Dernière mise à jour 27/03/2017

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Volonté de non-puissance

J’étais technicien des infrastructures chargé justement de « synthétiser », de « coordonner » toutes les interventions des différents corps de métier, fils de paysan je ne connaissais pas en arrivant et j’ai appris à gérer aussi le lien quelquefois tendu entre « classes ».

Souvent en contact avec des techniciens du nucléaire, on apprend rapidement que ces énormes installations, nous ne les maîtrisons pas dans l’absolue, même en pratiquant une très coûteuse maintenance préventive ou curative, même sur du neuf on appelle cela déverminage etc. On dit souvent que « le zéro défaut n’existe pas » mais toujours sous forme de boutade sans en prendre réellement conscience.

Ces installations « vivent » et vieillissent. On sait aussi que pour faire une minute de travail dans une installation nucléaire, cela nécessite des heures et parfois des jours de préparation. Rien que cela aurait du mettre « la puce à l’oreille » de n’importe qui lorsqu’on lui parle de coût moindre de l’électricité nucléaire. Seules les personnes qui ont construit et vivent en permanence avec ces installations peuvent comprendre toute l’humilité que cela exige face à ce quelque chose qui les dépasse à un moment donné, comme un montagnard devant les éléments, pour rester en vie : le renoncement.

Nous devons arrêter ces installations, maintenant, proprement, ces installations que nous avons même appris à « aimer », parce que l’enjeu nous dépasse. Des tas d’indicateurs autour de nous ont dépassé le seuil d’alarme, ce n’est pas « en shuntant quelques capteurs » que l’on résoudra le problème.

L’orage menace, l’atmosphère devient électrique, quelques amorces ont commencé au bout du piolet, il est temps de redescendre, avant « d’entendre les abeilles », car il sera trop tard. La vie vaut mieux qu’un éclair. On doit bien regarder ce qui se passe au Japon, car en France et ailleurs les autorités seront aussi lamentables et la situation aussi désespérée, c’est pour cela aussi que l’arrêt du nucléaire doit être immédiat. C’est bien au delà de la propagande, au delà des mafias, des Rockfeller, des « neveux d’iG Farben » et de toutes les armées du monde.

Le 11 Mars 2012 une chaîne humaine s’étendait de Lyon à Avignon, c’est encore un moyen de faire prendre conscience, on a vu beaucoup de participants : http://www.chainehumaine.org. C’est un événement majeur qui avait déjà été initié dans les années 80 en Bretagne sur une plus courte distance. Parmi les initiateurs bretons des années 80 se trouve le même qui a initié une autre chaîne humaine permanente qui dure depuis 5 ans, depuis le 26 Avril 2007, devant l’OMS www.independentwho.org

Ce petit bonhomme et sa compagne en auront vu du chemin, comme quelques autres aux cheveux blancs, rares sont ceux qui n’ont jamais renoncé, jamais trahi. On peut dire qu’ils ont réussi loin de la barbarie, à vivre simplement, simplement vivre leurs idées et se battre en même temps en incarnant toujours cette “volonté de non-puissance”.

La mémoire restera mais il faut qu’ils voient cela; la conscience et l’honneur de Nesterenko répandus dans l’air de l’humanité, comme la radioactivité, pour la neutraliser. Alors Jamais l’homme n’aura de meilleur raison d’affirmer :

« Je ne suis rien ; nous sommes ».


par Le scribouillard - jyp0871@orange.fr - http://www.etyc.org/ - L’article complet


Document(s) attaché(s) :

  1. no attachment



Évaluer ce billet

5/5

  • Note : 5
  • Votes : 1
  • Plus haute : 5
  • Plus basse : 5

Le scribouillard

Auteur: Le scribouillard

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés



À voir également

nuclear-power-plant-stop.jpg

Retourner vivre à Fukushima ? Non merci !

La Maison de la culture du Japon à Paris organise du 21 juin au 8 juillet 2016 une exposition de photos de Jun Takai sur la vie du village de Suetsugi, situé à 27 km de la centrale nucléaire de Fukushima-Dai-Ichi. Elle est soutenue par l’IRSN (Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire, organisme public sous la tutelle de cinq ministères français) et la CIPR (Commission internationale de protection radiologique). par le Collectif pour un monde sans nucléaire 578

Lire la suite

contributions.jpg

Des groupes antinucléaires ont décidé de quitter le Réseau Sortir du Nucléaire

Le Réseau Sortir du nucléaire n’est plus l’outil dont a besoin le combat pour l’arrêt du nucléaire en France. Reconstruire une force antinucléaire au plus près des groupes et des luttes de terrain est désormais nécessaire. 256

Lire la suite