Last site update 19/09/2020

To content | To menu | To search

Une vision de la vie à long terme

Mabesoone_LM_13-01-12.jpgCe matin, réunion importante avec les « membres fondateurs » de notre toute jeune association de parents : « L’association de protection des enfants de Nagano contre les radiations ». Une quinzaine de familles, avec des mamans, des papas, des enfants et quelques spécialistes s’étaient réunis dans un « cafe-bio » en banlieue de Nagano. Sur la table, une vingtaine de cafés et une dizaine de compteurs Geiger !

Ce genre d’associations locales, qui se sont créées dans presque toutes les villes de l’Est du Japon, sont parfois qualifiées, par les derniers « pro-nucléaires » du pays, de « groupements de parents angoissés ». En tous les cas j’y ai retrouvé, au contraire, des parents tous bien informés, intelligents, studieux et très posés. Des parents qui aiment leurs enfants et qui aiment aussi les enfants des autres. Bref, des gens bien qui sont capables d’avoir une vision de la vie à long terme.

La grande majorité avait participé à la réunion publique du 20 décembre dernier, au centre pour jeunes enfants de Nagano-ville, où nous avions beaucoup échangé avec le Gouverneur de Nagano, M. Shuichi Abe. À la suite de cette rencontre, le gouverneur était revenu sur sa décision d’accepter de nouveaux déchets radioactifs dans la préfecture. Son opposition soudaine et catégorique a d’ailleurs eu un certain écho auprès des autres gouverneurs du pays.

Il est convenu depuis quelques temps que nous rencontrerions à nouveau M. Abe le 24 janvier prochain. De plus, on vient d’apprendre, par le quotidien Shinano Mainichi Shimbun d’hier, que la préfecture de Nagano a enfin commencé à mener une série de trois tests de radioactivité sur des ingrédients de cantines scolaires (écoles primaires et collèges).

atomtex-at1320.jpgLa préfecture ne disposant que d’un seul moniteur de becquerels de type Atomtex AT1320A, les tests sont encore purement « symboliques ». Mais on lit tout de même dans l’article que « La préfecture prévoit de mener des tests quotidiens à partir d’avril, car elle a fait commande de 4 appareils de facture simplifiée ».

Ce terme « appareils de facture simplifiée » ne m’inspire pas confiance. Il s’agit, à n’en pas douter, du Berthold LB200 [1]. Le problème est que cet appareil n’est pas vraiment fiable pour les petites doses en dessous de 20bq/kg.

Pour des enfants, un seul becquerel au kilo doit être détecté et les produits contaminés, même faiblement, doivent être éliminés durablement des centres de préparation des cantines scolaires. Même 1 becquerel par jour de césium ingéré, au bout de 400 jours, fait que l’organisme d’un enfant de 20 kilos aura retenu 10bq de césium par kilo de masse corporelle. Déjà à ce niveau, des maladies et anomalies diverses sont constatées en Biélorussie.

Il y a en effet une difficulté d’approvisionnement. En effet, l’excellent fabricant de moniteurs de becquerels biélorusse Atomtex n’arrive plus à fournir pour le Japon demande des délais de livraison de plus de 5 mois. Par ailleurs, le seul fabricant japonais « Techno AP » (Ibaraki) confectionne des moniteurs très fiables mais aussi très chers (30 000 euros).

De toute évidence, pour bien faire, il faut au moins une machine par centre administratif cantonal et une camionnette pour se déplacer dans une école différente chaque jour afin d’éliminer des menus, jour après jour, tous les ingrédients contaminés. C’est d’ailleurs ainsi que fonctionne déjà la Mairie de Yokohama (banlieue de Tokyo [2]). Le plus urgent consistant à commencer par les écoles maternelles (hoikuen & yochi en) car en dessous de 5 ans, les effets du césium 137 sont catastrophiques !

Voilà, ça nous fait beaucoup de « pain sur la planche » pour la prochaine rencontre avec le gouverneur, le 24 de 14h00 à 14h30 : 30 minutes !

À propos, ma fille de trois ans, à la crèche de l’école maternelle, hier midi, a du manger du « sanma » [3], célèbre poisson… des cotes du Nord-Est !

Notes :

[1] le moins cher des moniteurs mais valant tout de même 8000 euros, celui que j’ai déjà commandé à titre individuel.

[2] http://www.city.yokosuka.kanagawa.jp/8330/kyuushoku/

[3] Sanma, le poisson d’automne (festival - meguro) | exemple de recette


Document(s) attaché(s) :

  1. no attachment



Rate this entry

5/5

  • Note: 5
  • Votes: 3
  • Higher: 5
  • Lower: 5

Laurent Mabesoone

Author: Laurent Mabesoone

Stay in touch with the latest news and subscribe to the RSS Feed about this category

Comments (0)

Be the first to comment on this article

Add a comment This post's comments feed


You might also like

EPR-consomme-milliards.jpg, mar. 2020

EPR : le gouvernement profite de la crise du Coronavirus pour accorder quatre ans de plus à EDF

Un décret publié au Journal officiel accorde un nouveau délai à EDF pour tenter de mettre en service le réacteur maudit en chantier à Flamanville depuis 2008

Continue reading

Fukushima-ruban_jaune-Seegan.jpg

Énergie : «Il faut que tout change pour que rien ne change»

Ces derniers mois, les noms d’Orano, Enedis et Engie ont respectivement remplacé les marques Areva, ErDF et GDF-Suez, ringardes ou déconsidérées. On ne peut que penser à la célèbre réplique “Il faut que tout change pour que rien ne change” de Tancrède dans le roman “Le Guépard”, popularisé par Luchino Visconti dans le film éponyme sorti en 1963.

Continue reading