu profiter d’une nourriture pure et bonne, avec très peu de radioactivité ambiante : 0,04 mcs/h. Comme Tokyo avant le 11 mars 2011.

Depuis le désastre nucléaire de Fukushima Daiichi, la radioactivité à Tokyo est trois fois plus élevée, ainsi qu’à Chiba, voire bien davantage en certains endroits, comme au Memorial Issa-Soju de Nagareyama le 9 juin dernier (jusqu’à 4,37 microsieverts/heure).


Hier, Laurent Mabesoone écrivait sur sa page[1]

Me voici rentré de Micronésie… a nouveau au Japon !
Ah… quel rêve ce fut de vivre cinq jours sur un bijou posé sur le Pacifique, où on a le droit de ne penser a rien !

LM - retour aux becquerelsCi-contre une photo que je viens de prendre de l’avion, au dessus du Pacifique.

Comme prévu, le compteur Geiger indiquait environ 1,5 microsievert/heure tout le long du trajet.

Mais ceci n’est du qu’aux rayons gamma venant de l’espace : ils sont plus nombreux à cause de l’altitude (10 000 mètres). Rien de bien inquiétant. Ce qui est inquiétant, ce ne sont pas les rayons ionisants naturels, ce sont bien les radionucléides artificiels ingérés chroniquement. Car eux, ils s’accumulent dans nos corps, dans notre chair, dans nos os, pour y libérer constamment leurs ondes bêta ou alpha - en plus des gamma (le césium émet aussi des bêtas, ne l’oublions pas !)…

Bref, avec la vie au Japon, recommence la chasse aux becquerels.

Ce qui est encore plus rageant, c’est que le Japon est sans doute le pays au monde (avec la France ?) où il y a le plus de mets exquis… C’est devenu aussi le pays au monde où la nourriture est la plus contaminée en radionucléides artificiels.

Tout à l’heure, en regardant la vaste Plaine du Kantô par le hublot de l’avion, je me disais :
Voici un territoire immense, resplendissant, tout l’est du Japon. Là, il n’y a plus un seul mètre carré épargné par les particules radioactives. Dur de retenir ses larmes.

Le crime du nucléaire donne parfois le vertige.

Hélas, c’est le lot de tous les Japonais ou résidents dans la partie nord-est du Japon, quand ils reviennent de séjours à l’étranger pour respirer un peu. Quant aux enfants qui bénéficient de vacances ailleurs dans des familles d’accueil, on espère que les parents ont compris l’intérêt de s’assurer de la qualité sanitaire des aliments qu’ils donnent à leur progéniture, ainsi qu’à eux-mêmes, y compris en restauration collective. Malheureusement, c’est loin d’être le cas dans toutes les familles…

Notes :

[1]  www.facebook.com/groups/226456997370638


Document(s) attaché(s) :

  1. no attachment



Rate this entry

5/5

  • Note: 5
  • Votes: 1
  • Higher: 5
  • Lower: 5

Véronique Gallais

Author: Véronique Gallais

Stay in touch with the latest news and subscribe to the RSS Feed about this category

Comments (0)

Be the first to comment on this article

Add a comment This post's comments feed


You might also like

el_sistema_esta_obsoleto.png

Eurovision : Qu’ont-ils à la place du coeur ?

Quand on voit les photos de Madonna ou Bilal Hassani, contents d’eux, totalement indifférents aux souffrances des Palestiniens emmurés, torturés, bombardés, qui vont aller chanter chez l’occupant, et qu’on revoit comment Chris Gunness, porte-parole de l’Agence de l’ONU pour les réfugiés palestiniens, avait éclaté en sanglots en évoquant le sort réservé par Israel aux enfants palestiniens, on se dit que le monde du “showbizz” est sacrément gangréné !

Continue reading

el_sistema_esta_obsoleto.png

La marmite et son couvercle

“Dans ce monde, moi je suis et serai toujours du côté des pauvres. Je serai toujours du côté de ceux qui n’ont rien et à qui on refuse jusqu’à la tranquillité de ce rien.” (Federico Garcia Lorca) « La violence est chose grossière chez les ouvriers (…) mais le patronat n’a pas besoin, lui, pour exercer une action violente de gestes désordonnés.  Quelques hommes se rassemblent dans l’intimité d’un conseil d’administration et décident. Ainsi tandis que l’acte de violence de l’ouvrier apparaît toujours, la responsabilité profonde et meurtrière des grands patrons, des grands capitalistes, se dérobe et s’évanouit dans une sorte d’obscurité. » (Jean Jaurès, 1906)

Continue reading