Dernière mise à jour 21/07/2017

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Naissance de la maladie moderne - 7

SOM­MAIRE :

  • Brève balade dans le cime tière des chiens
  • Inci­pit… tragœ­dia ? (où l’on voit que l’œuvre dépasse par fois le créa­teur)
  • De fini­bus

Brève balade dans le cime­tière des chiens

(inter­mezzo)

« Il entrait au théâ­tre à con­tre-cou­rant des gens qui sor­taient : Comme on lui en avait demandé la rai­son, il disait : ”Tout au long de ma vie, c’est ce que je m’efforce de faire.” » (Dio­gène Laërce, Vies et doc­tri­nes des phi­lo­so­phes illus­tres, VI, 64. - cha­pi­tre con­sa­cré à Dio­gène de Sinope et aux cyni­ques.)

« Dio­gène répé­tait à cor et à cri que la vie accor­dée aux hom­mes par les dieux est une vie facile, mais que cette faci­lité leur échappe, car ils recher­chent gâteaux de miel, par­fums et autres raf­fi­ne­ments du même genre. » (D.L., op. cit. VI. 44.)

« Pla­ton avait défini l’homme comme un ani­mal bipède sans plu­mes et la défi­ni­tion avait du suc­cès ; Dio­gène pluma un coq et l’amena à l’école de Pla­ton. ” Voilà, dit-il, l’homme de Pla­ton ! ” D’où l’ajout que fit Pla­ton à sa défi­ni­tion : ” et qui a des ongles plats ”. » (D.L., op. cit. VI, 40.)

*

« Il est anor­mal, disait Antis­thène, que du bon grain l’on sépare l’ivraie et qu’à la guerre on laisse de côté les bons à rien, mais que dans la vie poli­ti­que on n’écarte pas les scé­lé­rats. » (D.L., op. cit. VI, 6.)

« La vertu relève des actes, elle n’a besoin ni de longs dis­cours ni de con­nais­san­ces. »

« Le sage réglera sa vie de citoyen, non point selon les lois éta­blies, mais selon la loi de la vertu. » (Antis­thène in D.L., op. cit. VI, 11.)

« Prê­ter atten­tion à nos enne­mis, car ils sont les pre­miers à se ren­dre compte de nos erreurs. »

« À l’homme et à la femme appar­tient la même vertu. » (Antis­thène in D.L., op. cit. VI, 12.)

*

« Selon Dio­clès, c’est parce que son père qui tenait la ban­que publi­que avait fal­si­fié la mon­naie que Dio­gène s’exila. » (D.L., op. cit. VI, 20.) [1]

[Leçon que retien­dra le trans­mu­ta­teur de tou­tes les valeurs.]

« Au cours d’un repas, des gens lui lan­çaient des os comme à un chien ; lui, avec désin­vol­ture, leur pissa des­sus comme un chien. » (Dio­gène in D.L., op. cit. VI, 46.)

« Comme on lui deman­dait pour­quoi les gens font l’aumône aux men­diants et non aux phi­lo­so­phes, il répon­dit : ” Parce qu’ils crai­gnent de deve­nir un jour boi­teux et aveu­gles, jamais ils ne crai­gnent de deve­nir phi­lo­so­phes. ” » (Dio­gène in D.L., op. cit. VI, 56.)

« Comme on lui deman­dait si la mort est un mal il répon­dit : ” Com­ment pour­rait-elle être un mal, elle que nous ne sen­tons pas quand elle est là ? ” ». (Dio­gène in D.L., op. cit. VI, 68.) [où l’on retrouve le deuxième remède du tetra phar­ma­kon d’Épi­cure.]

« Tout comme les gens qui se sont accou­tu­més à une vie de plai­sir trou­vent déplai­sant de pas­ser au style de vie opposé, de même ceux qui se sont exer­cés au style de vie opposé, éprou­vent à mépri­ser les plai­sirs un plai­sir plus grand que ces plai­sirs eux-mêmes. Tel était le lan­gage que tenait Dio­gène et de toute évi­dence il y con­for­mait ses actes, fal­si­fiant réel­le­ment la mon­naie, n’accor­dant point du tout la même valeur aux pres­crip­tions de la loi qu’à cel­les de la nature, disant qu’il menait pré­ci­sé­ment le même genre de vie qu’Héra­clès, en met­tant la liberté au-des­sus de tout. » (Dio­gène in D.L., op. cit. VI, 71.) [voir éga­le­ment la filia­tion avec Épi­cure, mais aussi Aris­tippe de Cyrène.]

*

«  Il [Antis­thène] com­mença par écou­ter le rhé­teur Gor­gias. […] Plus tard, il entra en rela­tion avec Socrate et de son con­tact tira un tel pro­fit qu’il exhor­tait ses dis­ci­ples à deve­nir ses con­dis­ci­ples auprès de Socrate, dont il emprunta la fer­meté d’âme et imita l’impas­si­bi­lité, ouvrant ainsi, le pre­mier, la voie au cynisme. » (D.L., op. cit. VI, 2.)

[Peut-être un élé­ment de réponse à une ques­tion que nous nous posionsau début de cet écrit con­cer­nant la bio­gra­phie de Socrate est-il con­tenu ici ? En tout état de cause la filia­tion paraît évi­dente pour ce qui est du choix de mener une exis­tence phi­lo­so­phi­que.]

***

Inci­pit… (tragœ­dia ?)

(où l’on voit que l’œuvre dépasse par­fois le créa­teur)

4. Erreur des cau­ses ima­gi­nai­res.

« —Pour pren­dre le rêve comme point de départ : à une sen­sa­tion déter­mi­née, par exem­ple celle que pro­duit la loin­taine déto­na­tion d’un canon, on sub­sti­tue après coup une cause (sou­vent tout un petit roman dont natu­rel­le­ment la per­sonne qui rêve est le héros). La sen­sa­tion se pro­longe pen­dant ce temps, comme dans une réso­nance, elle attend en quel­que sorte jusqu’à ce que l’ins­tinct de cau­sa­lité lui per­mette de se pla­cer au pre­mier plan — non plus doré­na­vant comme un hasard, mais comme la « rai­son » [2] d’un fait. Le coup de canon se pré­sente d’une façon cau­sale dans un appa­rent ren­ver­se­ment du temps. Ce qui ne vient qu’après, la moti­va­tion, sem­ble arri­ver d’abord, sou­vent avec cent détails qui pas­sent comme dans un éclair, le coup suit… Qu’est-il arrivé ? Les repré­sen­ta­tions qui pro­dui­sent un cer­tain état de fait ont été mal inter­pré­tées comme les cau­ses de cet état de fait. — En réa­lité nous fai­sons de même lors­que nous som­mes éveillés. La plu­part de nos sen­ti­ments géné­raux — toute espèce d’entrave, d’oppres­sion, de ten­sion, d’explo­sion dans le jeu des orga­nes, en par­ti­cu­lier l’état du nerf sym­pa­thi­que — pro­vo­quent notre ins­tinct de cau­sa­lité : nous vou­lons avoir une rai­son pour nous trou­ver en tel ou tel état, — pour nous por­ter bien ou mal. Il ne nous suf­fit jamais de cons­ta­ter sim­ple­ment le fait que nous nous por­tons de telle ou telle façon : nous n’accep­tons ce fait, — nous n’en pre­nons cons­cienceque lors­que nous lui avons donné une sorte de moti­va­tion. — La mémoire qui, dans des cas pareils, entre en fonc­tion sans que nous en ayons cons­cience, amène des états anté­rieurs de même ordre et les inter­pré­ta­tions cau­sa­les qui s’y rat­ta­chent, — et nul­le­ment leur cau­sa­lité véri­ta­ble. Il est vrai que d’autre part la mémoire entraîne aussi la croyance que les repré­sen­ta­tions, que les phé­no­mè­nes de cons­cience accom­pa­gna­teurs ont été les cau­ses. Ainsi se forme l’habi­tude d’une cer­taine inter­pré­ta­tion des cau­ses qui, en réa­lité, en entrave et en exclut même la recher­che. »

5. Expli­ca­tion psy­cho­lo­gi­que de ce fait.

« Rame­ner quel­que chose d’inconnu à quel­que chose de connu allège, tran­quillise et satis­fait l’esprit, et pro­cure en outre un sen­ti­ment de puis­sance. L’inconnu com­porte le dan­ger, l’inquié­tude, le souci — le pre­mier ins­tinct porte à sup­pri­mer cette situa­tion péni­ble. Pre­mier prin­cipe : une expli­ca­tion quel­con­que est pré­fé­ra­ble au man­que d’expli­ca­tion. [3] Comme il ne s’agit au fond que de se débar­ras­ser de repré­sen­ta­tions angois­san­tes, on n’y regarde pas de si près pour trou­ver des moyens d’y arri­ver : la pre­mière repré­sen­ta­tion par quoi l’inconnu se déclare connu fait tant de bien qu’on la « tient pour vraie ». Preuve du plai­sir (« de la force ») comme cri­té­rium de la vérité. — L’ins­tinct de cause dépend donc du sen­ti­ment de la peur qui le pro­duit. Le « pour­quoi », autant qu’il est pos­si­ble, ne demande pas l’indi­ca­tion d’une cause pour l’amour d’elle-même, mais plu­tôt une espèce de cause — une cause qui calme, déli­vre et allège. La pre­mière con­sé­quence de ce besoin c’est que l’on fixe comme cause quel­que chose de déjà connu, de vécu, quel­que chose qui est ins­crit dans la mémoire. Le nou­veau, l’imprévu, l’étrange est exclu des cau­ses pos­si­bles. On ne cher­che donc pas seu­le­ment à trou­ver une expli­ca­tion à la cause, mais on choi­sit et on pré­fère une espèce par­ti­cu­lière d’expli­ca­tions, celle qui éloi­gne le plus rapi­de­ment et le plus sou­vent le sen­ti­ment de l’étrange, du nou­veau, de l’imprévu, — les expli­ca­tions les plus ordi­nai­res. — Qu’est-ce qui s’ensuit ? Une éva­lua­tion des cau­ses domine tou­jours davan­tage, se con­cen­tre en sys­tème et finit par pré­do­mi­ner de façon à exclure sim­ple­ment d’autres cau­ses et d’autres expli­ca­tions. — Le ban­quier pense immé­dia­te­ment à « l’affaire », le chré­tien au « péché », la fille à son amour. » (Nietz­sche – Le Cré­pus­cule des Ido­les – Les qua­tre gran­des erreurs, § 4 et 5.)

***

De fini­bus

Il ne me paraît pas cer­tain que nous ayons par­couru l’ensem­ble des phé­no­mè­nes, des symp­tô­mes de la mala­die moderne. Nous nous som­mes atta­chés essen­tiel­le­ment à en recher­cher les ori­gi­nes.

Beau­coup de ques­tions ont été sou­le­vées, notam­ment la ques­tion du sen­sua­lisme, à peine évo­quée et pour­tant pri­mor­diale en tant que voie d’accès pri­vi­lé­giée au réel, et ligne de frac­ture des éco­les phi­lo­so­phi­ques ; d’autres res­tent sans réponse, notam­ment la ques­tion du poli­ti­que et de sa pra­ti­que pour aujourd’hui. Sans aucun doute la pen­sée du Jar­din épi­cu­rien est-elle à trans­po­ser dans notre épo­que où des for­mes nou­vel­les de vie com­mu­nau­tai­res, au sens où l’enten­daient Épi­cure et ses amis, sont pos­si­bles sous la forme d’asso­cia­tion nomade, a-cen­trée, hété­ro­gène et mul­ti­forme, pos­si­ble­ment relayée en réseau – sous le mode rhi­zo­ma­ti­que –, grâce, notam­ment, aux nou­veaux moyens de com­mu­ni­ca­tion qui per­met­tent l’échange, le par­tage des idées au-delà des fron­tiè­res de dis­tance géo­gra­phi­que et cul­tu­relle. Arme sans doute la plus effec­tive et la mieux adap­tée face au tota­li­ta­risme ram­pant des for­mes poli­ti­ques pra­ti­quées de nos jours, sous cou­vert de démo­cra­tie.

*

« […] - Le pro­blème de la valeur du vrai s’est pré­senté à nous, - ou bien est-ce nous qui nous som­mes pré­sen­tés à ce pro­blème ? Qui de nous ici est Œdipe ? Qui le Sphinx ? C’est, comme il sem­ble, un véri­ta­ble ren­dez-vous de pro­blè­mes et de ques­tions. - Et, le croi­rait-on ? il me sem­ble, en fin de compte, que le pro­blème n’a jamais été posé jusqu’ici, que nous avons été les pre­miers à l’aper­ce­voir, à l’envi­sa­ger, à avoir le cou­rage de le trai­ter. Car il y a des ris­ques à cou­rir, et peut-être n’en est-il pas de plus grands. » (Nietz­sche - Par delà le bien et le mal - Cha­pi­tre I. - Les pré­ju­gés des phi­lo­so­phes - § 1.)

*

Nous avons par­couru plu­sieurs siè­cles de pen­sée et d’éla­bo­ra­tion phi­lo­so­phi­que. Nous avons con­cen­tré notre atten­tion sur cer­tains car­re­fours, où nous avons soup­çonné pou­voir déce­ler les points d’ancrage de la mala­die moderne : avec Anaxi­man­dre, Par­mé­nide, puis l’Huma­nisme de la Renais­sance.

Le pre­mier de ces car­re­fours est sans doute cons­ti­tu­tif et prin­ci­piel de tous les autres – mais je le pose à titre de ques­tion­ne­ment, d’hypo­thèse. Je crois qu’il y a là en puis­sance un germe du deuxième point d’ancrage, qui, lui, m’appa­raît comme une cer­ti­tude. Cette bifur­ca­tion par­mé­ni­dienne nous a emmené jusqu’à l’onto-théo­lo­gie de Hei­deg­ger – et au-delà, sans doute, pour long­temps encore. Le troi­sième est un regret (régrès ?), une occa­sion man­quée, une sclé­rose de l’esprit.

In fine, nous avons fait retour sur le cœur de la pen­sée grec­que et le plus haut lieu de l’éla­bo­ra­tion de sa vision tra­gi­que du monde.

*

Mais n’oublions pas Héra­clite - et son logos xunos - qui ouvre une voie de recher­che pour trou­ver ce qui est, et, fait pri­mor­dial, que cette voie est ouverte à tous les hom­mes.



1 - Cette fal­si­fi­ca­tion, dont on ne sait si elle cor­res­pond vrai­ment à la réa­lité his­to­ri­que ou si elle relève de la légende, a pris dans le cynisme une valeur sym­bo­li­que : Dio­gène fal­si­fie la morale, la reli­gion, la poli­ti­que et même la phi­lo­so­phie, c’est-à-dire qu’il con­tre­fait les valeurs tra­di­tion­nel­les pour leur en sub­sti­tuer de nou­vel­les. (Marie-Odile Gou­let-Cazé)

2 - NDLR : C’est moi qui sou­li­gne pour tout ce §.

3 - NDLR : Idem.


Document(s) attaché(s) :

  1. no attachment



Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Jean-Claude Roulin

Auteur: Jean-Claude Roulin

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (1)

Jean-Claude ROULIN Jean-Claude ROULIN ·  15 mai 2009, 11h29

Bon­jour,

Au terme de cet iti­né­raire phi­lo­so­phi­que entamé au cours de l’été 2008, puis retra­vaillé au prin­temps 2009 en vue de sa publi­ca­tion sur le site Netoyens!, j’aime­rais remer­cier Eric pour son accueil, sa gen­tillesse et le soin scru­pu­leux qu’il a apporté à dépo­ser les dif­fé­rents épi­so­des sur ce site, semaine après semaine. Merci éga­le­ment à ma «sœur» Anne pour m’avoir invité à faire par­tie de l’équipe de Netoyens! et réussi à me con­vain­cre de publier ce petit essai sur le web.

Pour ceux qui ont aimé ce texte et qui vou­draient pou­voir en dis­po­ser sur papier, nous avons prévu un numéro «hors série» qui per­met­tra de retrou­ver l’ensem­ble des épi­so­des en un seul tenant, grâce aux bons soins de la fée Valé­rie. Qu’elle en soit éga­le­ment remer­ciée !

Enfin, merci à mes lec­teurs en «avant-pre­mière» qui m’ont per­mis de cor­ri­ger quel­ques imper­fec­tions. À mon impla­ca­ble Gda­lia, bien-sûr ; mais aussi à Xian (alias le Père Pei­nard) <http://www.col­lec­ti­fin­vi­si­ble.info&… indé­fec­ti­ble ami, et cri­ti­que impi­toya­ble des pre­miè­res épreu­ves.

Et un salut ami­cal à Jean-Paul Lam­bert <http://www.pros­per­dis.org/> pour ses com­pli­ments et sa lec­ture aver­tie. Celui-ci avait d’ailleurs publié le magni­fi­que « L’irre­li­gion de l’ave­nir » de Jean-Marie Guyau (1854-1888), l’un des plus grands phi­lo­so­phes fran­çais, trop méconnu, qui a beau­coup influencé celui qui a irri­gué le déve­lop­pe­ment et les intri­gues con­te­nues dans mon pro­pos : Nietz­sche.
Vous pou­vez retrou­ver un extrait de ce texte sur le site du MAUSS (Mou­ve­ment anti-uti­li­ta­riste en scien­ces socia­les) : http://www.jour­nal­du­mauss.net/spip….
Bonne lec­ture.

Cor­dia­le­ment,

Jean-Claude

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet


À voir également

velorution2.jpg

Contre le vote FN, un autre communisme

La popularité du Front National s’étend sondage après sondage. Face à l’impuissance de la gauche, coupée des pauvres, il est temps de réinventer le communisme.

Lire la suite

Hiérarchie pyramidale, réaction en chaîne, fission nucléaire, destruction de la vie

La légion nucléaire

« R.A.S. (rien à signaler) est une expression que l’on utilise beaucoup dans la maintenance nucléaire. On demande souvent aux travailleurs de décrire ce qui ne va pas et quand tout va bien, de signer par ces trois lettres. Dans le film, un travailleur subit des pressions pour signer R.A.S., alors qu’il a découvert une « fissure ou une rayure » dans un robinet très important de la centrale. C’est assez symptomatique de la situation actuelle dans les centrales nucléaires. ». « L’humble ouvrier qui s’use à son ouvrage Vaut le soldat qui tombe au champ d’honneur » Les vieux ouvriers (extrait) Charles Gille (1820-1856)

Lire la suite