Dernière mise à jour 25/09/2017

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Violences sexistes : abus de pouvoir

Vio­lence, corps meur­tri
Tout de bleus vêtu
Sa ven­geance a tout pris
Salie de son mépris
La con­fiance s’est tue.

En vain recher­cher l’oubli
Ne plus exis­ter, s’étein­dre
Se cacher, s’aveu­gler
S’iso­ler pour ne pas fein­dre
Dépouillée d’iden­tité.
Souf­france aux airs d’indif­fé­rence
Rem­part de méfiance
S’inter­dire de plaire
Pour ne plus s’émou­voir
Ne lais­ser que l’amer
Fan­tôme illu­soire
Tenir au loin l’homme
Sus­cep­ti­ble de réveiller
Dans sa pri­son la femme
Aux désirs effa­cés.
(…)    
(poème de femme)

Cette femme un jour s’est tue ; clouée au sol, recro­que­villée, ses bras, seuls comme déri­soi­res rem­parts.
A une main de sa tête, une table l’écla­bousse de ses mor­ceaux, der­niè­res échar­des recou­vrant tel lin­ceul l’être déshu­ma­ni­sée.
Déshu­ma­ni­sée, non humaine, ani­male, chose ; objet, jouet brisé ; tas informe, désar­ti­cu­lée, san­gui­no­lente ; per­sonne, rien…
Ce n’est que des années après qu’elle a retrouvé la parole. 

Une femme sur dix de 20 à 59 ans a subi des vio­len­ces de la part de son com­pa­gnon.
Une femme en meurt tous les deux jours en France.
Ici, main­te­nant, en France : hors ménage
260000 fem­mes vic­ti­mes de vio­len­ces sexuel­les dont 130000 ont été vio­lées.


Les vio­len­ces con­ju­ga­les ont causé en 2007 la mort de 166 fem­mes en France, soit près d’une vic­time tous les deux jours. En 2005 ou 2006, en France, 65 000 fem­mes et fillet­tes ont été muti­lées ou mena­cées de l’être, et 410 000 fem­mes ont déclaré avoir été vic­ti­mes de vio­len­ces de la part d’un con­joint ou d’un ex-con­joint. Hors ménage, ce sont 260 000 fem­mes qui ont été vic­ti­mes de vio­len­ces sexuel­les en 2005 ou 2006, dont 130 000 d’un viol, chif­fre extrait d’un rap­port de l’Obser­va­toire natio­nal de la délin­quance (OND).

Pou­voir, car il s’agit bien de pou­voir, du pou­voir qu’une per­sonne veut pren­dre sur une autre, du déni de l’autre devant se con­for­mer à ses désirs, volon­tés, fan­tas­mes ; du pou­voir de domi­ner, de sou­met­tre pour mieux s’appro­prier.
C’est le ” droit du plus fort” droit qu’exer­cent majo­ri­tai­re­ment les hom­mes sur les fem­mes, leur refu­sant le droit d’exis­ter par elles-mêmes, d’être libres même aiman­tes, d’être auto­no­mes, majeu­res et res­pon­sa­bles de leurs choix, de leur vie, d’être tout sim­ple­ment humai­nes.

Com­ment se con­si­dé­rer comme humaine quand un autre a droit de vie et de mort sur vous, quand l’autre décide à votre place de vos acti­vi­tés, de vos ren­con­tres, de vos ami­tiés, de votre emploi du temps ; quand déro­ger à sa règle, une règle du moment pul­sion­nelle, arbi­traire, injuste qui vous atteint le plus sou­vent par sur­prise, fait peser sur vous la peur des insul­tes, des humi­lia­tions, des coups, du viol, de la mort.

Com­ment se con­si­dé­rer comme humaine quand les hom­mes qui vivent à nos côtés ne nous con­çoi­vent pas ainsi, on n’inflige pas de tels trai­te­ments à son égale, on ne s’empare pas, par la force de sa liberté la pla­çant dans la posi­tion de l’esclave sur laquelle le ” maî­tre ” a tous les droits, où nous ne som­mes rien d’autre que sa pro­priété, où nous ne nous appar­te­nons même plus à nous même.

Com­ment se con­si­dé­rer comme humaine au sein d’une société prô­nant l’assou­vis­se­ment immé­diat et à tout prix des désirs, de tous les désirs. Une société qui induit, tolère, favo­rise ces vio­len­ces sexis­tes, cette néga­tion de notre huma­nité. Quand notre corps est exposé, pla­cardé, comme n’importe quel objet con­som­ma­ble, ache­ta­ble, pre­na­ble. Tou­tes som­mes avant tout cou­pa­bles d’être femme ; que nous soyons voi­lées ou en mini jupe n’y change rien ; nous som­mes tou­jours ren­voyées à la con­di­tion d’objet de désir avant d’être con­si­dé­rées comme humai­nes, éga­les et libres.

Nous som­mes tou­tes des Chah­ra­zad, mais nous som­mes AUSSI tou­tes des Cathe­rine, des Anne, des Marie… Cel­les d’entre nous qui y ont laissé leur huma­nité, leur vie le savent bien, comme leurs bour­reaux, elles ne vivaient pas tou­tes dans de ” mau­vais ” quar­tiers, ne subis­saient pas tou­tes le joug d’une reli­gion ou d’une autre, n’étaient pas tou­tes pau­vres ni peu ins­trui­tes, n’étaient pas tou­tes issues d’un ” ailleurs ” déni­gré par igno­rance.

Ces­sons de tou­jours ren­voyer cette hor­reur à ceux dési­gnés d’office comme pire encore, pour mieux fer­mer les yeux sur nos tabous, nos “trous noirs ” ina­voua­bles.

NON ! Tou­tes les fem­mes, indif­fé­rem­ment de leur milieu de vie, de leur cul­ture, de leur tra­vail, de leur niveau d’ins­truc­tion, de leur auto­no­mie… sont expo­sées, ici, main­te­nant, en France… non-humai­nes parmi les (in?)humains.
    
Ni géné­ti­que, ni mala­die men­tale, ni décou­lant d’une  soi-disant ” loi natu­relle ” c’est toute notre société : Pou­voir social, moral et poli­ti­que, reli­gions, tra­di­tions,  édu­ca­tion, répar­ti­tion des tâches, con­som­ma­tion… qui porte la res­pon­sa­bi­lité de ce sexisme. Il n’est pas accep­ta­ble que les fem­mes se sen­tent mena­cées en per­ma­nence juste pour ce qu’elles sont : des fem­mes.

PS : l’agres­seur de Chah­ra­zad a été con­damné à 20 ans de pri­son, c’est jus­tice mais et tous les autres ? 


Creative Commons License
vio­len­ces-sexis­tes by Anne Flam­bard est mis à dis­po­si­tion selon les ter­mes de la licence Crea­tive Com­mons Pater­nité-Pas d’Uti­li­sa­tion Com­mer­ciale-Par­tage des Con­di­tions Ini­tia­les à l’Iden­ti­que 2.0 France.

Document(s) attaché(s) :

  1. no attachment



Évaluer ce billet

5/5

  • Note : 5
  • Votes : 1
  • Plus haute : 5
  • Plus basse : 5

Anne Flambard

Auteur: Anne Flambard

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (7)

Le Père Peinard Le Père Peinard ·  11 mars 2009, 16h53

Jean Claude Rou­lin me fait sui­vre ce magni­fi­que texte
dans un mail adressé ” A tou­tes les fem­mes et à leurs com­pa­gnons” !
Je cor­rige : ” et à tou­tes leurs com­pa­gnes…”
Et je le dépose dans mon blog sur le site col­lec­tif invi­si­ble.
Merci.
Cor­dia­le­ment
Chris­tian de Sète

Gdalia Gdalia ·  11 mars 2009, 20h06

Oui, il est beau, ce texte, et ce poème.

Je dis sou­vent que la cause des fem­mes devrait être réso­lue, comme celle de tou­tes les mino­ri­tés oppri­mées, lors­que nous vivrons dans un monde où la soli­da­rité sera la règle et non plus l’exploi­ta­tion et la domi­na­tion. Seu­le­ment, le pas­sage en force se pra­ti­que cou­ram­ment dans notre société, et l’exem­ple de ce type de com­por­te­ment bra­va­che et m’as-tu-vu vient du som­met de la pyra­mide hié­rar­chi­que.

Comme j’ai aimé la réflexion d’un cama­rade et ami, hier soir, qui me con­fiait qu’il aimait vivre avec sa com­pa­gne dans la con­fiance et l’har­mo­nie, sans aucune rela­tion péni­ble de riva­lité ou de con­cur­rence. Il avait eu le bon­heur d’avoir été élevé ainsi. Je n’en dirais pas autant, mais ce que je peux aimer, moi aussi, vivre ainsi main­te­nant !

Ami­ca­le­ment,

Gda­lia

Cath Cath ·  17 mars 2009, 21h27

Un texte magni­fi­que pour une vérité aussi laide.
Merci Anne.

Le Père Peinard Le Père Peinard ·  18 mars 2009, 18h24

Réponse à gda­lia :
Atten­tion, les fem­mes ne sont pas une mino­rité, mais bel et bien une Majo­rité
dont la majo­rité est oppri­mée !
En France, elles sont deux mil­lions de plus que d’hom­mes.
En véri­ta­ble démo­cra­tie, elles auraient le pou­voir…
Atten­tion, on compte parmi elles quel­ques oppri­meu­ses.
MAM par exem­ple, est un homme d’état comme les autres.

La suite sur :
http://col­lec­ti­fin­vi­si­ble.free.fr

Gdalia Gdalia ·  20 mars 2009, 11h15

Bon­jour Chris­tian,

Tu as bien rai­son. En fait, qua­li­fier les fem­mes de mino­rité n’est qu’un lap­sus révé­la­teur. Dans notre société, toute en trompe l’œil, où nous som­mes cen­sés être gou­ver­nés au nom de “majo­ri­tés”, les fem­mes por­tent, en tant que fem­mes, une espèce de reli­quat de sta­tut d’éter­nel­les mineu­res, ne serait-ce que lorsqu’on estime qu’elles ne méri­tent qu’un salaire “d’appoint” ! (Remar­que : tout en dénon­çant cette injus­tice, je tiens à rap­pe­ler que je “milite” avant tout pour l’abo­li­tion de tou­tes les iné­ga­li­tés de droits, et donc pour l’abo­li­tion du sala­riat).

Ce que je crois, c’est que lors­que, en vraie démo­cra­tie, les mino­ri­tés pour­ront s’expri­mer plei­ne­ment et être res­pec­tées, les fem­mes devraient elles aussi, au même titre que les autres caté­go­ries qui sont actuel­le­ment domi­nées, stig­ma­ti­sées et pré­ca­ri­sées, pou­voir occu­per leur place d’êtres humains mem­bres de la com­mu­nauté à part entière, selon l’équa­tion éga­li­taire et liber­taire :

Une per­sonne = Une voix.

que je ne me lasse pas de rap­pe­ler, tant elle est pri­mor­diale.

Je suis par­fai­te­ment d’accord, hélas, cer­tai­nes fem­mes valent bien cer­tains hom­mes qui, encore hélas, nous gou­ver­nent. On peut citer au tableau l’hor­ri­pi­lante M.A.M. ou la trop célè­bre Mme That­cher, mais, trois fois hélas, on peut citer aussi des ci-devant peti­tes capo­ra­les qui n’ont pas grand chose à leur envier au plan humain de l’igno­mi­nie plus ou moins sadi­que.

C’est bien pour­quoi d’ailleurs, tout en étant indi­gnée des injus­ti­ces impo­sées par la loi du plus fort, je n’ai jamais adhéré à un mou­ve­ment uni­que­ment fémi­niste, d’autant que je crois qu’une véri­ta­ble libé­ra­tion des fem­mes devrait aussi libé­rer les hom­mes soli­dai­re­ment.

Ami­ca­le­ment

Gda­lia

Dutron Dutron ·  09 avril 2009, 01h40

Mao a écrit (Petit Livre Rouge…je crois) “La femme porte la moi­tié du ciel”

Mais les faits ont mon­tré qu’il n’y croyait pas.

Encore aujourd’hui, le “Polit­buro” du PCC, c’est neuf per­son­nes …NEUF HOM­MES

Netoyens Netoyens ·  12 mai 2016, 09h00

Hotline juridique pour les victimes de violences sexuelles et sexistes de la part d’hommes politiques

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet


À voir également

edito.gif

Sale temps pour les mégalos

Un vent mauvais a commencé de souffler contre la folie des grandeurs des bétonneurs. Du même coup, le ciel semble s’éclaircir pour les opiniâtres adversaires des « grands Projets inutiles et imposés ». Certes, ces projets sont très nombreux et d’autres vont encore fleurir dans l’imagination des aménageurs restant désespérément accrochés aux dogmes du temps révolu de la Croissance sans f(re)in mais déjà plusieurs d’entre eux ont été ces derniers mois suspendus ou stoppés net dans leur construction publicitaire et médiatique, sans attendre donc la pose de la première pierre. Cela annonce-t-il de la part des « décideurs », avec un grand retard coupable, un début de remise en cause du schéma de pensée productiviste ? Une timide prise de conscience que le coût de la destruction des écosystèmes est désormais insupportable serait-elle en train d’émerger ? Hier arrogants, les promoteurs semblent perdre un peu de leur superbe sérénité.

Lire la suite

edito.gif

Big data et petits esprits

Disons-le tout net : nous vivons un hiatus monstrueux. Les milliards de micro-processeurs interconnectés et mus par des algorithmes toujours plus puissants nous permettent de connaître le monde dans ses moindres détails tandis que les hommes qui dirigent ce monde malade de déséquilibres économiques et sociaux grandissants ainsi que d’une crise écologique terrifiante continuent d’appliquer partout les recettes qui ont mené à ce désastreux échec. L’on ne cesse de nous vanter les prouesses à attendre du big data, de l’Internet des objets qui devraient demain résoudre tant de problèmes insolubles jusqu’ici. À en croire les plus optimistes, l’intelligence artificielle poussée à son comble va nous forger un monde quasiment parfait dans lequel tous les risques pesant sur les hommes seront désamorcés avant d’éclater ou de prendre trop d’ampleur.

Lire la suite