Last site update 09/08/2020

To content | To menu | To search

Du 29 janvier au 19 mars... et puis ?

Nous voyons se déve­lop­per des révol­tes un peu par­tout, sur fond de crise du capi­ta­lisme recon­nue par tout un cha­cun, y com­pris par les repré­sen­tants paten­tés de ce sys­tème.
Le 29 jan­vier, nous étions 2 mil­lions et demi à mani­fes­ter. Sur des aspi­ra­tions beau­coup plus pro­fon­des et lar­ges qu’une sim­ple reva­lo­ri­sa­tion du fameux pou­voir d’achat ou de la per­pé­tua­tion de notre con­di­tion subor­don­née de sala­riés.
Il en est pour pen­ser que c’est l’unité syn­di­cale qui a payé.

Je pense plu­tôt que l’indi­gna­tion gronde de par­tout, et que les syn­di­cats ont en effet réa­lisé ce jour-là l’unité indis­pen­sa­ble pour con­ser­ver un mini­mum d’audience, parce que, s’ils avaient con­ti­nué à faire défaut, à soi-disant nous repré­sen­ter, mol­le­ment, dans des négo­cia­tions entre pots de fer et pots de terre, par-des­sus notre tête et sans mener aucune lutte, ils auraient fini par être com­plè­te­ment et peut-être (rêvons un peu !) irré­mé­dia­ble­ment débor­dés par “la base”, laquelle est tout à fait capa­ble de s’auto-orga­ni­ser en Col­lec­tifs divers, dès lors que les citoyens déci­dent de se pren­dre en mains.
C’est ce que nous voyons avec les Col­lec­tifs d’ensei­gnants-cher­cheurs, ou avec tant d’autres Col­lec­tifs qui ont pris l’ini­tia­tive des lut­tes, les­quel­les sont en géné­ral récu­pé­rées par des diri­geants syn­di­caux que le pou­voir en place dési­gne comme les seuls inter­lo­cu­teurs repré­sen­ta­tifs, alors qu’en aucun cas ils n’ont été libre­ment man­da­tés par la base.
La bureau­cra­tie syn­di­cale est deve­nue une ins­ti­tu­tion, qui freine nos com­bats. Une réelle démo­cra­tie vou­drait que la base man­date sur un objet pré­cis et pour un temps déter­miné, qui elle veut, avec révo­ca­tion pos­si­ble à tout moment.
Je pré­cise, comme d’habi­tude, que je ne vise pas ici nos cama­ra­des syn­di­qués qui s’enga­gent régu­liè­re­ment sur le ter­rain à nos côtés, avec toute leur con­vic­tion et leur dyna­misme. Ce sont les gens ins­tal­lés dans les hau­tes sphè­res qui, objec­ti­ve­ment, nous tra­his­sent, nous tous, qu’ils le veuillent ou non.
La Grèce s’est révol­tée. Les Antilles “fran­çai­ses”, avec la Gua­de­loupe, sont en grève géné­rale. Ici ou là en France, et en par­ti­cu­lier dans l’Édu­ca­tion Natio­nale, des mou­ve­ments radi­ca­le­ment con­tes­ta­tai­res se déve­lop­pent.
Et les direc­tions syn­di­ca­les ont jugé qu’il était urgent d’atten­dre, que la soli­da­rité active ne s’impo­sait pas, ni la mobi­li­sa­tion de tous autour d’une grande réflexion sur la néces­sité de chan­ger de con­trat social et de chan­ger les bases du fonc­tion­ne­ment éco­no­mi­que qui nous est imposé, alors que même nos gou­ver­ne­ments recon­nais­sent qu’il faut “réfor­mer” le capi­ta­lisme.
Moi, je dirais qu’il faut fran­che­ment pas­ser à tout autre chose. Et que c’est vio­lent d’enten­dre en ce moment des dis­cours qua­si­ment plus “révo­lu­tion­nai­res” dans la bou­che de ceux qui veu­lent, à droite, “mora­li­ser” le capi­ta­lisme, que dans les paro­les de ceux qui pré­ten­dent une fois encore nous satis­faire de miet­tes épar­ses et nous gaver de déses­poir, en évi­tant sur­tout soi­gneu­se­ment toute con­ta­gion d’une con­tes­ta­tion radi­cale ! (J’ai cité Mar­tine Aubry !). Ah ! on est bien, avec de si zélés défen­seurs ou “repré­sen­tants” ! Pas besoin d’enne­mis, nos meilleurs “amis” sont assez effi­ca­ces !


Dans le con­texte social actuel, le sys­tème aux com­man­des pro­duit de plus en plus d‘“exclus”, exclus qui en réa­lité font par­tie inté­grante de ce sys­tème pré­da­teur qui les fabri­que et qui les vam­pi­rise, car ils ser­vent à engrais­ser les pro­fi­teurs par le biais de la mise en con­cur­rence des pré­cai­res, et les mécon­tents sont de plus en plus nom­breux et remon­tés. Dans ce con­texte, en dépit des évè­ne­ments qui sur­vien­nent par ailleurs, et comme s’il était bien entendu que cha­cun va se can­ton­ner à son petit pré carré, en bons “indi­vi­dua­lis­tes égoïs­tes” que nous serions, comme le pré­tend la pro­pa­gande ordi­naire, nous appe­ler à une seule jour­née de grève géné­rale et de grande mani­fes­ta­tion “uni­taire”, nous impo­ser des mots d’ordre de défense du pou­voir d’achat sans relier les lut­tes, dans des par­cours rou­ti­niers sans len­de­mains, c’est tra­vailler à nous démo­bi­li­ser en n’ouvrant sur­tout pas les pers­pec­ti­ves du chan­ge­ment social à inven­ter, c’est tout faire pour évi­ter d’être débordé. C’est sacri­fier à ce besoin de gar­der les mou­ve­ments sous-con­trôle tou­tes les poten­tia­li­tés de ger­mi­na­tion créa­trice qui sont à l’œuvre dans la société en ce moment.


Et quels sont donc les hori­zons qu’ils s’apprê­tent à nous décou­vrir inces­sam­ment sous peu, nos dignes bureau­cra­tes et con­sorts ?
Mais bon sang, mais c’est bien-sûr, voici venir le temps des élec­tions euro­péen­nes, qui vont nous faire miroi­ter à nou­veau les “votez pour moi”, “et moi, et moi, et moi”, qui vont pou­voir atti­ser des pas­sions et des espé­ran­ces par­fai­te­ment illu­soi­res, puisqu’il s’agit de nom­mer à un Par­le­ment sans pou­voir, des “élus” qui nous échap­pe­ront tota­le­ment dès qu’ils auront reçu nos suf­fra­ges, et qui, même ani­més de la meilleure des bon­nes volon­tés, seraient inca­pa­ci­tés dans le libre exer­cice de leur action, le sys­tème étant ce qu’il est, et par­fai­te­ment conçu pour pha­go­cy­ter les diver­gen­ces.
Et comme cela s’est pro­duit avec les élec­tions pré­si­den­tiel­les, nous ris­quons fort de nous divi­ser, de nous affai­blir, de nous fati­guer à cou­rir après un leurre, alors que l’essen­tiel serait encore une fois occulté.

L’essen­tiel, c’est le ras­sem­ble­ment. Non pas l’unité à visée élec­to­ra­liste au som­met, mais la mise en réseau des citoyens de base déci­dés à se situer en adul­tes dans une société réel­le­ment démo­cra­ti­que et éga­li­taire.
Peu importe si nous ne som­mes pas tous com­plè­te­ment d’accord. “Je ne veux voir qu’une seule tête”, c’est une con­cep­tion tota­li­taire. Nous n’avons pas besoin d’un pro­jet par­fai­te­ment éla­boré “clefs en main”, au con­traire, nous avons besoin de cogi­ter ensem­ble, de re-créer un nou­veau con­trat social, et d’aller jusqu’à nous sur­pren­dre nous-mêmes.
Je crois beau­coup que le tra­vail mené dans les Col­lec­tifs pré­fi­gure ce que serait une société réel­le­ment libre et adulte, et qu’il s’agit de déve­lop­per et de péren­ni­ser ce type d’orga­ni­sa­tion, qui a beau­coup plus d’enver­gure et d’ancrage à la base que n’importe quel parti ou syn­di­cat.

Un point de cli­vage, de bas­cule pour refon­der la société, ce qu’il s’agit d’abo­lir radi­ca­le­ment, ce qui nous assas­sine tous dans le sys­tème actuel, c’est le règne des pro­fits moné­tai­res. C’est à par­tir de cette dic­ta­ture de la ren­ta­bi­lité finan­cière, à par­tir de cette logi­que moné­taire et de cette vio­lence ano­nyme action­na­riale pré­sen­tée comme la seule “réa­lité pos­si­ble”, si ce n’est la fin de l’his­toire !!, que nous som­mes som­més de nous assu­jet­tir aux con­sé­quen­ces dra­ma­ti­ques qui en décou­lent, pour la vie elle-même, et dans la vie de tous et de cha­cun. Il est urgent de chan­ger de cadre. Il est urgent de repren­dre les ques­tions à la base.
Que vou­lons-nous vivre ? Quels besoins vou­lons-nous satis­faire ? Com­ment nous répar­tis­sons-nous les tâches et com­ment par­ta­geons nous les biens et les pro­duits ? Com­ment nous garan­tis­sons-nous mutuel­le­ment les moyens de vivre dans le bien-être et la bonne humeur, et de trans­met­tre à nos enfants et petits-enfants un monde où il puisse faire bon vivre ?
Com­ment repren­dre en mains les choix con­cer­nant notre des­tin com­mun, pou­voir qui est actuel­le­ment con­fis­qué par une caste diri­geante de pro­fes­sion­nels de la poli­ti­que et de la finance ?
L’abo­li­tion des pro­fits finan­ciers, c’est le remède radi­cal à tous nos maux.
Et l’abo­li­tion de ces pro­fits exige une orga­ni­sa­tion liber­taire de la société au plus près de la base et du local.

À mon avis, c’est cela qu’il s’agit de tra­vailler et de faire mûrir, une réflexion de fond sur l’éco­no­mie, et sur la démo­cra­tie. Et la réflexion sur la stra­té­gie gagnante pour arri­ver à nos objec­tifs.

Auto-orga­ni­sons-nous.
Et pré­pa­rons le 19 mars dans ce sens. Le 19 mars, et le 20, le 21, le 22, le 23….

Vive les Col­lec­tifs. Par­ta­geons le pou­voir entre citoyens de base égaux en droits, et déve­lop­pons de mul­ti­ples réseaux inno­vants.

Document(s) attaché(s) :

  1. no attachment



Rate this entry

0/5

  • Note: 0
  • Votes: 0
  • Higher: 0
  • Lower: 0

Gdalia Roulin

Author: Gdalia Roulin

Stay in touch with the latest news and subscribe to the RSS Feed about this category

Comments (3)

Régis ROQUETANIERE Régis ROQUETANIERE ·  14 March 2009, 15h10

C’est ça.
Nous orga­ni­ser par la base.
Assu­rer les con­ver­gen­ces.
Remet­tre en cause la caste poli­ti­que et les “auto­ri­tés” de toute obé­dience.
Pour quoi faire?
Pour sor­tir la tête haute du sys­tème qui s’effon­dre.
Pour ne pas remet­tre les clés de notre ave­nir à ceux qui, déja orga­ni­sés, pour­raient se trou­ver seuls en situa­tion de pren­dre la suite, sans autre pro­jet que de con­ti­nuer ce qu’ils ont tou­jours fait c’est à dire ce qui se fait aujourd’hui : la loi du plus fort, la domi­na­tion par l’argent, la course vers le vide, la vio­la­tion de la nature, l’embri­ga­de­ment idéo­lo­gi­que.
Choi­sis­sons l’espoir.
Il ne s’agit nul­le­ment d’orga­ni­ser un “nou­veau” rap­port de force c’est à dire de per­pé­tuer un cli­mat de guerre.
Ce dont il est ques­tion aujourd’hui c’est de nous par­ler.
C’est de res­pec­ter l’autre même s’il n’est pas du bon bord par ce qu’il est apte à écou­ter et capa­ble d’évo­luer.
Aller vers le pro­grès c’est à dire pas­ser outre les “savants” et les “sachants” pour pri­vil­lè­gier les rap­ports de fra­ter­nité et d’effi­ca­cité.
Et puisqu’il est ques­tion d’élec­tion et de l’élec­tion euro­péenne de juin pro­chain, fai­sons mieux que Gla­dia le pro­pose.
Entrons réso­lu­ment dans cette élec­tion.
Ni pour cau­tion­ner les poli­ti­ques de l’Europe tel­les que nous les con­nais­sons, ni pour obte­nir un man­dat sans pou­voir.
Entrons dans l’arêne d’une autre façon, en citoyen libre pour ouvrir de nou­vel­les pra­ti­ques démo­cra­ti­ques.
En cons­ti­tuant des lis­tes non pour pla­cer des copains, des pro­té­gés ou des pis­ton­nés.
Recueillont l’accord à can­di­da­ture d’un grand nom­bre citoyens et de citoyen­nes, grande région par grande région.
Il y en a sept ce qui faci­lite la tâche.
Par­mis ces volon­tai­res, tirons au sort, en toute trans­pa­rence, les can­di­da­tes et les can­di­dats de nos lis­tes, à parité bien sûr.
Don­nons leur un man­dat clair, fixons le temps de notre délé­ga­tion sur la base d’un con­trat de can­di­da­ture qui repren­dra les thè­mes sur les­quels nous som­mes fon­da­men­ta­le­ment d’accord.
Une dizaine de grands objec­tifs suf­fi­sent à créer une iden­tité com­mune et à sus­ci­ter un groupe neuf et libre.
Même si nous diver­geons ou nous hési­tons sur la hié­rar­chie des prio­ri­tés.
Fai­sons con­fiance à la démo­cra­tie, vrai­ment con­fiance, pour régler le moment venu les dif­fé­ren­ces qui ont besoin du temps pour être clai­re­ment expo­sées et tran­chées.
Par chance cette action d’enver­gure natio­nale, ce galop d’essai oppor­tun et indis­pen­sa­ble, cette répé­ti­tion gran­deur nature sont pos­si­bles sans réu­nir aucun moyen finan­cier préa­la­ble.
Nous pou­vons échap­per à la domi­na­tion qui a de tout temps per­verti le monde poli­ti­que : l’argent de celui qui paie et com­mande.
Il faut dépo­ser une liste dans cha­cune des sept gran­des cir­cons­crip­tions en res­pec­tant les règles pré­ci­sé­ment et scru­pu­leu­se­ment pour ne ris­quer aucune inva­li­da­tion.
Cons­ti­tuer un comité par cir­cons­crip­tion élec­to­rale.
Tirer au sort ses res­pon­sa­bles.
Gérer dans la plus totale trans­pa­rence cette cam­pa­gne, au plus près des citoyens, en leur deman­dant d’en assu­rer le con­trôle per­ma­nent.
Appel­ler à par­ti­ci­per, a s’enga­ger en toute liberté, non seu­le­ment les amis et les réseaux que nous con­nais­sons bien, mais aussi ceux que nous con­nais­sons moins, ceux qui ont pour objec­tif des inté­rêts que nous par­ta­geons même si nous abor­de­rions les solu­tions qu’ils envi­sa­gent autre­ment.
Ouvrons nous aux autres.
Uti­li­sons le peu d’espace que nous offre la loi pour miner de l’inté­rieur l’oppres­sion dont nous som­mes vic­ti­mes.
Maté­riel­le­ment, les pro­fes­sions de foi, les bul­le­tins de votes peu­vent être réa­li­sés et dis­tri­bués par Inter­net.
des dos­siers thé­ma­ti­ques peu­vent voir le jour ou nous être con­fiés par des per­son­nes ou des grou­pes que cette démar­che peut intér­res­ser.
Cà ne coûte pra­ti­que­ment rien.
Osons notre liberté main­te­nant, pas demain ou un jour pro­chain.
Tant qu’il en est encore temps.
Nous n’aurons par d’autres occa­sion de le faire avant lon­temps.
Peut-être même sera-t-il trop tard.
En agis­sant main­te­nant, il nous reste quel­ques semai­nes non pour créer la sur­prise, mais pour prou­ver que l’impli­ca­tion citoyenne, çà mar­che.

Régis ROQUE­TA­NIERE 14 03 2009

Geneviève Confort-Sabathé Geneviève Confort-Sabathé ·  14 March 2009, 16h03

Régis,

Tu par­les de ne pas créer “un nou­veau rap­port de force” mais de s’écou­ter, de se com­pren­dre, de s’aimer même, pour­quoi pas.
Peace and love, mon pote, je l’ai vécu ce mou­ve­ment, j’avais seize ans, c’était le bon temps, le temps des copains.
Ose­rai-je te dire que le temps des potes est fini, nous som­mes déjà entrés dans un rap­port de “for­ces”.
Si j’écris “for­ces” au plu­riel, c’est que les for­ces en pré­sence cor­res­pon­dent à la lutte des clas­ses. Pas moyen d’y échap­per, d’ailleurs, les “autres”, les méchants l’ont bien com­pris. Ils ten­tent de désa­mor­cer les colè­res par la cri­mi­na­li­sa­tion gran­dis­sante du mou­ve­ment social. Aujourd’hui, le sim­ple fait de n’être pas d’accord avec l’idéo­lo­gie domi­nante fait de toi un sub­ver­sif dan­ge­reux.
D’ailleurs, toi-même ne sem­ble pas vrai­ment sûr de ton coup quand tu décris “le peu d’espace que nous offre la loi”…
En ce qui me con­cerne, je compte bien écar­ter les murs en boy­cot­tant les élec­tions euro­péen­nes qui sont une mas­ca­rade ridi­cule et hon­teuse dans laquelle la démo­cra­tie n’a aucune place.
Ce boy­cott, il faut le ren­dre visi­ble, il faut l’argu­men­ter.
Ne perds pas ton temps à jouer sur l’échi­quier des autres, fabri­que ton aire de jeu.

Gdalia Gdalia ·  15 March 2009, 12h15

Bon­jour,

D’accord avec toi, Gene­viève.

Pour­tant, je trouve le mes­sage de Régis super inté­res­sant. Cela rejoint l’idée de créer nos pro­pres struc­tu­res, cel­les qui con­trô­le­raient le pou­voir pour qu’il reste à la base. Des struc­tu­res fon­ciè­re­ment dif­fé­ren­tes de cel­les du sys­tème actuel, avec leurs élus soi-disant repré­sen­ta­tifs.

Cepen­dant, Régis, je ne vois pas com­ment il serait pos­si­ble de fonc­tion­ner selon des prin­ci­pes auto-orga­ni­sa­tion­nels dans le cadre du sys­tème euro­péen tel qu’il fonc­tionne, et dans le cadre élec­to­ral tel qu’il s’impose à nous.

Com­ment fais-tu pour relier deux types de fonc­tion­ne­ment qui sont natu­rel­le­ment incom­pa­ti­bles ?

Le genre de mobi­li­sa­tion dont tu par­les peut-il s’ins­crire dans les lois exis­tan­tes ? Peux-tu nous expli­quer ?

N’y a-t-il pas plu­tôt néces­sité d’une rup­ture avec ce monde qui s’écroule, pour recons­truire sur des fon­da­tions sai­nes ?

Il ne s’agit pas d’abat­tre des per­son­nes, mais des empi­res cri­mi­nels, en inter­di­sant à ceux qui les por­tent de con­ti­nuer à nuire. Quand nous aurons imposé l’éga­lité des droits, nous pour­rons vivre en paix (l’exi­ger à l’échelle des grou­pes humains du moins. Dans les rela­tions per­son­nel­les ce sera tou­jours plus com­plexe).

Il me sem­ble que le mou­ve­ment des Col­lec­tifs se déve­lop­pe­rait plus libre­ment et avec dyna­misme à par­tir de la grève géné­rale illi­mi­tée, jusqu’à ce que nous ayons, tous ensem­ble, adopté de nou­vel­les règles du jeu et con­clu un nou­veau con­trat social, qu’à par­tir d’une fiè­vre élec­to­rale qui ne secoue plus grand monde, et qui pei­ne­rait for­cé­ment à trou­ver son sens.

Ami­ca­le­ment

Gda­lia

Add a comment This post's comments feed


You might also like

edito.gif

La bonne santé numérique

Ils y croient dur comme fer : c’est le numérique qui va nous sauver. A condition cependant d’y mettre le paquet ! La crise sanitaire qui a frappé nos sociétés au premier semestre 2020 leur a formidablement révélé que le numérique apporte toutes les réponses qu’ils n’avaient pas encore osé mettre en œuvre. Le grandiose laboratoire inattendu autorise désormais les rêves les plus fous. Ils en sont convaincus tous ces tenants de la Croissance sans freins, le salut de l’Humanité passe forcément par le tout-numérique.

Continue reading

edito.gif

De la révélation à l’amplification

C’est déjà un lieu commun : la triple crise – sanitaire, économique et sociale – que traverse la planète depuis le début de l’année 2020 a puissamment révélé l’ampleur des inégalités partout dans le monde.

Continue reading