Dernière mise à jour 28/06/2017

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Après les vacances, retour à la chasse aux becquerels

Liner + bouée MicronésieAprès quelques jours de  vacances, la famille Mabesoone reprend sa vie quotidienne à Nagano.

À Saipan (Micronésie), ils ont pu profiter d’une nourriture pure et bonne, avec très peu de radioactivité ambiante : 0,04 mcs/h. Comme Tokyo avant le 11 mars 2011.

Depuis le désastre nucléaire de Fukushima Daiichi, la radioactivité à Tokyo est trois fois plus élevée, ainsi qu’à Chiba, voire bien davantage en certains endroits, comme au Memorial Issa-Soju de Nagareyama le 9 juin dernier (jusqu’à 4,37 microsieverts/heure).


Hier, Laurent Mabesoone écrivait sur sa page[1]

Me voici rentré de Micronésie… a nouveau au Japon !
Ah… quel rêve ce fut de vivre cinq jours sur un bijou posé sur le Pacifique, où on a le droit de ne penser a rien !

LM - retour aux becquerelsCi-contre une photo que je viens de prendre de l’avion, au dessus du Pacifique.

Comme prévu, le compteur Geiger indiquait environ 1,5 microsievert/heure tout le long du trajet.

Mais ceci n’est du qu’aux rayons gamma venant de l’espace : ils sont plus nombreux à cause de l’altitude (10 000 mètres). Rien de bien inquiétant. Ce qui est inquiétant, ce ne sont pas les rayons ionisants naturels, ce sont bien les radionucléides artificiels ingérés chroniquement. Car eux, ils s’accumulent dans nos corps, dans notre chair, dans nos os, pour y libérer constamment leurs ondes bêta ou alpha - en plus des gamma (le césium émet aussi des bêtas, ne l’oublions pas !)…

Bref, avec la vie au Japon, recommence la chasse aux becquerels.

Ce qui est encore plus rageant, c’est que le Japon est sans doute le pays au monde (avec la France ?) où il y a le plus de mets exquis… C’est devenu aussi le pays au monde où la nourriture est la plus contaminée en radionucléides artificiels.

Tout à l’heure, en regardant la vaste Plaine du Kantô par le hublot de l’avion, je me disais :
Voici un territoire immense, resplendissant, tout l’est du Japon. Là, il n’y a plus un seul mètre carré épargné par les particules radioactives. Dur de retenir ses larmes.

Le crime du nucléaire donne parfois le vertige.

Hélas, c’est le lot de tous les Japonais ou résidents dans la partie nord-est du Japon, quand ils reviennent de séjours à l’étranger pour respirer un peu. Quant aux enfants qui bénéficient de vacances ailleurs dans des familles d’accueil, on espère que les parents ont compris l’intérêt de s’assurer de la qualité sanitaire des aliments qu’ils donnent à leur progéniture, ainsi qu’à eux-mêmes, y compris en restauration collective. Malheureusement, c’est loin d’être le cas dans toutes les familles…

Notes :

[1]  www.facebook.com/groups/226456997370638


Document(s) attaché(s) :

  1. no attachment



Évaluer ce billet

5/5

  • Note : 5
  • Votes : 1
  • Plus haute : 5
  • Plus basse : 5

Véronique Gallais

Auteur: Véronique Gallais

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (0)

Soyez le premier à réagir sur cet article

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet


À voir également

el_sistema_esta_obsoleto.png

Avis de régression générale

À chaque année qui passe les espoirs d’une « mondialisation heureuse » s’éloignent. Certes, seuls les hommes les plus naïfs et ceux qui avaient intérêt à leur faire croire à cette fable grossière usaient ces dernières années de cet adjectif collé à un processus mortifère puisque orchestré par « les nouveaux maîtres du monde » contre les « multitudes ». Partout, les possesseurs du capital exploitent de manière éhontée puis jettent sans vergogne des « flux » de main-d’œuvre qui viennent alors grossir les rangs des outsiders. Partout, une économie de dévoration ravage les écosystèmes pour nourrir en « ressources » épuisables la méga-machine dont les rejets nocifs sont, de plus, impossibles à contenir désormais. Partout, les fractures sociales et écologiques poussent des pans entiers des sociétés humaines vers le désespoir. Sur ce terreau fertile des hommes et des femmes se prétendant de bonne volonté se font élire pour diriger à leur tour le système qui les a si bien servi jusqu’alors. Ils ne feront ensuite qu’aggraver le sort des plus humbles et renforcer celui des nantis car telle est la loi du capitalisme débridé dont ils ne songeront surtout pas à inverser le sens profond.

Lire la suite

el_sistema_esta_obsoleto.png

« Une ambition intime » ou la politique poussée vers le caniveau

Cela sonne comme un aboutissement, l’aboutissement d’une époque calamiteuse au plan de l’indécence notoire de la classe politique dominante et des médias de masse tout à la fois. Cela se passe à la télévision telle qu’on la fait aujourd’hui dans l’espoir de crever le plafond de l’audience. Cela a lieu sur M6, là où voilà une quinzaine d’années « Loft story » lançait le cycle vulgaire de la télé-réalité. En 2016, à quelques mois de la prochaine Présidentielle, la chaîne à sensations bon marché invente avec « Une ambition intime » un nouveau concept racoleur ; tous les candidats à la magistrature suprême vienne y répandre les avatars de leur vie privée. Les mêmes qui dénonçaient la « télé-poubelle » que constituait les batifolages de la pathétique Loana et de ses comparses se précipitent désormais sur le plateau de la nouvelle émission afin d’être la proie consentante de l’instinct voyeur de leurs congénères à l’ambition culturelle minimale. 1259

Lire la suite