Dernière mise à jour 21/06/2018

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Après les vacances, retour à la chasse aux becquerels

Liner + bouée MicronésieAprès quelques jours de  vacances, la famille Mabesoone reprend sa vie quotidienne à Nagano.

À Saipan (Micronésie), ils ont pu profiter d’une nourriture pure et bonne, avec très peu de radioactivité ambiante : 0,04 mcs/h. Comme Tokyo avant le 11 mars 2011.

Depuis le désastre nucléaire de Fukushima Daiichi, la radioactivité à Tokyo est trois fois plus élevée, ainsi qu’à Chiba, voire bien davantage en certains endroits, comme au Memorial Issa-Soju de Nagareyama le 9 juin dernier (jusqu’à 4,37 microsieverts/heure).


Hier, Laurent Mabesoone écrivait sur sa page[1]

Me voici rentré de Micronésie… a nouveau au Japon !
Ah… quel rêve ce fut de vivre cinq jours sur un bijou posé sur le Pacifique, où on a le droit de ne penser a rien !

LM - retour aux becquerelsCi-contre une photo que je viens de prendre de l’avion, au dessus du Pacifique.

Comme prévu, le compteur Geiger indiquait environ 1,5 microsievert/heure tout le long du trajet.

Mais ceci n’est du qu’aux rayons gamma venant de l’espace : ils sont plus nombreux à cause de l’altitude (10 000 mètres). Rien de bien inquiétant. Ce qui est inquiétant, ce ne sont pas les rayons ionisants naturels, ce sont bien les radionucléides artificiels ingérés chroniquement. Car eux, ils s’accumulent dans nos corps, dans notre chair, dans nos os, pour y libérer constamment leurs ondes bêta ou alpha - en plus des gamma (le césium émet aussi des bêtas, ne l’oublions pas !)…

Bref, avec la vie au Japon, recommence la chasse aux becquerels.

Ce qui est encore plus rageant, c’est que le Japon est sans doute le pays au monde (avec la France ?) où il y a le plus de mets exquis… C’est devenu aussi le pays au monde où la nourriture est la plus contaminée en radionucléides artificiels.

Tout à l’heure, en regardant la vaste Plaine du Kantô par le hublot de l’avion, je me disais :
Voici un territoire immense, resplendissant, tout l’est du Japon. Là, il n’y a plus un seul mètre carré épargné par les particules radioactives. Dur de retenir ses larmes.

Le crime du nucléaire donne parfois le vertige.

Hélas, c’est le lot de tous les Japonais ou résidents dans la partie nord-est du Japon, quand ils reviennent de séjours à l’étranger pour respirer un peu. Quant aux enfants qui bénéficient de vacances ailleurs dans des familles d’accueil, on espère que les parents ont compris l’intérêt de s’assurer de la qualité sanitaire des aliments qu’ils donnent à leur progéniture, ainsi qu’à eux-mêmes, y compris en restauration collective. Malheureusement, c’est loin d’être le cas dans toutes les familles…

Notes :

[1]  www.facebook.com/groups/226456997370638


Document(s) attaché(s) :

  1. no attachment



Évaluer ce billet

5/5

  • Note : 5
  • Votes : 1
  • Plus haute : 5
  • Plus basse : 5

Véronique Gallais

Auteur: Véronique Gallais

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (0)

Soyez le premier à réagir sur cet article

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet


À voir également

Fukushima-ruban_jaune-Seegan.jpg

Énergie : «Il faut que tout change pour que rien ne change»

Ces derniers mois, les noms d’Orano, Enedis et Engie ont respectivement remplacé les marques Areva, ErDF et GDF-Suez, ringardes ou déconsidérées. On ne peut que penser à la célèbre réplique “Il faut que tout change pour que rien ne change” de Tancrède dans le roman “Le Guépard”, popularisé par Luchino Visconti dans le film éponyme sorti en 1963.

Lire la suite

el_sistema_esta_obsoleto.png

Intolérable tolérance

Il était temps de rétablir l’ordre social au beau pays de France entend-on dire depuis qu’Emmanuel Macron est entré à l’Élysée. Ce sont d’abord les « marcheurs » du généralissime qui le proclament « comme un seul homme », suivis de près par les forcenés des autres Droites et par tous les citoyens déboussolés qui ne savent plus – quand ils l’ont su un jour – réfléchir plus loin que le bout du JT de 20 heures. Tous sont intimement convaincus qu’une fois l’ordre social restauré après des décennies d’errances gouvernementales la machine à Croissance va enfin repartir et mettre ainsi la France sur une nouvelle orbite radieuse pour l’emploi. Nous ne chercherons pas ici à tourner en dérision cette dernière croyance saugrenue et néanmoins mortifère. Nous l’avons déjà si souvent dénoncée. Posons-nous plutôt une autre question : de quel ordre social parlent tous ces fins connaisseurs de notre société ? Que s’agit-il donc de rétablir au juste ?

Lire la suite