Dernière mise à jour 21/09/2017

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Abstention : objectif 100%

abstention_premier_parti_de_france.jpgIl faudra bien que tôt ou tard les peuples d’Europe se rejoignent et se retrouvent. Ça ne pourra pas se réaliser en recyclant les recettes de l’économisme triomphant employées durant les deux siècles derniers… ce qui disqualifie à peu près tout le personnel politique actuel, les économistes, les philosophes et autres éditorialistes qui s’exhibent le plus actuellement.

Ce n’est pas François de Rugy et sa proposition de loi visant à rendre obligatoire la fréquentation des isoloirs les jours d’élection qui changera quoique ce soit aux indispensables et inéluctables retrouvailles citoyennes que nous appelons toutes et tous de nos voeux. Le plus impressionnant dans cette affaire, c’est que toute la classe politique est prête à soutenir l’initiative de cet apprenti dictateur repeint en vert. Au milieu de cette caste bouffie d’arrogance, nous trouvons aussi le Front National par la voix de Florian Philippot. Ce parti se présente comme anti-système mais on le voit bien encore ici, il l’est surtout avec la bouche et si peu dans les faits. Les mensonges et la traîtrise ne sont pas loin. [1]

Voyez comme la honte qui devrait les accabler ne les effleure même pas quand l’envie les prend d’infantiliser et de punir par l’amende 60% de l’électorat voire plus ![2]. C’est comme s’ils ne voyaient pas la maturité politique de cet abstentionnisme grandissant, un vote qui n’a de sens véritable que s’il devient rapidement unanime.

Car à la vérité, ils ne voient pas plus que notre planète est exsangue et que l’humanité s’épuise à excéder son droit de tirage des ressources, une humanité prise dans des rouages d’intransigeance implacables, une machinerie qui siphonne les matières premières, qui siphonne les cœurs et les cerveaux, qui veut et prend sans vergogne les choses et les corps chosifiés pour aussitôt en faire des centres de coûts ou de vulgaires déchets qu’on peut des fois recycler (*).

On ne pourra pas faire qu’un petit peu, on ne pourra pas faire qu’à moitié. Car le système, quant à lui, veut tout pour lui même, de plus en plus tout, tout le reste et de plus en plus vite. Et pour y parvenir, ce nouveau totalitarisme attend désormais son heure pour sacrifier sur l’hôtel de l’autoritarisme toutes les libertés acquises aussi bien que celles qu’il scande encore - libéralisme effréné oblige ! - pour que nous lui consentions, pour que nous lui concédions, pour que nous l’aidions aux sacrifices des forces vitales dans un monde qu’il aura façonné dans le fer de toutes les divisions.

« Aujourd’hui le candidat s’incline devant vous, peut-être trop bas - disait Élisée Reclus (1830-1905) - demain il se redressera et peut-être trop haut. Il mendiait les votes, il vous donnera des ordres. »[3]

Nous y voilà !

Il faut comprendre que nous ne pourrons pas nous retrouver, nous tous les gens du peuple, sans exception, sous cette bannière étoilée de vieilles promesses, de récupérations habiles, d’écologie mal digérée, et bientôt de coups de menton et de bruits de bottes prêtes à chausser douloureusement nos pieds asservis.

L’histoire nous enseigne que de ces belles promesses faites de yeux bleus et de chevelures blondes flottantes aux vents sous des drapeaux d’occasion et opportunistes, on ne pourra rien tirer de bon. Autant de masques hautains et méprisants qu’il faut mettre à bas avant que les promesses séduisantes et miraculeuses se transforment en peine, tristesse, douleur et grandes souffrances.

On ne pourra pas faire un petit peu, on ne pourra pas faire à moitié. L’alternative aux discours inconscients, c’est d’affronter le système, rien que le système, tout le système et jusqu’au bout. L’occasion se présente à chaque scrutin d’y mettre un terme. Il faut s’en saisir.

N’abdiquons pas notre désir d’autonomie, nos volontés, nos voix, nos solidarités. Ne remettons plus nos destinées à des carriéristes incapables d’autre chose que la chasse du 0,1% de cette croissance diabolique, nous collent les chaînes de la dette pour mieux nous transformer en producteurs-consommateurs 7 jours sur 7, 365 jours par an… et en votateur-e-s une fois l’an.

Il nous faudra bien faire front et nous ferons face quoiqu’il arrive bien sûr, c’est obligé. C’est ce qu’attendent de nous nos enfants.

Faisons échec au système. Inventons le coup d’État citoyen dans la passion de la paix, la joie et la bonne humeur.

Jusqu’à ce nouvel ordre que nous aurons nous même construit et décidé, votons ABSTENTION !

abstention_premier_parti_de_france.jpg

(*) l’employabilité, l’économie circulaire du recyclage de l’humain




Document(s) attaché(s) :


Évaluer ce billet

5/5

  • Note : 5
  • Votes : 63
  • Plus haute : 5
  • Plus basse : 5

Éric Jousse

Auteur: Éric Jousse

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (4)

Le dindon de la farce Le dindon de la farce ·  01 avril 2015, 15h06

“Poussée” du FN : 32 ans déjà !

Suri4 Suri4 ·  01 avril 2015, 15h10

Seul un sursaut peut nous sauver, mais il ne viendra pas des forces politiques organisées. Comme toujours dans notre pays, il montera de la France du bas, du tréfonds du peuple. Loin de la résignation et du renoncement, il a déjà engagé la transition culturelle, sociale, écologique. Partout, en France et en Europe, des milliers d’initiatives foisonnent où les gens prennent leurs affaires en main, s’organisent, se mutualisent, s’entraident, loin de nos débats politiques stériles. C’est sur cette France-là, comme sur celle qui souffre, abandonnée aux marges de la République, que l’écologie politique et les forces émancipatrices doivent se concentrer. L’heure est à la fédération des énergies autour d’un autre mode de vie et de développement.
Derrière cette lente décomposition se profile la sortie inéluctable du vieux modèle, basé sur une croissance qui ne reviendra pas. Les Trente Glorieuses, c’est fini. - Après les départementales, le sursaut ou la fragmentation

Le dindon de la farce Le dindon de la farce ·  06 avril 2015, 01h07

Manipulez-nous mieux (Didier Super)

AUSSEUR Robert AUSSEUR Robert ·  22 décembre 2016, 00h41

Pourquoi accepter que la France d’en bas représente 55 % de la population ? Les mécanismes utilisés par les droites , y compris PS ? qui se sont succédés (es) aux pouvoir , les partenaires sociaux y compris , faces aux grèves surtout ouvrières : n’ont négociés et signés , que des accords salariaux ne comportant que des majorations de salaire calculées et distribuées en % ……….Pourquoi le maire PS de la ville de Lyon , il y a environ 6 ans , a-il organisé une grande fiesta locale  ?
…….Pour fêter le centième anniversaire d’un groupe HLM , construits dans la ville qu’il administre ? Si l’on sait qu’il faut une quinzaine d’années d’encaissements des loyers pour les amortir …..Que sont devenu les loyers encaissés après amortissement ! = Pourquoi comptons nous autant de citoyennes , enfants et de citoyens jettés à la rue ? Il serait bien nécessaire de bien lire les rapports annuels (pour celles et ceux qui les reçoivent encore = Tu pourrais y voir combien , chaque années des fonds sont “transférés de l’ARRCO aux profits de l’AGIRC , et de l’ARRCO à l’ AGFF ………Et bien d’autres atteintes portées au monde ouvrier , en plus des injustices des comparaisons des évolutions de revenus des différentes classes sociales dans notre beau pays  : Oui ! Je soutien la candidature de JL Mélenchon

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet


À voir également

besancenot_bove_melenchon-stlazare_mai_2005.jpg

Au nom du 29 mai 2005

À défaut de quorum, à défaut de proportionnelle, tout le monde a fini par comprendre que l’abstention était bien une des modalités pleine et entière du vote pour laquelle, elle aussi, nos anciens avaient « versé le sang ». Poussé-e-s dans nos retranchements réflexifs, il aura fallu entrer dans la phase terminale du présent régime pour la concevoir comme la manière la plus efficace de rendre compte de la situation politique délétère dans laquelle nous nous trouvions. La plus efficace et la plus pacifique.

Lire la suite

vote-abstention.jpg

Pour pouvoir s'abstenir, il faut s'inscrire !

On l’a dit maintes fois déjà ici et ailleurs, comme tout autre vote qu’il soit nul, blanc ou pas, l’abstention est un droit !  Certains conservateurs antilbéraux, ordolibéraux ou protofascistes, comme jadis l’Abbé Seyes le théorisait, voudraient en faire une obligation sous peine d’amende. Ce serait une régression majeure dans le cheminement vers cette démocratie toujours en projet et sans cesse menacée. Pour autant, faut-il ne pas apparaitre ou disparaître aussi des listes électorales ? Voir !

Lire la suite