Dernière mise à jour 26/04/2017

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Que signifie « arrêt immédiat » du nucléaire ? Débat autour des GES

Couv_arretimmediat.jpgDans le cadre du débat sur la transition énergétique on trouve un grand absent : l’arrêt immédiat du nucléaire. Contrairement à ce qu’on pourrait penser il ne s’agit pas d’une position « radicale » et encore moins « extrémiste ». Il s’agit plutôt d’une position très « pragmatique » et très « réaliste ». Car en fait, de quoi s’agit-il lorsqu’on parle d’ « arrêt immédiat » du nucléaire ?

Il n’est pas possible d’arrêter « immédiatement » en appuyant sur un bouton la totalité de la production électronucléaire, surtout dans un pays où elle représente 77 % de la production électrique.

Par contre, on sait que les centrales thermiques fossiles gaz et charbon sont sous-utilisées ou utilisées uniquement durant les périodes de pointe comme le rappelle le journal « Le Monde » dans son numéro du 29/11/2012 : « Électricité : l’Europe retourne au charbon ».
On sait aussi qu’en portant ce taux d’utilisation des 20 % environ actuellement à 90 % on pourrait arrêter « immédiatement » 25 réacteurs sur 58. Pour le reste un savant mélange de sobriété (une loi en ce sens est en préparation pour interdire l’éclairage des devantures la nuit), en construisant de nouvelles centrales au gaz ou au charbon et en réduisant les exportations on devrait pouvoir arrêter la totalité du nucléaire facilement dans le délais d’une législature.

L’arrêt immédiat est donc un scénario qui part du constat que le nucléaire étant sources de catastrophes il faut tout faire pour l’arrêter le plus vite possible de la façon la plus pragmatique possible, sans mettre comme préalable le renouvelable ni le changement de société.

Nous entendons déjà la question relative aux gaz à effet de serre

Tout d’abord le nucléaire ne représente que 2 % de la consommation finale d’énergie, remplacer tout le nucléaire par du charbon et du gaz ne devrait quasiment pas générer de gaz à effet de serre et permettrait d’éviter beaucoup de catastrophes comme à Tchernobyl ou à Fukushima….

Par ailleurs, il existe une grande confusion et malheureusement elle est la plus présente chez les écologistes qu’ailleurs, c’est celle entre énergie et électricité.

L’électricité est produite essentiellement avec du fossile dans le monde et essentiellement avec du charbon, le nucléaire est marginal et en déclin et sa part dans le mix énergétique mondial ne représente plus que de 2 % de la consommation finale d’énergie.

L’énergie, c’est d’abord le pétrole. Le pétrole c’est le sang de notre civilisation, il est au cœur de l’organisation libérale et productiviste du monde, c’est lui qui permet l’utilisation des automobiles, des avions, des machines agricoles, des cargos….et de beaucoup de machines industrielles.

Or, la voiture et son monde, les avions, l’agriculture productiviste etc… expliquent l’essentiel des gaz à effet de serre; d’après le site manicore.com, la consommation de pétrole expliquerait 35 % des gaz à effet de serre contre 22 % pour le charbon et 20 % pour le gaz.

Nous passerons sur les incertitudes relatives à la contribution des différentes sources aux gaz à effet de serre qui peut varier énormément selon les auteurs allant de 6 g/KW pour « manicore.com » à 120 g/KW selon d’autres sources.

Or, contrairement à ce qui est avancé sur ce site, la production d’électricité n’est pas la principale cause de production des gaz à effet de serre.
Si l’on tient compte de la répartition de ces sources d’énergie dans la production d’électricité mondiale, l’électricité représente 25 % de la demande d’énergie finale et provient pour 39 % du charbon, 19 % d’énergies renouvelables, 15 % du nucléaire, 20 % du gaz et 7 % du pétrole (goodplanet.info). Ce qui signifie que la contribution des fossiles à l’émission de gaz à effet de serre en dehors de la production d’électricité se répartirait ainsi :

  • Charbon : 22% -9% = 13 %
  • Gaz : 20 %-4 % = 16 %
  • Pétrole : 35 %-3,5 % = 31,5 %

Et donc la contribution des gaz à effet de serre du charbon et du gaz serait de 29 % hors électricité et celle du pétrole de 31,5 % hors électricité.

Et si l’on ajoute la part des fossiles consacrée à produire de l’électricité elle n’est plus que de 16,5 % (9%+4%+3,5%), contre 61,5 % (13%+16%+31,5 %) pour la part consacrée à l’énergie.

Le pétrole et son monde expliquent bien l’essentiel des gaz à effet de serre

Dans ces conditions, la meilleur façon de lutter contre les gaz à effet de serre c’est de réduire les émissions dues au pétrole et à son monde. De commencer à relocaliser les économies, c’est-à-dire de lutter contre le libéralisme et sa division internationale du travail qui nécessite un recours sans cesse croissant au pétrole ; par exemple lorsqu’on pèche des crevettes en Thailande qu’on les décortique dans un autre pays, qu’on les conditionne dans un troisième,  pour les vendre dans un quatrième pays….De lancer une réflexion sur la sobriété, les produits, leur usage : de quoi avons-nous réellement besoin ? Qu’on réduise drastiquement l’usage de l’automobile, des transports aériens, que l’on remette en cause l’agriculture productiviste et forte consommatrice de pesticides, etc…

Une fois le nucléaire arrêté, nous pourrons réfléchir plus sereinement à la meilleure organisation sociale, politique et économique qui nous permettrait de dépasser la société productiviste dans laquelle nous vivons. Celle-ci nous broie dans un étau constitué d’un côté par la disparition des ressources naturelles non renouvelables et de l’autre l’augmentation des déchets de toutes sortes et pas seulement des gaz à effet de serre.

Pierre Lucot, Jean-Luc Pasquinet auteurs de « Nucléaire arrêt immédiat »  aux éditions Golias.


Document(s) attaché(s) :

  1. no attachment



Évaluer ce billet

5/5

  • Note : 5
  • Votes : 4
  • Plus haute : 5
  • Plus basse : 5

Jean-Luc Pasquinet

Auteur: Jean-Luc Pasquinet

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (1)

Maxime Maxime ·  21 mars 2013, 19h36

On trouve ci-joint un décompte très précis des gaz à effet de serre provenant de la production d’électricité :

http://energeia.voila.net/electri/c…

En résumé, la production d’électricité contribue pour 33,6 % du CO2 des combustibles fossiles, pour 24,8 % de tout le CO2 et pour 19,0 % de tous les gaz à effet de serre.

Par ailleurs, pourquoi faire de la publicité pour le dénommé J*** qui est un promoteur du nucléaire ?

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet


À voir également

lettre_ouverte.gif

Lettre ouverte à Yannick Rousselet

Ci-joint vous trouverez une lettre ouverte adressée à Yannick Rousselet, responsable des campagnes nucléaires à Greenpeace France. Cette lettre ouverte a été écrite dans le cadre d’une revue à paraître autour de la mort de Rémi Fraisse - manifestant tué par le souffle d’une grenade offensive cet automne lors d’un rassemblement contre le barrage du Testet -. Il était pour nous important d’évoquer dans ce cadre comment l’État trouve souvent au cœur des luttes des militants ou des militantes à même de relayer son discours. C’est ce rôle que notre salarié de la multinationale écologiste a accepté d’endosser en direct sur i-Télé, condamnant les “méchants casseurs” qui “sévissaient” en réaction à cet assassinat dans les rues de Nantes et Toulouse. 216

Lire la suite

amis-de-la-terre-france.jpg

Lettre ouverte aux Amis de la Terre-France

En octobre 2014, trente-trois réacteurs électronucléaires en France sur cinquante-huit auront 30 ans ou plus. Il y en avait vingt et un au début du mandat du président Hollande, et seulement deux au début du Grenelle de l’Environnement. Sans sursaut des écologistes antinucléaires, il risque d’y en avoir quarante-six dès novembre 2017. Pour tâcher de s’extraire de l’impasse atomique et cesser de banaliser le désastre en cours au Japon, il faut un coup d’arrêt à la production anthropique massive de radioactivité. Pour cela, il faut exiger enfin en France, de toute urgence et en attendant mieux, le remplacement transitoire des réacteurs nucléaires par des centrales thermiques à flamme. A gaz et même, si nécessaire, en partie au fioul et au charbon. Ce n’est pas antagonique, bien au contraire, avec l’adaptation au changement climatique et la lutte contre son aggravation. Et c’est essentiel pour la préservation de la vie sur terre, ainsi que pour celle d’une démocratie en France. Plus vite ça se fera, mieux ce sera. Y compris pour le climat. Il est de la responsabilité historique des Amis de la Terre de le dire, et de le faire comprendre autour d’eux.

Lire la suite