Last site update 18/11/2019

To content | To menu | To search

Retour du Contre-Grenelle 2

Ce samedi 2 mai, il fai­sait beau à Lyon. Nous étions quel­ques-uns à nous y être retrou­vés pour par­ti­ci­per au Con­tre-Gre­nel­le2. Nous y avions le choix entre assis­ter aux inter­ven­tions à l’inté­rieur d’une salle bien rem­plie ou, à l’exté­rieur et sous les arches accueillan­tes et ombra­gées de la cour inté­rieure de la Mai­rie du 6ème arron­dis­se­ment, infor­mer de notre cam­pa­gne Europe-décrois­sance.

Cela fait 10 jours que ce Con­tre-Gre­nelle 2 s’est passé et je n’en garde en fait guère de sou­ve­nirs mar­quants. Même la relec­ture des notes pri­ses ce jour n’arri­vent pas à pro­vo­quer en moi beau­coup plus d’enthou­siasme.

Bien sûr je devrais me réjouir de voir que tou­tes ces orga­ni­sa­tions - LCR devenu NPA, Mélen­chon devenu Parti de Gau­che, PC resté le PC - qui étaient ensem­ble pour le non au pro­jet de cons­ti­tu­tion peu­vent se retrou­ver aujourd’hui ensem­ble autour de l’anti-capi­ta­lisme et de l’anti-pro­duc­ti­visme. Et je m’en réjouis.

Bien sûr, si je réé­coute ou relis tou­tes les inter­ven­tions (http://www.con­tre-gre­nelle.org/), il y a de quoi être vrai­ment satis­fait ; l’ouver­ture par Paul Ariès était pleine d’allant et com­ment bou­der son plai­sir t’enten­dre dénon­cer une nou­velle fois l’éco-tar­tuf­fe­rie… du capi­ta­lisme vert.

Mais, il me reste comme un goût d’insa­tis­fac­tion ; pour­quoi ? Parce que je ne suis pas sûr que l’anti-pro­duc­ti­visme soit le déno­mi­na­teur com­mun suf­fi­sant pour lan­cer une véri­ta­ble dyna­mi­que de résis­tan­ces et d’alter­na­ti­ves.

En effet, après ce Con­tre-Gre­nel­le2, l’una­mité de façade du samedi soir s’est quel­que peu fen­dillée dans des débats-inter­net au fond peut-être plus féconds que de sim­ples désac­cords entre “égos”.

D’une part, un “réa­jus­te­ment” côté Parti de Gau­che, effec­tué par Corinne Morel Dar­leux : on peut lire sur son blog sa let­tre à Paul Ariès et la réponse de celui-ci.

Mais aussi un échange entre tou­jours Paul Ariès et Raoul-Marc Jen­nar suite à l’entre­tien dans Libé­ra­tion.

Me sem­blent plus inté­res­sants l’inter­ven­tion de Phi­lippe Cor­cuff et la réponse d’Hervé Kempf sur son blog.

Même si l’argu­ment de Phi­lippe Cor­cuff n’est pas aussi symé­tri­que qu’il le pré­sente : car si l’anti-pro­duc­ti­visme ne peut pas ne pas être anti-capi­ta­liste, la réci­pro­que n’est pas his­to­ri­que­ment une évi­dence (un anti-capi­ta­lisme peut être pro­duc­ti­viste).

Ma décep­tion de fond vient peut-être du fait que ce Con­tre-Gre­nel­le2 en pous­sant en avant ainsi l’anti-pro­duc­ti­visme ris­quait de met­tre de côté la décrois­sance ; une décrois­sance comme “nou­veau para­digme” :c’est-à-dire pas seu­le­ment une façon de repen­ser ensem­ble les ques­tions du rouge et du vert mais aussi une cri­ti­que radi­cale des façons de faire de la poli­ti­que.

Sur le fond, non seu­le­ment la crise n’est pas seu­le­ment éco­lo­gi­que, sociale, éco­no­mi­que mais elle est aussi anthro­po­lo­gi­que et démo­cra­ti­que : c’est aussi une crise du sens et de ce que c’est que “faire de la poli­ti­que”. Et puis, quand bien même il n’y aurait pas cette crise, cette crise du capi­ta­lisme, il me sem­ble que la cri­ti­que devrait res­ter la même : ce n’est pas le capi­ta­lisme et le pro­duc­ti­visme en crise qu’il faut reje­ter, c’est le capi­ta­lisme et le pro­duc­ti­visme tout court.

Bien entendu, il est réjouis­sant d’enten­dre le NPA, le PG et le PC défen­dre l’anti-pro­duc­ti­visme : mais si c’est seu­le­ment pour rajou­ter une carte sup­plé­men­taire à leur argu­men­taire de cam­pa­gne euro­péenne, alors ils ne sont pas dans le chan­ge­ment radi­cal du “faire de la poli­ti­que”.

Bref, je pré­fère net­te­ment l’anti-pro­duc­ti­visme de Paul Ariès à l’anti-pro­duc­ti­visme du NPA et du Front de Gau­che : celui-ci me sem­ble plus radi­cal parce que plus cohé­rent.

Mais, en plus de cet écart entre l’anti-pro­duc­ti­visme des uns et celui de Paul Ariès, s’ajoute un autre écart, qui doit aussi être la source de mon sen­ti­ment mitigé sur ce Con­tre-Gre­nelle 2 : l’écart entre le Paul Ariès poli­to­lo­gue - auquel j’adhère pres­que tou­jours, celui du dis­cours d’intro­duc­tion - et le Paul Ariès poli­ti­que - celui du dis­cours de clô­ture - qui sus­cite selon moi beau­coup plus de réser­ves : cer­tai­ne­ment de la décep­tion sur son refus de choi­sir de se pro­non­cer clai­re­ment pour la liste Europe-Décrois­sance, alors qu’elle est quand même née de son appel avec Vin­cent Che­ney, Vin­cent Lie­gey et Rémy Car­di­nale.

Je ne crois pas que la décrois­sance ait beau­coup à gagner à se con­ten­ter de sau­pou­drer les pro­gram­mes élec­to­raux de la gau­che de la gau­che. Je pré­fère une démar­che plus ris­quée mais plus auto­nome.

Peut-être suis-je trop exi­geant et devrais-je me satis­faire que l’anti-pro­duc­ti­visme fasse son entrée dans les dis­cours de la gau­che ? Mais tant qu’à faire et puis­que je n’ai plus beau­coup d’illu­sions sur la pos­si­bi­lité élec­to­ra­liste de faire chan­ger les cho­ses alors autant pré­fé­rer une décrois­sance qui ait l’ambi­tion de ne pou­voir se réa­li­ser que dans une “société de “décrois­sance” ; bref un chan­ge­ment de société.

Michel Lepe­sant


Document(s) attaché(s) :

  1. no attachment



Rate this entry

4.5/5

  • Note: 4.5
  • Votes: 2
  • Higher: 5
  • Lower: 4

Michel Lepesant

Author: Michel Lepesant

Stay in touch with the latest news and subscribe to the RSS Feed about this category

Comments (1)

PrNICO@aol.com PrNICO@aol.com ·  14 May 2009, 16h45

Il y a une dif­fé­rence entre une lutte pour des idées, des con­vic­tions ( Paul ARIES) et une récu­pé­ra­tion
bien­ve­nue plus ou moins publi­ci­taire pour faire bien dans les ins­tan­ces de con­cer­ta­tions.

Je suis resté ébahi devant la pres­ta­tion “anti con­sum­mé­riste” de tous les “pon­tifs” du Con­tre gre­nel­le2……S’ils avaient les uns les autres la même appro­che , il serait logi­que qu’ils se retrou­vent sur UNE LISTE UNI­TAIRE pour les Elec­tions !

Est-ce le cas ?

NON ……! DONC ……..à vous de con­clure

Pierre NICO­LAS ( PrNI­CO@aol.com)
Les Ber­thouins
26400 DIVA­JEU
Tél 04 75 40 64 75

Add a comment This post's comments feed


You might also like

edito.gif

Le point de "non retour"

Sauver le climat ou sauver le système, il faut choisir.

Continue reading

edito.gif

Quand Carlos se gavait !

Le débat ouvert par le mouvement des Gilets Jaunes a de saines vertus. Nous ne parlons pas ici du « grand débat », diversion qui ne trompe que les naïfs patentés, mais du débat intelligent et intelligible auquel participent tous les observateurs honnêtes qui voient dans ledit mouvement la nécessaire occasion de mettre à nu les terribles tensions à l’œuvre dans notre société.

Continue reading