Last site update 22/10/2020

To content | To menu | To search

Dans le mur... par Bernard Langlois

Extrait du “Bloc-notes” de Ber­nard Lan­glois tiré de Poli­tis n°1021 (semaine 9/15 octo­bre 2008), Réces­sion - Les amé­ri­cains face à la crise.

DANS LE MUR

Et voilà ! On ne peut pas vous lais­ser cinq minu­tes. À peine le dos tourné, le monde part à vau-l’eau ! Que dire devant cette crise qui secoue la pla­nète, qu’on n’ait déjà seriné cent fois ? Depuis le temps que, comme pas mal d’autres, je joue les Cas­san­dre ! Aller dans le mur en klaxon­nant, c’est la mar­que de l’épo­que. Et de voir nos Impor­tants se débat­tre comme des mou­ches dans une tasse de lait serait un spec­ta­cle des plus réjouis­sants si on ne savait que ce seront, hélas, les petits et les plus fai­bles d’entre nous qui feront les frais de l’effon­dre­ment.

Oh, les beaux retour­ne­ments de ces ves­tes libé­ra­les four­rées au vison ! Ah, que de con­ver­sions subi­tes à un néces­saire enca­dre­ment des mar­chés, que d’exhor­ta­tions vibran­tes à une “mora­li­sa­tion” du capi­ta­lisme, que de con­dam­na­tions ver­tueu­ses des débor­de­ments en tous gen­res des pro­fi­teurs de tout poil ! À croire, parole, qu’ils se sont tous ins­crits à Attac. Sarko vibrionne comme jamais, limite gau­chiste, et tente de faire croire qu’il a toute l’Europe à sa pogne - alors qu’il est clair que cha­que capi­tale joue perso, comme d’hab’. Madame de Grand Air, notre minis­tre de l’Éco­no­mie, invente le con­cept inno­vant de “crois­sance néga­tive” (ça doit être un truc qu’on vend chez Fau­chon). Mais celle qui m’amuse le plus, dont cha­que appa­ri­tion à la télé me réjouit, c’est la patronne. La patronne des patrons. La p’tite futée du Medef. Alice Pari­sot au pays des mer­veilles patro­na­les : ses grands yeux écar­quillés, elle n’en finit pas de décou­vrir des mon­des immer­gés dont elle ne soup­çon­nait même pas l’exis­tence ; des cais­ses noi­res impro­ba­bles, des stock-options miri­fi­ques, des gros chè­ques de bien­ve­nue (hello !) pour les nou­veaux arri­vés, des para­chu­tes en or et des retrai­tes-cha­peau pour les déjà par­tis, faillite faite… On lui dit rien, on lui cache tout ! Mais c’est que ça ne va pas se pas­ser comme ça ! Vous allez voir ce que vous allez voir, atten­dez seu­le­ment que je réu­nisse mon Comité d’éthi­que !

Éthi­que et patro­nat, cher­chez l’erreur ! Et l’on ose en appe­ler à l’union natio­nale ? Vous rigo­lez, ou quoi ? Ren­dez d’abord l’oseille, mes goin­fres, on pourra peut-être cau­ser, après‚…

SOU­COU­PES

Au vrai (et vous recon­naî­trez là mon opti­misme légen­daire), je ne crois pas à une sor­tie de crise. Au con­traire. La situa­tion est sans doute plus grave qu’en 1929, où la société indus­trielle et mar­chande n’avait pas encore usé jusqu’à la corde les res­sour­ces natu­rel­les de la pla­nète, où le sac­cage de l’envi­ron­ne­ment était loin d’être aussi avancé qu’aujourd’hui, où l’explo­sion démo­gra­phi­que était encore à venir, où le réchauf­fe­ment cli­ma­ti­que n’était pas même envi­sagé ; et où Claude Allè­gre, Jean-Marc Syl­ves­tre et Phi­lippe Val n’étaient pas nés (non, là, je galèje ! Eux ne sont point des fléaux, seu­le­ment de ces bouf­fons que le Bon Dieu a pla­cés là pour nous con­so­ler de nos mal­heurs et nous déri­der les zygo­ma­ti­ques…). Ce que je veux dire, c’est que le plus pro­ba­ble est que les cri­ses s’empi­lent comme au bis­trot les sou­cou­pes devant le pilier de comp­toir : d’abord la sou­coupe finance, puis la sou­coupe éco­no­mie, puis la sou­coupe pénu­rie des matiè­res pre­miè­res, puis la sou­coupe catas­tro­phes natu­rel­les, puis la sou­coupe immi­gra­tion mas­sive, puis…Voyez où je veux (je redoute) d’en venir ? Vous en con­nais­sez beau­coup, dans l’His­toire, des cri­ses majeu­res comme celle qui se pro­file qui se soient réglées autre­ment que par la guerre ?

Où il est temps de rap­pe­ler la célè­bre phrase d’Ein­stein (ou à lui attri­buée) : “Je ne sais pas com­ment se fera la troi­sième guerre mon­diale, mais la qua­trième se réglera à coups de pier­res.”

Taillées, les pier­res ?

B. L.



Document(s) attaché(s) :

  1. no attachment



Rate this entry

0/5

  • Note: 0
  • Votes: 0
  • Higher: 0
  • Lower: 0

Netoyens.info

Author: Netoyens.info

Stay in touch with the latest news and subscribe to the RSS Feed about this category

Comments (0)

Comments are closed



You might also like

edito.gif

La bonne santé numérique

Ils y croient dur comme fer : c’est le numérique qui va nous sauver. A condition cependant d’y mettre le paquet ! La crise sanitaire qui a frappé nos sociétés au premier semestre 2020 leur a formidablement révélé que le numérique apporte toutes les réponses qu’ils n’avaient pas encore osé mettre en œuvre. Le grandiose laboratoire inattendu autorise désormais les rêves les plus fous. Ils en sont convaincus tous ces tenants de la Croissance sans freins, le salut de l’Humanité passe forcément par le tout-numérique.

Continue reading

edito.gif

De la révélation à l’amplification

C’est déjà un lieu commun : la triple crise – sanitaire, économique et sociale – que traverse la planète depuis le début de l’année 2020 a puissamment révélé l’ampleur des inégalités partout dans le monde.

Continue reading