Last site update 22/11/2019

To content | To menu | To search

Oui, oui, Papa ! Non au nucléaire !

Mabesoone_LM_14-11-11.jpgDepuis quelques temps, quand je joue avec ma fille, elle sort tout de suite sa panoplie de docteur, elle pose son stéthoscope en plastique sur mon coude et elle me dit : « Viens mon Papa ! Je vais guérir ton bras. ».
Elle sait que j’ai des fourmillements…c’est peut-être une maladie auto-immune héritée de mon père, peut-être déclenchée par les radiations.

NB : sur la deuxième photo, c’est une «baguette magique» !

Quand je lui demande ce qu’elle veut faire quand elle sera grande, elle me répond toujours : infirmere ! [1]. Jusqu’à l’accident de Fukushima, elle voulait être « vendeuse de chocolats » dans le Shinkansen [2], mais depuis, apparemment, quelque chose a changé en elle.

Aux mois de mars et avril, nous avons tout fait pour éviter de la traumatiser. Elle n’a vu presque aucune image télévisée du tsunami ou de l’accident. Puis, quand nous nous sommes sentis prêts à lui parler calmement, dans un climat rassurant, nous avons tenu à lui expliquer la réalité. Après ces explications, seulement, elle a eu le droit de participer « fièrement » à trois manifestations anti-nucléaires avec nous [3] .

Notre discours a été le suivant :

« Dans un endroit appelé Fukushima, au nord de Tokyo, il y a une sorte de grosse usine qui crache plein de microbes. Ce genre d’usine s’appelle une « centrale nucléaire ». Ca sert à faire de l’électricité, pour allumer les lampes, par exemple, mais Papa et Maman pensent que ces usines sont trop dangereuses, qu’il faut fabriquer l’électricité autrement.
L’autre jour, tu te souviens, il y a eu un gros tremblement de terre. Et bien, après ça, l’usine de Fukushima a explosé, et plein de petits microbes se sont envolés partout. C’est ça, que les gens appellent : « les radiations ». Ce sont des méchants microbes qui donnent des maladies, mais ne t’inquiète pas, ici, à Nagano, tout va bien ! Par contre, les enfants de Fukushima, eux, ils n’ont pas de chance. Alors on va leur envoyer des vêtements et aussi à manger. Et puis Papa et Maman vont marcher dans la rue et vont dire très fort : « Non au nucléaire ! [4]  ». Comme ça, les Messieurs qui décident de tout, à Tokyo, ils vont comprendre, j’espère…
Est-ce que tu veux marcher avec nous ? »

Et elle de répondre au tac au tac : « Oui, oui, Papa ! Non au nucléaire ! »

Ensuite, à force de voir son papa mettre un ruban jaune et des vêtements jaunes tous les jours, elle a fini par comprendre, naturellement, que « c’est une chose importante » pour ses parents.

Mais le plus étonnant, c’est qu’elle fait de moins en moins de caprices depuis que nous lui avons expliqué la situation. Normalement, après les trois ans, pour beaucoup de petites filles, la « première phase d’opposition » se calme un peu, mais, là, cela a été radical !.

Peut-être que les nombreux changements dans nos vies (nourriture, choix des lieux de jeux, « décontamination » des balcons, compteur Geiger, etc..), lui ont fait comprendre qu’elle n’était pas le centre du monde, qu’il y avait des « contraintes » dans la vie, mais que ses parents seraient toujours là pour elle. Et, depuis, elle veut aider les gens en devenant infirmière, au lieu de leur vendre du chocolat !

Je suis persuadé que si nous savons bien expliquer la réalité à nos enfants, ici, au Japon, nous aurons bientôt tous des adolescents extraordinaires, qui comprendront les erreurs de notre génération, et qui étudieront pour devenir médecins, ingénieurs dans les énergies nouvelles, politiques, avocats ou journalistes opposés au nucléaire, etc… Et dans quelques années, plus personne ne voudra travailler pour le lobby nucléaire de ce pays, même indirectement… Si nous savons transmettre la réalité aux générations à venir, sans mentir, avec modestie et coeur.

D’ailleurs, c’est peut-être l’action la plus efficace que nous pouvons avoir contre ce fléau.

Cette année, les cartes de voeux de notre famille, pour les fêtes, afficheront ce haiku :

À ce bébé,
Il faudra parler de la centrale
Et des étoiles.

Notes :

[1]  surtout pas « médecin », allez savoir pourquoi ?

[2]  le TGV japonais

[3]  les 11/6, 11/9 et 19/9

[4Genpatsu iranai

POST-SCRIPTUM

«L’AIEA (Agence Internationale de l’Energie Atomique) a signalé le 11 novembre 2011 que de l’iode 131 a été détecté à de très faibles niveaux dans l’air ambiant en Europe centrale “ces derniers jours”. Selon l’agence de presse Reuters, les services compétents de la République Tchèque ont détecté des traces d’iode 131 fin octobre. De faibles niveaux d’iode 131 auraient été mesurés dans le nord de l’Allemagne, en Hongrie ainsi que dans d’autres pays Européens début novembre. L’origine de cette contamination n’est pas établie. » CRIIRAD - 14/11/11 - 11H36


Document(s) attaché(s) :

  1. no attachment



Rate this entry

5/5

  • Note: 5
  • Votes: 4
  • Higher: 5
  • Lower: 5

Laurent Mabesoone

Author: Laurent Mabesoone

Stay in touch with the latest news and subscribe to the RSS Feed about this category

Comments (0)

Be the first to comment on this article

Add a comment This post's comments feed


You might also like

Fukushima-ruban_jaune-Seegan.jpg

Énergie : «Il faut que tout change pour que rien ne change»

Ces derniers mois, les noms d’Orano, Enedis et Engie ont respectivement remplacé les marques Areva, ErDF et GDF-Suez, ringardes ou déconsidérées. On ne peut que penser à la célèbre réplique “Il faut que tout change pour que rien ne change” de Tancrède dans le roman “Le Guépard”, popularisé par Luchino Visconti dans le film éponyme sorti en 1963.

Continue reading

Fukushima-ruban_jaune-Seegan.jpg

Le grand retour du nucléaire n'a pas eu lieu

Depuis des années, industriels, gouvernements et médias font croire que le nucléaire est sur le point de se relancer. Hélas pour ces mauvais perdants, nos fleurons EDF et Areva sont en pleine déconfiture et leurs campagnes de pub (financées avec notre argent) n’inversent pas la tendance.

Continue reading